Trois réformes pour rendre compréhensible hors de France le cursus polytechnicien et y attirer d’excellents étudiants de tous pays

Dossier : ExpressionsMagazine N°626 Juin/Juillet 2007
Par François-Xavier MARTIN (63)

La formation polytechnicienne, ainsi d'ailleurs que celle assurée par les autres grandes écoles d'ingénieurs françaises, se trouve en ce début du XXIe siècle dans une situation paradoxale :   • la filière des classes préparatoires et des écoles d'ingénieurs n'est pas touchée par la désaffection croissante pour les études scientifiques que connaissent actuellement les pays occidentaux…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.
Se connecter S’enregistrer