Réconcilier l’économique et le social !

Dossier : Vie des EntreprisesMagazine N°748 Octobre 2019
Par Patrice RAULIN (66)

Depuis près de 35 ans, pour répondre à l’exclusion et l’isolement des personnes en difficulté, Habitat et Humanisme agit en faveur du logement, de l’insertion et de la recréation de liens sociaux. Rencontre avec Patrice Raulin (66), vice-président de la Fédération Habitat et Humanisme et co-gérant de la Foncière d’Habitat et Humanisme.

 

Quelles sont les principales missions d’Habitat et Humanisme ?

Créé en 1985 par Bernard Devert, Habitat et Humanisme s’est donné pour mission de favoriser l’accès au logement des familles et personnes seules, en précarité, et d’accompagner les personnes logées pour les aider dans leur insertion sociale. Pour contribuer au développement de villes ouvertes à tous, le Mouvement privilégie une localisation des logements dans des quartiers « équilibrés ». Habitat et Humanisme est présent dans 80 départements français, en Belgique et au Luxembourg.

Pour accomplir cette mission, le Mouvement s’appuie sur 3 piliers :

  • La production et la mobilisation de logements individuels ou collectifs, à faibles loyers. Habitat et Humanisme produit des logements via ses sociétés foncières et fait appel à des propriétaires solidaires qui lui confient des logements en gestion ;
  • L’accompagnement des personnes logées réalisé par des équipes de bénévoles et salariés. Par le biais de suivis personnalisés et d’animations collectives, l’accompagnement vise à retisser des liens sociaux et favoriser l’insertion sociale ;
  • La réconciliation de l’économique et du social, en développant des outils économiques à vocation sociale : foncières solidaires, agences immobilières à vocation sociale, produits d’épargne solidaire… et en collaborant avec les acteurs économiques, entreprises et institutions financières.

Vous avez pour objectif de “restaurer le corps social”. Comment cela se traduit-il concrètement ?

En proposant un logement à chacun, adapté à ses besoins et ses ressources, en facilitant l’insertion des personnes, en favorisant la création de liens sociaux au niveau d’un immeuble, d’un quartier, notre objectif est de redessiner des villes et plus largement, une société, à visage humain.

Habitat et Humanisme expérimente des solutions d’habitat innovantes, pouvez-vous nous donner un exemple ?

Les résidences intergénérationnelles en sont un. Destinées à la fois à des familles précaires, notamment monoparentales, des jeunes sans ressources et des personnes âgées fragilisées, ces petits habitats comprennent des logements individuels et des espaces collectifs (salle commune, jardin…). Avec 10 ans de recul, le retour d’expérience est particulièrement encourageant : la dynamique participative et collaborative qui se met en place avec l’aide des équipes de bénévoles et salariés, permet de rompre l’isolement, de développer l’entraide et le sentiment d’utilité. Elle favorise l’insertion des jeunes et des familles et sécurise les aînés.

Vous êtes co-gérant de la Foncière d’Habitat et Humanisme, pouvez-vous nous dire quel est le rôle de cette entreprise sociale et solidaire ?

Pour mener son action, Habitat et Humanisme a créé deux foncières à vocation sociale, la Foncière d’Habitat et Humanisme et Entreprendre pour Humaniser la Dépendance. Ces foncières ont pour objet la construction, l’acquisition et la rénovation de logements et d’établissements pour seniors, à destination de personnes en difficulté.
La Foncière d’Habitat et Humanisme produit ainsi des logements à très bas niveau de loyer, de l’ordre de 5 euros le mètre carré – en dehors des zones les plus tendues. Ces logements étant conventionnés, les personnes logées bénéficient de l’APL qui couvre la plus grande partie des loyers.
À la fin 2018, la Foncière disposait d’un parc de plus de 4 000 logements répartis sur l’ensemble du territoire et elle en produit plus de 300 nouveaux par an, majoritairement dans des zones tendues.
Pour assurer la maintenance et le bon entretien de son parc, la Foncière a mis en place un plan stratégique de patrimoine dont l’un des objectifs est d’améliorer la qualité énergétique des logements et limiter ainsi les charges pour les locataires. La Foncière est aujourd’hui un des principaux acteurs du tiers-secteur de la maîtrise d’ouvrage sociale en France, agréée Entreprise solidaire d’utilité sociale ESUS et de statut SIEG (service d’intérêt économique général).

