Bruno Angles, Valery Giscard d'Estaing et Yves Demay lors du Bal de l'X 2017

Je me souviens…

Dossier : Le mot du présidentMagazine N°746 Juin 2019
Par Bruno ANGLES (84)

Le temps passe vite… Me voilà parvenu au terme de mon quatrième mandat de président de l’AX, nombre maximum de mandats consécutifs prévu par nos statuts. Un nouveau président ou une nouvelle présidente sera donc élu(e) après l’assemblée générale du 25 juin. Après avoir constamment cherché depuis quatre ans, avec l’ensemble du conseil d’administration, à emmener l’AX vers le futur, c’est l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur…

Je me souviens de mon élection le 9 juillet 2015, après une campagne éclair et un débat de grande qualité entre les trois candidats en présence. Je me souviens de la mise en place du nouveau bureau conjuguant continuité et renouvellement. Je me souviens de la formidable mobilisation de la communauté polytechnicienne, au cœur de l’été 2015, pour faire entendre sa voix dans l’exercice approfondi de réflexion lancé par le ministre de La Défense, Jean-Yves Le Drian, sur le plan stratégique de l’École polytechnique. Je me souviens en particulier du formidable travail collectif réalisé par la task force mise en place cinq jours après mon élection et qui réunissait notamment Denis Ranque, Pierre Pringuet, Xavier Huillard, Antoine Frérot, Patrick Pouyanné, Philippe Varin, Gilles Michel, Benoît Ribadeau-Dumas, Olivier Zarrouati, Jacques Gounon, Jean Beunardeau, Dominique Mockly, Jean-Christophe Mieszala, Caroline Laurent et Pierre-Éric Pommellet. Je me souviens des échanges réguliers sur ce sujet avec le président Giscard d’Estaing, Bernard Arnault, Claude Bébéar ou Jean-Louis Beffa, tous passionnés par l’avenir de notre École. Je me souviens des interactions nourries avec Jean-Pierre Jouyet, Cédric Lewandowski, Christophe Salomon et Bernard Attali. Je me souviens des annonces faites à Palaiseau le 15 décembre 2015 par Jean-Yves Le Drian, Emmanuel Macron et Thierry Mandon, et de la tribune commune que nous avions publiée avec Denis Ranque dans Les Échos pour apporter le soutien de la FX et de l’AX aux annonces gouvernementales.

Je me souviens des contacts avec les équipes de la campagne présidentielle de 2017. Je me souviens de l’intense travail de préparation, avec les différents cabinets concernés, qui a précédé la visite du Président de la République le 25 octobre 2017, au cours de laquelle il a énoncé sa vision des deux pôles pour Saclay. Je me souviens des contacts innombrables que Denis Ranque et moi avons eus avec nos homologues des fondations et des associations d’anciens des autres écoles de ce qui est devenu depuis l’Institut Polytechnique de Paris. Je me souviens du travail tenace réalisé avec Emmanuel Chain, puis Frédéric Jousset, présidents successifs de HEC Alumni, mais aussi avec Henri de Castries, Daniel Bernard, Jean-Paul Vermès, Guillaume Poitrinal, Jean-Luc Allavena ou Didier Kling, pour faire avancer le rapprochement entre l’X et HEC.

Je me souviens de la volonté partagée de profiter de la bonne entente entre Jacques Biot, Denis Ranque et moi pour « graver dans le marbre » un certain nombre de bonnes pratiques de travail en commun et pour réaliser un « effet de cliquet » avec la signature le 9 octobre 2017 d’une charte tripartite entre l’X, la FX et l’AX. Je me souviens des réunions mensuelles entre les trois présidents qui en ont résulté depuis.

Je me souviens de l’importance cruciale du recrutement, début 2017, d’Yves Demay, ancien directeur général de l’X, comme délégué général de l’AX et de l’indispensable modernisation de la délégation générale menée avec lui dans de nombreux domaines. Je me souviens de son engagement pour l’AX, de sa rigueur, de sa ténacité et de sa loyauté. Je me souviens de la refonte complète en février 2018 du site Internet de l’AX, suite à un travail important avec X.org, qui doit beaucoup à Nicolas Iooss, et de la création d’une application pour smartphone. Je me souviens du lancement en mai 2018 d’une nouvelle maquette de La Jaune et la Rouge et de la révolution apportée à l’e-JR, sa version électronique.

Je me souviens des votes unanimes du conseil de l’AX pour la colocalisation des équipes de l’AX et de la FX et pour engager les travaux d’extension et de rénovation de la Maison des X, rue de Poitiers.

Poignée de main entre Denis Ranque, Jacques Biot et Bruno Angles.
9 octobre 2017, signature de la charte tripartite X-AX-FX : Denis Ranque (70), Jacques Biot (71) et Bruno Angles (84).

