Hubert Lévy-Lambert par Laurent Simon

Hubert Lévy-Lambert (X53), brillant et tenace

Dossier : TrajectoiresMagazine N°776 Juin 2022
Par Pierre LASZLO

Lorsqu’on entre dans le bel appartement clair de Catherine et Hubert Lévy-Lambert, vous y accueille une frise avec les portraits de leurs sept petits-enfants. Sens de la famille : il est très fier d’avoir « contribué à la conception de trois enfants, intelligents, heureux et équilibrés ». Hubert Lévy-Lambert a non seulement le sens de la famille, mais celui de la communauté aussi : tant la judéité alsacienne et lorraine, d’où il provient, que la collectivité polytechnicienne, que nombre de ses initiatives ont renforcée.

Quand la valeur doit attendre une année

Lui-même eut de valeureux parents : « Mon père Roger, né à Paris en 1891, diplômé de Centrale (1912), blessé à la guerre de 14, chevalier de la Légion d’honneur en 40, mort pour la France en 1944 ; et ma mère, Odette, née à Paris en 1900, veuve de guerre à 44 ans avec six enfants âgés de 2 à 17 ans, morte en 2008 à 108 ans, une femme vaillante. »

Ses signes distinctifs ? L’intelligence. La gaieté. Un enthousiasme juvénile : ce qui n’est pas pour surprendre, il avait 18 ans lorsqu’il intégra l’École, à la fois major et petit nange (le plus jeune) et 5/2, car trop jeune pour se présenter en 3/2 !

Para en Afrique, économiste à la ville

Pour son service militaire, après avoir passé un brevet de para à Pau (par prudence ?), il est navigateur dans l’armée de l’air avec plus de 600 heures de vol à travers l’Afrique, principalement en DC3 (Dakota). Est-ce ainsi que naît sa vocation saharienne ? De 1958 à 1962, il est chargé de mission à l’Organisation commune des régions sahariennes. Il y étudie les projets de mise en valeur des ressources naturelles, en utilisant les acquis des cours de Maurice Allais (X31), futur prix Nobel, à l’École des mines. Il en tire un goût pour l’économie qu’il va pratiquer à la Direction de la prévision, enseigner au CEPE et à l’Ensae et transcrire dans des livres grand public comme La vérité des prix ou La Rationalisation des choix budgétaires.

Hubert Lévy-Lambert a conservé sa fraîcheur face à l’existence. Qui ne va pas sans maturité, elle aussi, tôt acquise. Ainsi, de la discordance entre le temps long de la haute fonction publique et le temps court des politiques. D’où la difficulté à gérer notre pays. D’où aussi le pantouflage de bien des X, dont H2L – son diminutif.

Cet ancien banquier (Société Générale) s’inquiète de ce que l’endettement de notre pays augmente à présent d’un milliard d’euros par jour. Ce libéral croit davantage à la mécanique du marché qu’à des décisions publiques, plus souvent dictées par la démagogie que par la rationalité. Il fonda X Sursaut en 2005 pour contrer le déclin de l’économie et, partant, de la grandeur de la France.

L’histoire et la mémoire

Autre signe distinctif, son intérêt pour l’Histoire et pour ses lieux de mémoire, comme Pierre Nora les nomma. Il est à l’origine de la construction du monument aux morts de l’École à Palaiseau, inauguré en octobre 2014 par Kader Arif, alors secrétaire d’État aux anciens combattants. Ce monument répertorie pour la première fois les 2 000 X morts pour la France depuis la création de l’École, de l’expédition d’Égypte à la guerre d’Algérie. Hubert Lévy-Lambert est de même responsable de la création d’une statue d’Arago, due à Wim Delvoye et inaugurée en 2017 dans le jardin de l’Observatoire à l’occasion des 350 ans de l’AX et de l’Observatoire, pour remplacer celle fondue par les Allemands en 1943.

Infatigable, il entame ensuite, à l’instigation de Jacques Biot (X71), la création du musée de l’X, le Mus’X, inauguré en 2017. En 2018, il lance le projet de musée du monde séfarade, le Mussef, auquel vient de succéder un projet d’institut moins ambitieux, l’Inssef.

C’est, de plus, un moraliste. De 1962 à 1966 il fut rapporteur de la Commission de l’eau du Commissariat au Plan pour les problèmes économiques et financiers. Il participa à l’élaboration de la loi sur l’eau de 1964 qui a créé les agences de bassin, organismes innovants sans équivalent à l’étranger, au financement fondé sur le principe « pollueur payeur ».

En 1991, il fonde et dirige le groupe Paref (Paris Realty Fund). SIIC cotée sur Euronext, qu’il a vendue en 2018 au groupe chinois Fosun, propriétaire du Club Méditerranée.

En 1996, avec Jacques Lesourne (X48), il fonda le groupe X Démographie : toujours son sens de la famille !

Candidat volontiers jouteur

L’obstination est un autre de ses signes distinctifs : ainsi de sa candidature, sept fois de suite, au conseil de l’AX, jusqu’à obtenir l’année dernière, pour la première fois dans l’histoire de l’AX, l’élection d’un candidat non coopté, qu’il saluera lors de l’AG du 21 juin 2021, jour de la fête de la musique, par la citation de « Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée », poème de Victor Hugo consacré à la prise de Jéricho par les Hébreux : À la septième fois, les murailles tombèrent… Sous le nom de dallax.blog, il avait écrit quelques papiers un peu méchants contre l’AX. Beau joueur, Marwan Lahoud (X83) ne lui en voudra pas et lui remettra la Légion d’honneur en grande pompe à l’X en octobre dernier.

Poster un commentaire