La Maison du lac

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°573 Mars 2002Par : la Compagnie Valère Desailly, dans une mise en scène de Georges WilsonRédacteur : Philippe OBLIN (46)

Il est possible de produire des films où il ne se passe rien et qui soient pourtant d’un charme infini. Je songe, entre autres, à cet Arbre aux sabots, qui nous enchanta jadis avec ses vues paisibles, en noir et blanc, de la campagne italienne. On tuait le cochon, des enfants jouaient dans une cour…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.
Se connecter S’enregistrer