Crus de la vallée du Rhône : Lirac et Tavel

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°564 Avril 2001Rédacteur : Laurens DELPECH

Outre l'appellation régionale (Côtes-du-Rhône) et les côtes du rhône-villages, il y a treize crus dans la vallée du Rhône, entre Lyon et Avignon, dont cinq dans le Sud, trois rive gauche (Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Vacqueyras) et deux rive droite (Lirac et Tavel). Les crus de la rive droite, ceux du Gard, sont moins connus que ceux de la rive d’en face. C’est une des nombreuses injustices de l’histoire, qui en compte tant, car au XVIIe siècle, cette région était pratiquement la seule à porter des vignes dans les Côtes-du-Rhône méridionales.

On voyait à cette époque beaucoup d’oliviers à Gigondas, mais peu de raisin alors que les lirac et tavel se trouvaient sur les plus grandes tables de France. Le drame de ces vignobles a été leur totale destruction par le phylloxéra au XIXe siècle, destruction d’autant plus violente et rapide que le premier vignoble français touché par ce fléau se trouvait dans le Gard.

Le XXe siècle a été largement consacré à la remise en état de ces terroirs qui méritent d’être mieux connus qu’ils ne le sont aujourd’hui. Les crus du Gard possèdent en effet une personnalité œnologique originale qui permet de les classer à part dans les Côtes-du-Rhône méridionales : on y trouve de bons vins rouges et un grand rosé de gastronomie, mais aussi – c’est moins connu – d’excellents vins blancs.

Le grand rosé de gastronomie, c’est bien sûr le Tavel : la seule appellation contrôlée française à ne faire que des vins rosés. Il paraît que ce rosé vinifié comme un rouge était le vin préféré de Philippe le Bel, il possède en tout cas plus de couleur et de corps que la plupart des autres rosés. C’est un vin puissant et charnu, avec des arômes flatteurs de fruits à noyau.

La puissance du vin et une partie de son patrimoine aromatique proviennent de la présence majoritaire du cépage grenache, complété par du mourvèdre et une pointe de cinsault, qui lui apporte un zeste de finesse et de nervosité. Le tavel accompagne la cuisine du Sud, il ne craint pas les saveurs fortes ni les mets relevés, ce qui en fait un excellent compagnon des cuisines exotiques et notamment des plats chinois, indiens ou thaïlandais.

Lirac, en revanche, produit une gamme complète de rouges, de rosés et de blancs. Avant l’accession de Vacqueyras à l’AOC, c’était le seul cru méridional qui offrait les trois couleurs. Par ailleurs l’appellation Tavel ne compte qu’une seule commune alors que celle de Lirac s’étend sur quatre villages, dont le village éponyme de Lirac.

Les lirac rosés sont plus légers que les tavel. Ce sont des rosés de saignée, alors qu’à Tavel on ne se contente pas de saigner, on presse également les raisins, ce qui permet d’obtenir un vin plus foncé et plus corsé. Le lirac rosé est un bon partenaire des viandes blanches et des salades de l’été, il accompagne aussi très bien les fruits. Le lirac blanc est un vin d’une finesse et d’une nervosité étonnantes pour un vin du Sud.

À quelques rares exceptions près, les vignobles du Sud excellent en effet plutôt dans le rouge et le rosé que dans le blanc. Lirac est l’exception qui confirme la règle ; grâce à un terroir pauvre et filtrant, on produit ici des blancs délicieux, fins et subtils, qui s’harmonisent parfaitement avec des poissons grillés, des légumes farcis ou des fromages de chèvre.

Le lirac rouge, enfin, est un vin aromatique et fin, de bonne garde, qui accompagne bien les petits gibiers, les viandes rouges, les magrets de canard, les fromages, voire même certains desserts au chocolat.

Parmi les meilleurs domaines de Tavel et de Lirac, il faut citer le Domaine de la Mordorée, le Château Saint-Roch (qui appartient à la famille Brunel, du Château de la Gardine, à Châteauneuf-du-Pape), le Domaine Amido et le Domaine Lafond Roc-Épine. Le tavel du Château de Trinquevedel est particulièrement délectable.

Toutefois, les meilleurs vins dans les deux appellations sont produits par le Château d’Aquéria. Ce beau domaine de 65 hectares, dirigé par Vincent de Bez, produit du tavel et du lirac rouge et blanc. Son tavel est “coup de coeur” de la dernière édition du Guide Hachette des Vins de France, et ses lirac, comme son tavel, collectionnent les médailles d’or dans les concours les plus prestigieux (et notamment le Concours général agricole).

Voici nos commentaires sur les vins de la propriété :

  • Tavel 1999
    Couleur vive et soutenue. Nez intense de fruits rouges, d’amandes et d’agrumes. La bouche est ample et généreuse et se caractérise par sa belle structure longue et fruitée. Un rosé charnu et concentré qui peut accompagner tout un repas.
  • Lirac rouge 1998
    Robe grenat. Nez de fruits noirs et d’épices avec une pointe de cerise à l’eau-de-vie. Un vin profond et capiteux qui surprend par sa richesse aromatique. Beaux tannins soyeux. Un vin de gastronomie.
  • Lirac blanc 1999
    Belle couleur jaune pâle aux reflets brillants. Le nez se distingue par ses arômes floraux (acacia, fruits blancs) et miellés. En bouche, il est nerveux et vif avec une belle rondeur, des notes d’épices et une finale très fraîche.

    _____________________________
    Château d’Aquéria, 30126 Tavel, tél. : 04.66.50.04.56.

Articles similaires:

Poster un commentaire