Schéma de la ville connectée et intelligente

YÉLÉ CONSULTING : un pas d’avance sur les smart énergies

Dossier : Dossier FFEMagazine N°725 Mai 2017
Par Moussa BAGAYOKO

Quelle est votre expertise ?

Au sein de Yélé, nous sommes convaincus que la réussite de la transition énergétique réside dans l’intégration intelligente des technologies du numérique.

Notre promesse de valeur s’appuie sur deux fondements clés.

Quels sont ces fondements ?

Nous proposons une expertise sectorielle pour mieux accompagner nos clients face à la complexité de deux grandes transformations qu’ils doivent affronter simultanément : la transition énergétique/environnementale et la transformation numérique.

Notre mode d’intervention allie des études stratégiques à l’assistance à maîtrise d’ouvrage, en passant par la réalisation de prototypes informatiques. Pour cela, nous nous appuyons sur nos méthodologies agiles d’accompagnement permises par la polyvalence de nos équipes.

Nous dépassons ainsi le clivage habituel au sein des sociétés de conseil pour apporter le service « vertical » le plus adapté aux enjeux de nos clients.

Pourquoi êtes-vous tournés vers le monde énergétique ?

Le secteur de l’énergie est confronté à des transformations profondes qui offrent à un cabinet de conseil spécialisé des opportunités de missions passionnantes.

On assiste à l’émergence de nouveaux acteurs et une redistribution des cartes : les acquis d’hier sont dépassés, les opportunités de demain sont à construire aussi bien en « amont » chez les opérateurs énergétiques que dans les usages (émergence du consom’acteur, ubérisation des services de l’énergie, mobilité électrique, …).

La réglementation doit accompagner ces transformations en créant les conditions favorables au développement de l’innovation et à la bonne gouvernance du secteur, dans un contexte politique sensible sur les sujets de transition énergétique.

Que peuvent permettre les usages ?

Les usages eux-mêmes peuvent, sous certaines conditions, rendre service aux réseaux (effacement, stockage…) ou devenir des flexibilités valorisables sur les marchés de l’énergie.

Toutefois, un des grands défis derrière toutes ces innovations est leur capacité à conduire à des modèles d’affaires viables et pérennes.

Auprès de qui intervenez-vous ?

Nous intervenons pour toutes les entreprises, agences publiques, collectivités et territoires pour lesquels l’énergie est un enjeu fort.

Par exemple, nous sommes intervenus sur la plupart des grands démonstrateurs smart grids français et sommes impliqués dans les projets régionaux « réseaux électriques intelligents » qui visent à l’industrialisation de certaines fonctions clefs des smart Grids.

Quels sont vos différents métiers ?
Vos différents champs d’action ?

Pour apporter le service le plus complet à nos clients, nous avons structuré nos interventions autour de trois expertises majeures : métier (smart grids, smart city, énergies renouvelables [EnR]), numérique (Industrie 4.0, data science, cybersécurité, blockchain), et organisationnelle (management de projet, agilité, design thinking…).

Ces expertises sont appuyées sur un bureau d’études interne sur les calculs et simulations électriques et un « digital lab » centré sur la valorisation de données énergétiques.

Quels sont vos engagements ?

Yélé est un cabinet engagé à travers nos activités de mécénat de compétences auprès d’associations et d’ONG œuvrant pour l’accès à l’énergie et au numérique pour les populations défavorisées.

Nous avons ainsi travaillé sur des projets solidaires en Asie, en Afrique et très bientôt en France. Cet engagement, nous le partageons avec nos clients qui financent indirectement ces actions solidaires.

Quelles sont vos équipes ?

Aujourd’hui, Yélé est fort de plus de 40 collaborateurs, 6 nationalités différentes, aux parcours complémentaires et diversifiés.

Notre équipe regroupe aussi bien d’anciens chefs d’entreprise que des profils plus jeunes, tous passionnés par les questions de transition énergétique et de transformation numérique.

Intervenez-vous à l’étranger ?

Nous intervenons principalement en Afrique. Nous souhaitons y contribuer au développement de modèles énergétiques durables et équitables.

Pour cela, nous avons créé en 2012 une filiale au Mali qui nous permet de nous développer dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Comment se traduit votre présence ?

Cette présence s’appuie sur le renforcement de nos offres en conseil ainsi que sur des services de support de proximité et de maintenance.

LE LIEN ENTRE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET NUMÉRIQUE TOUCHE TOUTES LES ÉNERGIES, À DES DEGRÉS DIFFÉRENTS. ON PARLE DE L’INTERNET DE L’ÉNERGIE (ENERNET) :
ÉLECTRICITÉ, GAZ, BIOGAZ, CHALEUR, HYDROGÈNE & POWER TO GAS…

Je pense que via les « smart énergies », les Africains ont l’opportunité de réaliser un bond technologique, tout comme ils ont fait avec les téléphones mobiles.

Forts de notre présence locale, nous accompagnons sur place les entreprises françaises qui ont envie de développer des affaires avec le continent africain dans le secteur de l’énergie : études de marchés, études de faisabilité, ingénierie réseau électrique, appui au déploiement de solutions, formation, recherche de financement, etc.

Quelles sont vos réalisations concrètes ?

Grâce à la création d’un centre de formation aux métiers de l’énergie et du développement durable : nous avons ainsi formé plus de 200 étudiants et stagiaires sur les thématiques des EnR et des réseaux électriques.

Enfin, grâce notamment à la structuration et au développement de la filière française des réseaux électriques intelligents sous l’égide de l’association professionnelle « Think Smartgrids » dont nous faisons partie, nous sommes en train de développer des projets ambitieux autour des microgrids « intelligents ».

Nous sommes d’ailleurs toujours en recherche de partenaires techniques et financiers sur tous ces projets en Afrique.

La transition énergétique va-t-elle de pair avec la transition numérique ?

Oui, car le développement massif des EnR ne peut se faire que par les récentes innovations numériques. Décentralisées et intermittentes, les EnR ne peuvent trouver leur place que grâce à l’instrumentation des ouvrages et des réseaux et à la communication digitale de ces dernières années (compteurs communicants, big data, prédictibilité de la production, interfaces hommesmachines intuitifs, cyber sécurité, blockchain…).

C’est en effet une véritable révolution énergétique et digitale qui est en œuvre.

Comment restez-vous informés des évolutions technologiques ?

Nous sommes constamment connectés à l’actualité, nous sommes actifs dans plusieurs cercles d’expertises (think smart grids, pôles de compétitivité …) et nous participons à plusieurs évènements phares du secteur, dont la European Utility Week.

CONTACT

Yélé Consulting
+33 1 47 75 07 80
contact [at] yele.fr
177 avenue Georges Clemenceau
92000 La Défense – Nanterre

Logo Yélé consulting

Au-delà du suivi, nous anticipons les changements à venir à travers notre cellule de veille et d’anticipation et nous collaborons avec plusieurs écoles et centres de recherche.

À ce titre, nous sommes un des partenaires clés du prochain MOOC sur les nouvelles technologies de l’énergie qui démarre le 29 mai 2017.

Quelle est votre ambition ?

Le marché de l’énergie va continuer sa mutation, les territoires vont de plus en plus jouer un rôle central dans la gouvernance d’ensemble.

Nous travaillons à développer et accroître notre avance sur les « smart énergies », aussi bien sur les systèmes énergétiques que sur les usages, et à nous étendre davantage à l’international.

Poster un commentaire