Sur la voie d’une métamorphose

Dossier : Le fret ferroviaireMagazine N°699 Novembre 2014
Par Hervé De TRÉGLODÉ (70)

En France, le transport ferroviaire du fret est en crise depuis 1975. Tandis que le PIB n’a presque jamais cessé d’augmenter, les quantités transportées, elles, n’ont pas laissé de diminuer.

Pourtant, ce mode est universellement prisé : il brûle moins d’hydrocarbures, il rejette dans l’air peu de gaz à effet de serre, il est sans danger ou presque, il ne coûte pas cher quand les convois sont remplis.

“ Les avantages écologiques et économiques du transport ferroviaire sont incontestables ”

Mais ses défauts effraient l’industrie. Trop souvent, les trains sont en retard, le délai est excessif pour organiser ou réorganiser un flux, les trajets sont anormalement longs, nombre d’acheminements sont impossibles ou interrompus.

Or, les Allemands ont réussi quand les Français échouaient.

Le plus grand atout de la France, c’est qu’elle ne manque ni de passion ni de talent pour renouveler ce transport.

Les avantages écologiques et économiques du transport ferroviaire sont incontestables. Mais ils ne prennent leur plein effet que si les trafics sont lourds, que si les circulations sont à l’heure. C’est vrai du reste des marchandises comme des voyageurs.

Or, aujourd’hui, tous les roulements ne sont pas des grands fleuves, loin s’en faut. Et tous les allers et retours ne sont pas des mouvements d’horlogerie.

Pour réussir, la France ferroviaire doit se préparer à une métamorphose, et non à un simple redressement. Dans cinq ou dix ans, quelle que soit sa part de marché, le transport ferroviaire de fret sera d’une autre nature.

Financièrement équilibré, à l’aise dans un vaste marché européen (un demi-milliard d’habitants), aiguillonné par la concurrence, il aura tiré le plus grand profit de la 4e révolution industrielle, qui paraît presque avoir été faite pour lui.

En tous pays, cette révolution naissante va produire une nouvelle économie, nourrie par la créativité, la datasphère (la fusion des grandes bases de données), la robotique et l’écologie.

Demain, le train de fret sera la parfaite réalité d’un réseau virtuel bien conçu, sans aléa et très souple. Comme le réseau sanguin d’un homme en bonne santé.

 

Poster un commentaire