Les équipes de l'École polytechnique à l'ouvrage

L’X accueillera le centre d’excellence de Fujitsu sur l’intelligence artificielle

Dossier : ExpressionsMagazine N°725
Par Axel MERY

Fujitsu a annoncé un investissement de 50 millions d’euros pour soutenir la transformation numérique en France. Un des axes de cet engagement est l’ouverture d’un centre d’excellence sur l’intelligence artificielle au sein de l’incubateur de l’École polytechnique, le Drahi X-Novation Center.

Le groupe Fujitsu a récemment annoncé un plan d’investissement de 50 M€ pour la France.
Pourquoi ce focus sur l’intelligence artificielle ?

Aujourd’hui, les marchés du cloud et du numérique, sur lesquels Fujitsu se positionne actuellement, sont en forte croissance. Si le groupe dispose déjà de beaux produits et de belles offres, cet investissement a pour but d’ accélérer leurs développements en Europe.

“ La France est réputée pour la qualité et l’efficacité de ses mathématiciens ”

À l’heure actuelle, l’intelligence artificielle est encore perçue comme un marché jeune, et peu structuré. Nous avons choisi de nous focaliser sur ce domaine pour trois raisons : d’abord, au Japon, Fujitsu est très reconnu dans le domaine de l’intelligence artificielle, que ce soit au niveau logiciel ou au niveau infrastructure.

Fujitsu France a donc une forte capacité à réaliser et à déployer des solutions basées sur l’intelligence artificielle pour nos clients. Ensuite, l’intelligence artificielle est une des forces du groupe.


Nous avons bénéficié d’une mobilisation complète des équipes de l’X.
© ÉCOLE POLYTECHNIQUE – J. BARANDE

En effet, cette technologie fait partie des quatre axes stratégiques définis par le président Tanaka depuis plus d’un an (les trois autres étant l’Internet des objets, le cloud et la sécurité).

La France dispose de l’un des meilleurs viviers de compétences au monde. Elle est réputée pour la qualité et l’efficacité de ses mathématiciens. Le groupe a une forte conviction : l’intelligence artificielle est la technologie qu’il faut maîtriser pour être un grand acteur sur le marché de demain.

Cette technologie va nous permettre de fournir des outils plus performants, tels que les chatbots et permettre aux métiers traditionnels d’être plus efficaces.

“ Le Drahi X-Novation Center correspond parfaitement au type de collaboration que Fujitsu a envie de mener avec les étudiants et les start-up ”

Une autre composante technologique intéressant nos clients, et sur laquelle nous allons nous focaliser, est l’analyse d’image (photo ou vidéo). Nous abordons le sujet sur trois axes. D’abord, l’amélioration de la qualité : s’assurer que les produits sortant de la chaîne de production sont conformes, ne présentent pas de défaut ou de danger. Cette solution est destinée à nos clients du secteur industriel.

Ensuite, la sécurité et la sûreté : identifier les comportements dangereux, les accidents et détecter les potentiels dangers. Ces solutions s’adressent à nos clients de l’industrie et du retail.

Enfin, l’analyse du comportement : comprendre où vont les individus et ce qu’ils font. Cet aspect marketing répond aux besoins de nos clients retail et leur permet d’améliorer l’expérience consommateur en magasin grâce à ces informations.

L’intelligence artificielle est une technologie dont le champ d’application est transverse aux différents métiers de nos clients.

Comment cet investissement s’intègre-t-il à la plateforme MetaArc et comment va-t-il soutenir la transformation numérique de vos clients ?

Cet investissement permettra le développement de solutions qui viendront enrichir la plateforme MetaArc, qui est la suite Fujitsu concernant la numérisation des métiers et l’informatique hybride.

L'École polytechnique au salon « Viva Tech start-up connect 2016 ».
Le pôle entrepreneuriat et innovation au salon « Viva Tech start-up connect 2016 ». © ÉCOLE POLYTECHNIQUE – J. BARANDE

Cette suite est composée d’un ensemble de solutions, développées en interne mais également par les start-up acquises par le groupe telles que UShareSoft, etc.

Par ailleurs, la technologie n’est qu’une composante de la transformation numérique, c’est pourquoi nous accompagnons nos clients dans leur transformation autour de trois piliers : humain, processus et technologique.

Aujourd’hui, les acteurs du marché se concentrent sur l’aspect technologique alors que ce n’est pas forcément l’angle le plus pertinent. Avec MetaArc, nous travaillons sur les aspects humains et sur les processus, car ces deux éléments constituent les grands enjeux.

Si certains projets de transformation numérique échouent, c’est parce que les équipes en charge du projet se sont trop focalisées sur l’aspect technologique et n’ont pas pris suffisamment en considération les deux autres piliers.

Pourquoi avoir choisi l’École polytechnique ?

Suite à une précédente collaboration avec l’École polytechnique pendant le Fujitsu World Tour 2016, dans le cadre du concours Linked Open Data, nous avons eu l’occasion de créer une relation solide avec l’X, qui nous a permis d’avoir très rapidement des discussions abouties sur le sujet de l’investissement du groupe en France.

En outre, l’X est l’une des meilleures écoles d’ingénieurs dans le monde et son incubateur de start-up, le Drahi X-Novation Center, correspond parfaitement au type de collaboration que Fujitsu a envie de mener avec les étudiants et les start-up.

Nous avons bénéficié d’une mobilisation complète des équipes de l’X, et en particulier du président Jacques Biot (71), de MM. Pacard, Rossin et Somekh. La présence, à la tête de Fujitsu France, de Benjamin Revcolevschi (94) n’a bien sûr pas été pour rien dans ce succès.

Le but de ce centre d’excellence n’est pas de se focaliser sur de la recherche et développement, mais de délivrer des solutions concrètes et de répondre aux objectifs métiers de nos clients.

CRÉER UN ÉCOSYSTÈME ENTRE BUSINESS ET CODÉVELOPPEMENT

Le centre va se partager entre une activité business et de la recherche appliquée. Les frontières historiques entre R&D et business n’existant plus, tout doit être lié.
Notre objectif est d’être sûr que les solutions développées répondent à un usage spécifique. C’est pour cela que nous créons cet écosystème entre business et corecherche/ codéveloppement.

Nous avons actuellement une forte visibilité auprès des écoles, et nous sommes d’ailleurs en discussion avec plusieurs d’entre elles. De ce fait, il n’est pas impossible de voir d’autres projets naître en collaboration avec ces dernières.

Pour conclure, quelle est la liaison entre l’Inria et le centre d’excellence ?

Au sein du centre d’excellence, une partie sera orientée business et une autre, portée par les laboratoires, sera orientée recherche. Dans la partie recherche, il y a, entre autres, les accords entre Fujitsu et l’Inria. Nous avons mis en place une gouvernance afin de s’assurer de la cohérence entre les sujets d’études choisis avec l’Inria et les besoins de nos clients.

Notre volonté est que le fruit de cette recherche puisse être utilisé dans nos projets clients à moyen terme.

Adapté d’un article paru sur le blog de Fujitsu-France.

Poster un commentaire