Je me souviens du soutien sans faille de Jean-Baptiste Voisin, secrétaire général de l’AX, et de Pierre-Éric Pommellet, trésorier, qui ont succédé, pendant mon mandat, à Pierre Seguin et Hortense Lhermitte. Je me souviens de l’engagement de Michel Huet et Yves Stierlé pour la Caisse de solidarité, de Marc Valentiny pour la Commission internationale, de Laurent Daniel pour l’animation de la communauté polytechnicienne, des présidents des 130 groupes X, de Benoît Duthu pour la Commission carrières, de Michel Berry, d’Hubert Jacquet, Robert Ranquet et Alix Verdet pour La Jaune et la Rouge, de Laurent Dalimier et Laurent Vitse pour la Communication interne, de Philippe Roger sur les enjeux des corps de l’État, de Laurent Billès-Garabédian et de Stanislas Landry pour la Commission du Bal, d’Anne Bernard-Gély sur les questions d’égalité homme-femme.

Je me souviens de la mise en place, suite à la proposition faite par Hortense Lhermitte, d’un comité d’audit qui était nécessaire pour améliorer la gouvernance de notre association, et de l’efficacité et du doigté de Jean-Christophe Mieszala dans son pilotage, secondé efficacement par notre trésorier Pierre-Éric Pommellet, notre commissaire aux comptes Pierre Loeper, et ses membres actifs, Nadia Bouyer, Hortense Lhermitte et Michel Huet.

Je me souviens de la richesse des échanges avec Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Alain Minc, Jean-Dominique Senard, François Fillon, Henri de Castries, Alexandre de Juniac, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bernard Cazeneuve, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Patricia Barbizet, Patrice Caine, Gérard Mestrallet, Frédéric Oudéa, Enrico Letta, Jean-Yves Le Drian, Guillaume Pepy, Fabrice Brégier, Nicolas Beytout, Laurent Wauquiez, Antoine Frérot, Éric Trappier, Florence Parly, Édouard Philippe, Éric Lombard, Jean-Bernard Lévy, Laurent Berger, Isabelle Kocher, Xavier Huillard, Patrick Bernasconi, Alexandre Bompard, Geoffroy Roux de Bézieux, François-Xavier Bellamy, Nathalie Loiseau et Jean-Michel Blanquer lors de la quarantaine de petits-déjeuners polytechniciens dont ils ont été, par ordre chronologique, les invités depuis septembre 2015.

Je me souviens des quatre colloques tenus au palais d’Iéna, sous la houlette d’Anne Bernard-Gély, sur les thèmes successifs de « L’Ingénieur : Imaginer, Partager, Oser », « 2017 : Les polytechniciens interpellent les politiques », « La France entre protectionnisme et ouverture au monde » et « From Start-up to Scale-up, question d’ambitions ? Ou comment créer des licornes en Europe ? », dont le dernier conjointement avec les Anciens d’HEC et leur président, Frédéric Jousset, pour marquer notre attachement profond au rapprochement entre nos écoles.

Je me souviens des quatre ravivages de la flamme du Soldat inconnu à l’Arc de triomphe avec nos amis des Anciens de Saint-Cyr, de Navale et de l’Air et des conférences sur le centenaire de chaque année de la Grande Guerre qui ont suivi chacun de ces événements.

Je me souviens des trois bals de l’X à l’Opéra Garnier et de celui, organisé le 7 juin 2019 à Versailles, à l’occasion du 225e anniversaire de l’École polytechnique. Je me souviens de l’émotion du président Giscard d’Estaing lorsque nous lui avons offert, lors du Bal de l’X 2017, une photo encadrée prise lorsqu’il était venu, presque quarante ans plus tôt, Président de la République en exercice, au Bal de la promotion 77. Je me souviens de l’émerveillement de tous, élèves, anciens élèves, ambassadeurs lors de chaque édition de ce bal…

Je me souviens des Grands Magnans à Palaiseau, sous la houlette de Serge Delwasse puis d’Antoine Gonthier, et de la décision prise de les jumeler, à compter de 2019, avec la très belle cérémonie de présentation au drapeau et de passation du drapeau. Je me souviens de l’émotion profonde ressentie lorsque les élèves entonnent la magnifique Ode à Vaneau.

Je me souviens aussi des cérémonies de remise des diplômes à nos jeunes camarades dans l’amphi Poincaré, des conseils d’administration de l’X présidés par Jacques Biot puis Éric Labaye, des conseils de la FX présidés par Denis Ranque, des réunions du comité de campagne présidées par Xavier Huillard, des dîners entre le CA de l’AX et la Kès et des cérémonies de vœux de l’AX, dont la dernière, tenue à Palaiseau, a coïncidé avec l’inauguration de la galerie des Présidents de l’AX, depuis Michel Chasles et en passant par le maréchal Foch.

Je me souviens de la volonté constante de renforcer encore la composition de notre conseil, notamment avec les arrivées d’Antoine Frérot, de Marc Valentiny, de Jean-Baptiste Voisin, de Christel Heydemann et de Sébastien Dessillons. Je me souviens de la qualité des débats au conseil de l’AX, de l’engagement de ses membres votants, mais aussi de ses présidents d’honneur, Henri Martre, Jacques Bouttes, François Ailleret, Pierre-Henri Gourgeon, Daniel Dewavrin, Christian Gerondeau, Laurent Billès-Garabédian, dont les conseils m’ont toujours été utiles.

Cela a été un très grand privilège et un immense honneur de servir la communauté polytechnicienne pendant quatre ans. Rien n’aurait été possible sans le soutien constant des membres du conseil d’administration et de la délégation générale. Je souhaite plein succès à mon successeur et longue vie à l’AX !

Poster un commentaire