Réconcilier l’économique et le social est un axe fort pour Habit et Humanisme. Quelles sont les principales actions ou initiatives que vous mettez en place pour relever ce défi ambitieux ?

Habitat et Humanisme développe un modèle associatif innovant, à la croisée de l’économique et du social. Le Mouvement crée des entreprises à vocation sociale comme la Foncière mais aussi des AIVS (agences immobilières à vocation sociale), axe le financement de son action sur l’investissement et l’épargne solidaires et collabore étroitement avec les entreprises et le monde économique.

La Foncière d’H&H fait ainsi appel à des investisseurs attentifs à la valeur sociale et solidaire de leur placement, lors d’augmentations de capital visées par l’Autorité des marchés financiers, pour un montant annuel d’environ 20 millions d’euros.

Par effet de levier, ces fonds propres (environ 40 %) permettent de mobiliser des subventions publiques (20 %) et des prêts de la Caisse des Dépôts et Consignation (40 %) pour financer la production de logements.

Ces investisseurs solidaires bénéficient d’un avantage fiscal.

Le Mouvement a également développé, en lien avec des partenaires bancaires et financiers, une gamme de produits d’épargne solidaires : livrets d’épargne, cartes solidaires, Fonds Communs de Placement de partage, assurances-vie solidaires… pour lesquels le souscripteur fait un don (pour la carte) ou partage ses intérêts annuels avec le Mouvement.

Chaque année, cette épargne solidaire représente environ 700 000 euros de ressources pour le Mouvement.

À la fin 2018, plus de 25 000 épargnants et investisseurs solidaires accompagnent ainsi Habitat et Humanisme.

Par ailleurs, notre expertise en ingénierie immobilière et patrimoniale, nous permet d’accompagner de façon personnalisée des personnes qui souhaitent s’investir dans un projet sur mesure répondant à leurs aspirations philanthropiques, tout en tenant compte de leurs intérêts fiscaux et patrimoniaux.

Le mécénat représente également une part importante de nos ressources : en 2018, plus de 45 entreprises ont soutenu Habitat et Humanisme à travers un soutien financier ou du mécénat de compétences. Notre grand partenaire, Altarea Cogedim, nous soutient depuis plus de 10 ans sous différentes formes.

Quels sont les enjeux auxquels vous devez faire face aujourd’hui ?

Nous devons faire face à l’augmentation de la précarité et de l’isolement qui touchent de plus en plus de personnes en France, y compris des gens qui travaillent mais n’arrivent pas à se loger, notamment dans les grandes villes ; et aux nouvelles problématiques qui émergent comme celle des réfugiés.

Pour faire face à ces enjeux, le Mouvement doit être en capacité de :

  • Continuer à innover, notamment dans le domaine de l’habitat inclusif créé par la Loi Élan (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) ;
  • Accroître sa capacité de logement et d’hébergement ;
  • Mobiliser davantage de bénévoles pour renforcer les équipes locales en charge de l’accompagnement des familles logées, et faire évoluer les pratiques d’accompagnement pour être au plus près des attentes et des besoins des différents publics accueillis et logés ;
  • Consolider son modèle économique, fondé sur l’épargne et l’investissement solidaires, en tenant compte des évolutions fiscales.

Dans ce contexte, nous faisons largement appel à tous ceux qui souhaitent participer à notre action par le biais de l’épargne et l’investissement solidaire, le don ou le bénévolat, le mécénat, ainsi que tous ceux qui voudraient bâtir un projet philanthropique personnalisé avec Habitat et Humanisme. N’hésitez pas à nous contacter !

Poster un commentaire