Le monde du luxe : entre tradition et digital

Dossier : 225e anniversaire de l'École polytechniqueMagazine N°749 Novembre 2019
Par Arnaud CAPDEVILLE (91)

La maison Louis Vuitton est taillée pour permettre aux jeunes polytechniciens de découvrir des métiers industriels et traditionnels dans un environnement passionnant. Le point avec Arnaud Capdeville (91) Directeur Qualité de Louis Vuitton.

 

La maison Louis Vuitton fête cette année ses 165 ans. Comment a-t-elle réussi à combiner tradition et modernité ?

Nous avons réussi à maintenir notre savoir-faire artisanal au fil des décennies. Nos produits sont réalisés dans nos ateliers ( essentiellement en France, mais aussi en Italie, Espagne et États-Unis) en nous appuyant sur une école interne de formation qui forme nos artisans et permet de maintenir nos traditions.
Cependant, Louis Vuitton a également toujours innové. Cela se traduit par le déploiement des nouvelles technologies comme la blockchain pour assurer la traçabilité de nos matières, le big data pour mieux comprendre ce que disent sur les réseaux sociaux nos clients sur la qualité de nos produits ou bien encore le lean manufacturing qui nous permet d’adapter en permanence la fabrication de nos ateliers aux attentes de nos clients. C’est d’ailleurs cette capacité à innover et à se remettre en question en permanence qui m’ont attiré chez Louis Vuitton après une carrière dans l’industrie agroalimentaire.

L’innovation technologique est un axe stratégique pour Louis Vuitton. Quels sont les sujets qui vous mobilisent dans ce cadre ?

Bien que nous soyons historiquement un malletier et un maroquinier, nous n’avons pas hésité à nous lancer dans de nouveaux métiers très technologiques avec la conception, la fabrication et la commercialisation de montres ou d’écouteurs connectés. Pour marier harmonieusement le luxe et le digital, nous avons noué des partenariats avec des sociétés technologiques de la Silicon Valley. Il s’agit d’allier nos savoir-faire artisanaux ancestraux avec l’utilisation des nouvelles technologies. C’est pourquoi nous avons également fait le choix de nous lancer dans le parfum. C’est tout un nouvel univers pour Louis Vuitton qui suppose l’acquisition de nouveaux savoir-faire. Cet aspect illustre parfaitement notre capacité à nous réinventer en permanence et consolide notre positionnement dans l’univers du luxe.

Sur un plan plus personnel, quel est votre périmètre d’action et quels sont les principaux enjeux propres à vos fonctions ?

Nous sommes une entreprise très intégrée puisque nous avons nos propres tanneries, nous fabriquons dans nos ateliers et commercialisons nos produits dans nos réseaux de magasins en propre. Ainsi, mon périmètre d’action est très vaste, allant des matières premières jusqu’au client final en passant par nos ateliers de fabrication ; un jour travaillant sur nos malles à Asnières, le lendemain dans notre manufacture d’horlogerie à Genève !

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer