Pourquoi rejoindre le groupe X-Consult ?

Dossier : Entreprise et managementMagazine N°579 Novembre 2002
Par Jean-Claude PÉLISSOLO (58)

L'absence d'un groupe X dans ce domaine, et plus généralement dans celui des prestations dites " intellectuelles ", était donc un anachronisme et a conduit quelques camarades à combler cette lacune en créant, en avril 2000, le groupe X-Consult.

Aujourd'hui, nous sommes 150, de tous âges : le doyen est X 48, le plus jeune X 97.

La très grande majorité des membres exerce en indépendant ou en petite structure, ce qui s'explique par le fait que les grands cabinets de conseil ont en eux-mêmes une capacité d'accueil et de partage d'expérience jugée la plupart du temps suffisante par les intéressés.

Les objectifs du Groupe sont en effet :

de faire profiter chaque membre de l'expérience des autres par un processus d'apprentissage mutuel,
• de constituer un réseau virtuel de compétences permettant à chacun d'accéder à un champ plus large de missions.

Le premier objectif est particulièrement orienté vers les camarades qui débutent ou envisagent de débuter " en solo " dans cette profession.

Trois périodes de la carrière sont concernées :

• tout début de cursus : sortie d'école ou du premier poste professionnel ; il s'agit alors le plus souvent de prestations techniques,
• milieu de carrière, sous forme de transition, programmée ou non, et plus ou moins longue, entre deux parcours salariés,
• fin de carrière, pour assurer un raccordement harmonieux avec la retraite.

Dans ces trois cas, l'obstacle principal est l'absence de formation aux " fondamentaux " du métier, même si certains ont pu pratiquer, dans leur vie antérieure, une certaine forme de " conseil interne ".

C'est là que le partage d'expériences avec ceux des membres qui ont déjà derrière eux quelques années de pratique du métier se révèle utile. Ce partage s'effectue :

• soit au cours de réunions périodiques (en moyenne une par mois en fin d'après-midi) que le Groupe organise sur un thème précis et annoncé à l'avance (voir encadré). La réunion débute par une introduction d'environ trente minutes faite par un des membres familiers du sujet ou un invité extérieur, et se poursuit par un débat ;
• soit par des contacts individuels : un certain nombre de nos membres ayant accepté de jouer le rôle d'interlocuteurs bénévoles pour ceux qui désirent tester leur projet en tête-à-tête ;
• soit par accès à un site privé, contenant des fiches techniques ou des informations ciblées, par exemple :
  – ouvrages de référence sur tel ou tel thème,
  – comment créer une entreprise individuelle de services ?
  – comment tarifer ses prestations en individuel ?

Le second objectif vise à pallier les handicaps commerciaux du consultant solitaire ou de la petite structure, à la fois en termes de crédibilité de l'offre et d'exhaustivité des compétences.

Il s'agit là, à partir d'informations recueillies par des voies diverses (qui seront d'autant plus nombreuses que le Groupe aura accru sa notoriété), de permettre à des membres de monter des réponses pertinentes et complètes à des appels d'offres et des consultations, au besoin en constituant des groupe-ments ad hoc.

Précisons que dans ce cas le Groupe ne joue pas le rôle de structure commerciale intermédiaire, ce que ses statuts lui interdisent, mais de diffuseur d'informations et d'aide aux contacts.

Parmi les outils utilisés, citons :
• un annuaire privé des membres, permettant à ceux-ci de trouver rapidement les compétences complémentaires des siennes,
• une " mailing list " servant à diffuser rapidement des demandes de missions.

En outre, certains de nos membres se sont organisés en réseau permanent, et mettent en commun des moyens logistiques et des actions commerciales. C'est par exemple le cas de la structure baptisée X-Team, animée par Georges Richerme (60).

Bien entendu, l'efficacité du Groupe obéit à la loi de Metcalfe, selon laquelle la valeur d'un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs ! Cela nous conduit à souhaiter que nombre des lecteurs de cet article nous rejoignent, car notre effectif actuel (150) est encore loin de celui des X exerçant dans le conseil, même si on se limite aux indépendants et aux petites structures.

C'est d'ailleurs cet objectif de renforcement du réseau qui nous a conduits récemment à nous rapprocher d'associations analogues existant dans d'autres écoles d'ingénieurs. Nous appuyant sur l'existence de l'Association des anciens élèves des grandes écoles (AAEGE), nous avons participé en 2001 à la création d'un intergroupe baptisé AAEGE-Consultants, regroupant des anciens Gadzarts, Centraliens, Mineurs, Supelec et X.

Quatre réunions communes ont déjà eu lieu, avec des invités prestigieux tels que Bertrand Collomb et Jean-Pierre Auzimour. Nous projetons par ailleurs de mettre à la disposition du groupe un annuaire documenté sur les formations au conseil, sous forme d'un site Internet qui devrait ouvrir à fin 2002.

Toute information complémentaire sur X-Consult, notamment sur les formalités d'adhésion, peut être trouvée :
• soit sur notre site public : www.x-consult.org
• soit en adressant un mél à l'adresse suivante : x-consult [at] polytechnique.org

Pour conclure, rappelons que les atouts compétitifs d'un consultant individuel sont, en général, la souplesse, la réactivité, la compétence ciblée et l'expérience de terrain, qui peuvent lui assurer un meilleur rapport qualité-prix que des structures plus lourdes. En revanche il rencontre souvent deux sortes de difficultés :

• difficulté à réunir toutes les compétences requises (juridiques, financières, organisationnelles, internationales) pour traiter un dossier complexe,
• difficulté à lisser son plan de charge.

L'existence de X-Consult, outre la structure d'accueil et de partage qu'elle offre aux camarades qui abordent ce métier, peut contribuer à pallier ces difficultés et à améliorer le bras de levier commercial de ses membres.

Les réunions-débats de X-Consult

 Exemples de sujets traités

 Parmi les quelque vingt réunions tenues depuis la création de X-Consult en 2000, on peut citer :

  • La démarche commerciale du consultant indépendant.
  • La formation du consultant, la recherche de ses domaines d'excellence.
  • Le consultant et les grandes institutions internationales.
  • L'environnement, une opportunité pour le consultant indépendant.
  • Les décisions fiscales, sociales et patrimoniales du consultant indépendant.
  • Le coaching.
  • Le e-learning.
  • Les missions d'intérim de direction.
  • Le capital-risque et le conseil.
  • Les outils Internet du consultant.
  • Grands cabinets et consultants indépendants : concurrents ou complémentaires ?
  • Sécurité informatique pour le consultant.
  • La logistique du consultant.
  • La propriété intellectuelle et son incidence sur les métiers du conseil.
  • Création et croissance d'une unité de conseil interne à une entreprise.
      

Poster un commentaire