Pierre Jacquard en 1994

Pierre JACQUARD (54), un major inoubliable

Dossier : TrajectoiresMagazine N°721 Janvier 2017Par : Jacques BERGEZ (54), Jean-Marc BONNAMY (54), Bernard ESAMBERT (54), Pierre JEANJEAN (54), Serge SAYAN (54)

Dès après l’École des mines, Pierre Jacquard s’est engagé dans l’industrie pétrolière en suivant les cours de l’ENSPM (École nationale supérieure du pétrole et des moteurs) au sein de l’Institut français du pétrole.

Entré comme ingénieur de recherche à l’IFP, il en a rapidement gravi les échelons, étant promu successivement secrétaire général technique en 1964, directeur général adjoint en 1970, directeur général délégué en 1982 puis président en 1988 et président d’honneur à son départ à la retraite.

DE L’IFP AU CEA

L’IFP a toujours été l’enfant chéri de Pierre et il ne lui a été temporairement infidèle entre 1976 et 1981 que pour suivre André Giraud – lui-même major de la promo 1944 et directeur général de l’IFP de 1958 à 1964 – lorsque ce dernier a assumé les fonctions d’administrateur général délégué du gouvernement auprès du commissariat à l’Énergie atomique.

Pierre a exercé au CEA les fonctions de délégué aux matières nucléaires puis de délégué à l’innovation et à la valorisation industrielle.

RESPONSABILITÉS ET HONNEURS

Au cours de sa carrière, Pierre a accumulé les honneurs et les responsabilités tant nationales qu’internationales. Il a été élu en 1987 et continument réélu président ou vice-président des Congrès mondiaux du pétrole et il a participé à l’activité pétrolière de nombreux pays dont la Russie et la Norvège.

“ Entré comme ingénieur de recherche à l’IFP il en a rapidement gravi les échelons ”

Ce dernier pays l’a honoré de la médaille de commandeur royal du Mérite norvégien. Pierre était également commandeur de la Légion d’honneur.

Il a présidé ou siégé aux conseils d’administration de nombreuses sociétés telles qu’Armines, GEP-ASTEO, Maurel et Prom, Sophor, Sercel, Vigicell, etc., sans oublier la présidence de l’Institut Henri-Poincaré.

Juste retour des choses : il avait reçu en 1956 avec le prix Laplace de l’Académie des sciences les œuvres complètes de cet illustre mathématicien.

UNE VIE ANIMÉE PAR LE SENS DU DEVOIR

Pierre Jacquard à l'X en 1954Mais au-delà des titres et des honneurs Pierre restera avant tout dans la mémoire de ceux qui l’ont connu et tout spécialement de ses camarades de promotion quelqu’un d’exceptionnel non seulement par son intelligence mais avant tout par ses qualités humaines : tous garderont le souvenir de sa personnalité hors du commun, de son humour, de sa profonde simplicité, de sa bienveillance et de sa fidélité en amitié.

Il laisse derrière lui le sillage d’une vie droite animée du sens du devoir.

UN CASERT LIÉ PAR L’AMITIÉ

Nous partagions le même casert et depuis cette époque lointaine nous ne nous sommes jamais perdus de vue malgré la diversité de nos carrières et notre dispersion géographique.

Nous étions liés par une indéfectible amitié, et cette disparition d’un très cher camarade et intime ami nous touche tout particulièrement comme elle ne manquera pas de toucher nombre de nos cocons. Nous partageons le chagrin de ses proches : c’est aussi le nôtre

Commentaire

Ajouter un commentaire

CARBONNIER Michelrépondre
6 mars 2017 à 21 h 24 min

Mon ami d’enfance Pierre Jacquard
J’ai écrit à votre Président à son sujet. Du fait de son décès brutal sur son lieu de villégiature, ses obsèques sont passées inaperçues. Nous fumes au Lycée Gouraud de Rabat durant une quinzaine d’années il habitait au 7 de la rue Charcot (Zenqat Guerraoui aujourd’hui) et moi au 9. A Saint-Cyr les promotions choisissent un nom d’ Ancien remarquable, proche ou lointain peu importe. Dommage que Polytechnique n’en fasse pas autant, Pierre y aurait eu sa place. BIen cordialement à tous les porteurs (et porteuses) du bicorne.

Répondre