inquiétude et solidarité

Inquiétude et solidarité

Dossier : Le mot du présidentMagazine N°763 Mars 2021
Par Marwan LAHOUD (83)

La pandémie et les restric­tions qui en résul­tent se pro­lon­gent au-delà de tout ce que nous auri­ons pu imag­in­er, ne serait-ce qu’il y a trois mois.

Il n’est pas dans mon inten­tion d’en com­menter les con­séquences sur l’économie ou sur les entre­pris­es, ce qui serait plutôt mon champ de com­pé­tences le plus naturel. Il y aurait beau­coup à dire, en effet, sur la per­tur­ba­tion pro­fonde des échanges, sur la paralysie totale de nom­bre de secteurs d’activité ou sur la trans­for­ma­tion rad­i­cale de bien des domaines de la vie courante.

Je voudrais dans ces pre­mières lignes de La Jaune et la Rouge de mars 2021 exprimer mon inquié­tude et ma sol­i­dar­ité, non sans une pointe d’admiration, pour nos cama­rades présents à l’École ou ceux des jeunes pro­mo­tions, à peine sor­ties. Je pour­rais d’ailleurs élargir ma réflex­ion à l’ensemble des jeunes de vingt à trente ans qui voient leurs belles années tron­quées, leurs pro­jets et leurs rêves contrariés.

Je n’aurais pas pu imag­in­er, il y a douze mois à peine, des pro­mo­tions de poly­tech­ni­ciens enfer­mées dans les caserts à suiv­re des cours en ligne, sans activ­ités sportives, sans pro­jets col­lec­tifs, sans binets, sans bôbar… Ils sont bien sûr à l’image de la jeunesse de tout le pays et l’on pour­rait me rétor­quer que les pro­mo­tions qui ont con­nu les guer­res mon­di­ales ont vécu bien pire. C’est vrai ! Mais le pro­pre de l’homme est tou­jours de rêver mieux pour ses enfants que pour lui-même. Le plus impres­sion­nant est l’adaptation col­lec­tive et rapi­de à des con­di­tions extra­or­di­naires. Cette adap­ta­tion ne doit pas nous faire oubli­er les sit­u­a­tions indi­vidu­elles de détresse. Les équipes de l’X et de l’AX y sont extrême­ment attentives.

Sur un ton moins grave, quand vous lirez ces lignes, nous serons entrés dans le cycle de renou­velle­ment du con­seil de l’AX. Pour la deux­ième année con­séc­u­tive, un choix plus large et plus diver­si­fié sera offert à votre suf­frage. Je ne dirai qu’un mot : Votez ! 

Poster un commentaire