Les polytechniciens au championat de France de parachutisme

Le parachutisme sportif fait peau neuve à l‘École

Dossier : ExpressionsMagazine N°678
Par Raphaël BOUGANNE (10)

Stages et week-ends

Le stage de juillet, d’une semaine, est destiné à tous les élèves et cadres pratiquant le parachutisme à l’École. Il est par ailleurs l’occasion pour un petit nombre d’élèves de la promotion arrivant sur le Plateau de commencer le parachutisme.

Une dizaine d’élèves a donc l’opportunité de suivre une formation au parachutisme sportif qui permet d’être autonome par la suite.

Le stage de février, organisé à Béni Mellal au Maroc, permet de poursuivre l’activité alors que les conditions météo ne le permettent pas en métropole. Il contribue également au rayonnement de l’École à l’international.

Ce stage phare laisse un souvenir profond à tous ceux qui ont eu la chance d’y participer.

Le stage de Pâques, auquel participent les élèves de deuxième année (ceux de troisième année étant partis pour leur stage de recherche), est la seconde opportunité de débuter le parachutisme.

Les week-ends (une dizaine dans l’année) permettent, quant à eux, aux élèves confirmés de s’entraîner pour les compétitions, de passer des qualifications de parachutisme, et bien sûr avant tout de progresser et de se faire plaisir.

Progression

Pratique
Que vous soyez un ancien du binet X-Para, que vous continuiez la chute, que vous souhaitiez prendre contact avec les parachutistes de l’École ou tout simplement que vous soyez fan de parachutisme, n’hésitez pas à nous écrire : raphael.bouganne@polytechnique.edu

Le parachutiste entame sa formation avec une PAC (progression accompagnée en chute) au cours de laquelle il acquiert rapidement l’autonomie complète en l’air, sous voile, et au sol.

En un minimum de 6 sauts à 4 000 mètres d’altitude accompagnés par un moniteur (deux pour le premier saut), l’élève possède les notions techniques et sportives de base pour la pratique du parachutisme sportif.

Ensuite, il passe des brevets prouvant son niveau en chute. Quelques brevets particuliers autorisent plus de liberté en l’air : par exemple, le brevet B2 permet de sauter à plusieurs lors d’un même saut.

L'encadrement du parachutisme à l'Ecole polytechnique
© ARNAUD CAZALIS

Renouvellements
La Section militaire de parachutisme sportif (SMPS) de l’École polytechnique a vu son bureau totalement renouvelé à l’été 2012.
L’officier TAP (troupes aéroportées), le capitaine Durozey, a été remplacé par le capitaine Cazalis. Le sous-officier TAP, l’adjudant-chef Godréaux, pointure dans le milieu du parachutisme français, a, quant à lui, été remplacé par l’adjudant-chef Jestin. Pour autant, le dynamisme de cette activité emblématique à l’École n’est pas entamé.

Compétitions

Les élèves et quelques cadres participent à des compétitions. La dernière en date est le championnat de France FCD (Fédération des clubs de la défense) qui a eu lieu du 18 au 20 mai 2012 à Pujaut dans le Gard. Organisé par l’adjudant- chef Godréaux avec le soutien logistique du 1er régiment étranger de génie, c’est sa cinquième édition.

L’équipe « cadres » a été sacrée championne de France en vol relatif à trois avec le capitaine Vincent Durozey, le capitaine Arnaud Cazalis et l’adjudant Mickael Gente.

L’équipe des élèves de la promo X2009 est classée 8e sur 11 équipes engagées, également en vol relatif à trois avec Grégoire Baccon, Florent Brach et Maxime Rault. 

Saut en parachute de trois polytechniciens

Commentaire

Ajouter un commentaire

Anonymerépondre
13 novembre 2012 à 13 h 16 min

vive le parachutisme !
vive le parachutisme !

Répondre