L’analyse microbiologique haut débit à l’échelle d’une goutte : la révolution Millidrop

Dossier : Dossier FFEMagazine N°726 Juin/Juillet 2017
Par Laurent BOITARD

MilliDrop est un « ovni » dans le monde de l’analyse microbiologique. Finies les flasques et autres boîtes de Pétri ! Grâce à sa technologie de rupture, la société peut multiplier à l’infini la culture des micro-organismes à l’intérieur d’une goutte !

« Nous sommes les seuls à avoir détecté le potentiel de cette technologie et à la déployer à l’échelle industrielle » déclare Laurent Boitard.

LA CULTURE DE MILLIERS D’ÉCHANTILLONS À LA FOIS : FIABILITÉ, GAIN DE TEMPS ET ÉCONOMIE

La technologie inédite de miniaturisation à l’échelle du millimètre de MilliDrop permet aux laboratoires publics et privés d’analyser simultanément des micro-organismes (de la cellule unique à la colonie) avec des instruments faciles d’utilisation, d’une grande fiabilité́ et de haut débit.

« Nous sommes dans un domaine qui a subi très peu d’innovations depuis Pasteur », déclare Laurent Boitard.

« La révolution des laboratoires est en marche. Elle est moins visible que celle du numérique pour le grand public, mais elle est fondamentale car elle permet d’accélérer l’identification d’agents infectieux, ou encore de créer de nouvelles protéines qui vont avoir un impact par exemple, sur notre santé ou notre alimentation. »

UN DEUXIÈME INSTRUMENT POUR LE DIAGNOSTIC MÉDICAL

Pour soutenir son développement, MilliDrop a levé 1 M€ auprès de Quadrivium 1, le fonds d’amorçage de Seventure Partners. Alors que le premier produit est en cours de commercialisation, un deuxième produit dédié au diagnostic médical est en développement.

« Cette nouvelle machine s’adresse aux personnels des centres d’analyse. Elle permettra d’identifier simultanément les agents infectieux et les doses d’antibiotiques nécessaires pour les éradiquer.

Objectif : réduire les échecs thérapeutiques associés au mauvais choix ou au surdosage des antibiotiques. »

La technologie MilliDrop s’insérera au sein des plateformes d’analyses microbiologiques existantes. Pour Laurent Boitard, « Le haut-débit améliorera la prise en charge des patients atteints de maladies infectieuses en accélérant les analyses permettant de prescrire un traitement adapté. Notre technologie participe à limiter les phénomènes de résistance aux antibiotiques ».

La mise sur le marché de ce nouveau produit est prévue d’ici 2020. En développant ces nouvelles technologies, MilliDrop veut s’imposer comme un acteur majeur de la microbiologie. « Au niveau de la goutte, se retrouvent les mêmes performances de croissance que les techniques standard de microbiologie » assure Laurent Boitard.

« Les conditions de culture et d’incubation sont robustes et homogènes. Les erreurs de manipulation sont minimisées, la reproductibilité est excellente, la qualité́ de l’analyse est optimale et le gain de temps important par rapport aux techniques standard. »

NOMBREUSES APPLICATIONS

Cette technologie offre de nombreuses perspectives pour la recherche, dans un avenir proche. « Elle concerne tous les domaines de la recherche en microbiologie, aussi bien la santé que l’agriculture, l’agroalimentaire, l’énergie, l’environnement et les biotechnologies. Elle permettra aux sites industriels de relever des défis de performance, de productivité et de réduction des coûts.

A titre d’exemple, nous pouvons très bien imaginer l’utilisation de notre technologie pour changer les bactéries d’un yaourt, les enzymes dans une lessive… »

Afin de poursuivre son essor, MilliDrop a mis en place une stratégie de partenariats avec des laboratoires internationaux de recherche académiques et privés pour explorer de nouveaux champs d’application, dont l’ École Supérieure de Physique et de Chimie Industrielle de la Ville de Paris.

Poster un commentaire