L’univers du luxe, un espace infini pour les ingénieurs

Dossier : Dossier FFEMagazine N°710 Décembre 2015
Par Benjamin RANG

Derrière le rayonnement de nos produits se cachent des prouesses techniques et organisationnelles. Ainsi le rôle déterminant du nez dans la création d’un parfum est connu.

Mais qu’en est-il de celui de l’ingénieur dans sa production ? Pour Benjamin Rang, Directeur des Ressources Humaines Opérations chez Parfums Christian Dior : « L’ingénieur joue un rôle clé dans l’industrie du luxe.

Il crée des conditions propices au développement des savoir-faire de nos artisans. Il nous aide aussi à optimiser la production, la logistique, ses connaissances lui permettant de gérer la complexité grandissante des technologies et des flux d’information. Il apporte aussi des solutions en matière d’organisation du travail. »

Expertises multiples

Pas un profil donc, mais de multiples talents. Chez LVMH et dans les Maisons, nous recherchons des ingénieurs dans des disciplines bien spécifiques.

Développer, mettre en œuvre et maintenir à jour des technologies de pointe ou créer de nouveaux produits requièrent des compétences techniques avancées. Mais pas seulement.

Nous avons également besoin d’ingénieurs généralistes qui puissent intervenir sur tout notre process de production : gestion d’équipe, logistique, qualité, achats, packaging. Leur capacité de synthèse et de recherche de solutions est ici plus que précieuse.

L’ingénieur au sein de LVMH doit être en mesure d’appréhender un environnement à la fois artisanal et technique et donc d’articuler savoir-faire patrimonial et technologies de pointe. Les hautes technologies sont présentes également chez Parfums Christian Dior.

« Nous utilisons des technologies de pointe pour la fabrication, le conditionnement et la palettisation de nos produits, commente Benjamin Rang. L’automatisation et la robotisation sont très fortes, ce qui nous permet de garder des avantages concurrentiels et d’éviter au personnel des postes à forte pénibilité. »

Abstrait et concret à la fois

A partir d’une fonction dans la production, les passerelles sont multiples, y compris vers le contrôle de gestion industriel.

L’ingénieur est d’autant plus pertinent dans son analyse des chiffres qu’il les interprète en connaissance de cause grâce à une solide expérience acquise sur le terrain au sein de sa Maison.

Savoir-faire et Savoir-être

« À tous les ingénieurs, nous demandons des qualités de management », souligne Benjamin Rang. « En plus d’excellentes connaissances techniques, un très bon sens relationnel est requis pour garantir une démarche de co-construction avec les autres parties prenantes de l’entreprise ».

Si l’ingénieur doit gérer au quotidien la résolution de problèmes et les changements d’organisation qui en résultent, il lui faut également savoir animer une équipe tout en portant la vision de l’entreprise.

Car derrière les plans de charge, il y a toujours les hommes et des femmes : « Au-delà des questions techniques ou financières, il y a l’humain et le sens donné aux tâches. Ce qui nous rassemble ? La quête de l’excellence et les valeurs de la marque.

« C’est l’aiguillon qui nous pousse à rechercher des solutions dans des territoires encore inexplorés et d’imaginer le futur. Et c’est cette même passion qui nous aide à partager nos actions en interne ».

Double perspective

Généralement manager, l’ingénieur ne perd jamais de vue le consommateur final. « C’est la demande du client qui guide notre action, de la production jusqu’à l’expédition des produits jusqu’au point de vente, partout dans le monde ». L’exigence de la qualité est portée quotidiennement par nos ingénieurs à travers le monde.

Incarnant la promesse de talent et d’adresse inscrite dans l’origine latine du mot (ingenium), ils font d’un univers complexe et en constante évolution leur territoire de recherche. Et les Maisons de LVMH leur offrent un espace sans limites.

 

TÉMOIGNAGE

Rachel FONCK (08)
École d’application : AgroParisTech
« Après un stage de fin d’études en R&D, j’ai intégré les Opérations chez Parfums Christian Dior en 2013 en tant que chef de projet sur l’intégration d’une nouvelle ligne de conditionnement.
Au cours de ce projet, mes responsabilités principales étaient de constituer et piloter l’équipe projet, gérer les relations avec les fournisseurs d’équipement, former et manager l’équipe de production au démarrage de la ligne, tout en garantissant le respect du planning et des coûts.
Depuis un an je suis chef de projet pour l’organisation et la planification de production pour les Maisons de LVMH ayant choisi Dior comme partenaire industriel et logistique. Mon quotidien consiste à piloter les nouveaux projets des autres Maisons avec Dior et assurer la liaison entre les équipes chez Dior et les interlocuteurs des autres Maisons. »

 

Les marques de LVMH

Poster un commentaire