La logistique au cœur de l'économie

La logistique, clé d’une économie durable

Dossier : LogistiqueMagazine N°772 Février 2022
Par Constance MARÉCHAL-DEREU (2004)

La crise san­i­taire et les con­séquences des stop-and-go de la pro­duc­tion et de la dis­tri­b­u­tion, qui en ont découlé, ont mis en lumière l’importance des chaînes logis­tiques nationales (stock­age, trans­port routi­er ou fer­rovi­aire) et inter­na­tionales (trans­port mar­itime et aérien) jusqu’alors sou­vent invis­i­bles. Une sup­ply chain per­for­mante est indis­pens­able au bon fonc­tion­nement de notre économie, et de notre vie tout court. Et pour­tant la logis­tique est mécon­nue, quand elle n’est pas détestée, sous pré­texte de camions qui pol­lu­ent et qui sont source de con­ges­tion, ou d’entrepôts qui artificialisent.

Dans ce dossier, on ver­ra que la logis­tique innove sans cesse pour être tou­jours plus l’alliée du développe­ment durable de l’économie et des ter­ri­toires. Pour l’économie : l’agilité de ce secteur est indis­pens­able pour fia­bilis­er les chaînes d’approvisionnement et de dis­tri­b­u­tion des entre­pris­es et pour con­tribuer à assur­er leur com­péti­tiv­ité. Il s’adapte sans cesse pour sat­is­faire les besoins des pro­fes­sion­nels et des con­som­ma­teurs : réin­dus­tri­al­i­sa­tion des ter­ri­toires, appui à l’omnicanalité dans le com­merce et la dis­tri­b­u­tion, opti­mi­sa­tion des espaces de stock­age et de vente…

“La logistique est méconnue, quand ce n’est pas détestée.”

Pour l’écologie : le déploiement, en France, de plate­formes logis­tiques de mas­si­fi­ca­tion, le rap­proche­ment des entre­pôts de dis­tri­b­u­tion urbaine des cen­tres, le pas­sage par nos ports et aéro­ports nationaux de davan­tage de pro­duits depuis la France et vers la France, le report modal et la mul­ti­modal­ité, le meilleur rem­plis­sage des camions ou la mon­tée en puis­sance des camions pro­pres sont autant de solu­tions pour une logis­tique plus écologique.

Pour l’emploi et les ter­ri­toires : avec plus de 1,8 mil­lion d’emplois à l’échelle nationale, dont 30 000 créa­tions annuelles de postes, la logis­tique offre des emplois pour tout niveau d’études, des décrocheurs jusqu’aux spé­cial­istes de l’optimisation. La logis­tique est aus­si fac­teur d’équité ter­ri­to­ri­ale, en per­me­t­tant aux entre­pris­es et citoyens, qu’ils soient en zone urbaine ou en zone rurale, de dis­pos­er d’un accès sim­i­laire aux biens de toutes prove­nances, du local à l’international.

Nos voisins ne s’y sont pas trompés, en investis­sant mas­sive­ment dans une logis­tique per­for­mante, notam­ment l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Bel­gique. Pour rat­trap­er son retard, la France s’est organ­isée récem­ment dans une démarche parte­nar­i­ale portée par les min­istères de l’Économie et des Trans­ports, côté pub­lic, et par l’association France Logis­tique, côté privé, con­crétisée par la tenue de deux comités inter­min­istériels de la logis­tique (Cilog), les 7 décem­bre 2020 et 21 octo­bre 2021.

Espérons que cette prise en con­sid­éra­tion du car­ac­tère essen­tiel et stratégique de la logis­tique s’accentuera pour en faire encore plus un atout pour les per­for­mances des entre­pris­es et du ter­ri­toire français.

Poster un commentaire