Engagement sociétal et carrière : conciliation ou utopie ?

Dossier : Vie de l'associationMagazine N°751 Janvier 2020
Par Pierre-René SÉGUIN (73)

L’AX a organisé son colloque annuel le 21 novembre dernier dans le grand amphithéâtre du Conseil économique, social et environnemental, pour la cinquième fois, et pour la seconde avec l’association des anciens élèves d’HEC. Le thème a été inspiré par l’actualité du Manifeste étudiant pour un réveil écologique, qui a été signé par plus de mille élèves de l’X et d’HEC. Le colloque associait d’ailleurs des élèves en cours de scolarité tant dans les tables rondes que dans le concours de pitchs organisé à cette occasion.

 

L’après-midi s’est distribuée essentiellement en trois thématiques : la présentation d’expériences individuelles remarquables donnant à réfléchir quant aux motivations et aux résultats de l’engagement ; un débat sur l’évolution des entreprises ces dernières années au regard de la RSE ; le concours de pitchs, qui a donné l’occasion aux jeunes porteurs de projet de montrer leur engagement sociétal.

Lulu dans ma rue invité du colloque

Dans le premier domaine ont eu lieu deux tables rondes et deux interventions individuelles. Ce n’est pas faire injure aux divers participants que de souligner l’impact qu’a eu sur le nombreux public présent l’exposé de Charles-Édouard Vincent (91), fondateur de Lulu dans ma rue ; cette entreprise solidaire, qui est déjà connue, se donne pour objectif, au-delà de la cruciale question du logement des SDF, de leur donner du travail par des « petits boulots » de proximité, ce qui est un gage de soutenabilité de leur projet et de valorisation personnelle ; l’intéressé n’a pas caché les difficultés pour assumer un tel choix de carrière, notamment quand on a charge de famille…

Des grandes écoles à l’engagement

Les autres expériences présentées ont une structure proche de celle-là : des débuts dans un secteur classique de sortie des grandes écoles, typiquement la tech, la banque ou le conseil, avec du succès et une rémunération conséquente ; une remise en cause personnelle, éventuellement avec la rencontre d’une personnalité forte ou à la suite d’une expérience professionnelle particulière, qui fait prendre conscience d’une insatisfaction et de l’aspiration à quelque chose d’autre ; l’engagement qui peut prendre des formes variées, depuis l’insertion dans un cadre entrepreneurial jusqu’à la création ex nihilo ; de grandes satisfactions humaines mais la difficulté à gérer une réadaptation sociale. Le chemin n’est pas jonché de pétales de rose. La présence d’un recruteur spécialisé dans le secteur social et solidaire a permis de souligner combien ce secteur est recherché, mais aussi combien il est nécessaire de savoir ce qu’on veut avant de s’y lancer !

La troisième table ronde portait sur les entreprises. Elle était bien animée et a donc été efficace : Yes we can ! a résumé un intervenant. L’avis partagé est qu’en dix ans les entreprises ont intégré la RSE et les nouvelles technologies énergétiques, qui ne sont pas des gadgets à leurs yeux. Les marchés sont peut-être moins « modernes » à cet égard : ils auraient tendance à regarder l’avenir dans le rétroviseur ; c’est en cela que le monde économique a besoin de régulation, rôle que l’État doit assumer avec volontarisme ; mais tout n’est pas perdu… La forte demande des jeunes pour ce domaine sociétal au sein des grandes écoles est un signal très positif, mais ils doivent savoir qu’on a besoin, pour s’y épanouir et obtenir des résultats, de bases solides et de persévérance.

Un concours de pitchs qui réveille

Pour le concours de pitchs, dix projets étaient présentés, cinq par chacune des deux écoles. Les porteurs n’avaient que quelques minutes pour convaincre, mais leur enthousiasme faisait plaisir à voir. Pour HEC, le gagnant a été « Calamagui », projet porté par Sarah Brossolette, qui apporte une solution clés en main aux acteurs éducatifs d’enfants de 3 à 12 ans pour créer un vrai livre. Ce projet partage les honneurs avec celui de Virginie Ciceron, nommé « Le pari Dalat », qui été le coup de cœur du jury : ce dernier valorise et distribue en Europe les arabicas produits sur les hauts plateaux du Viêtnam du Sud, qui sont parmi les meilleurs du monde.

Côté X, le projet porté par Mathieu Joubrel (2017) a été primé. Avec deux élèves de la promotion 2017, ils montent un projet de start-up visant à améliorer le processus de traitement des eaux usées dans les stations d’épuration. Le système, fondé sur des publications scientifiques récentes de laboratoires grenoblois, rend possible la valorisation de la biomasse présente dans la station pour produire du dihydrogène tout en assainissant l’eau. Son processus est baptisé « Hydrogreen ». Souhaitons-lui bonne chance et donnons-lui rendez-vous dans peu d’années pour qu’à un futur colloque il présente le succès de son entreprise !   

Lauréats du concours de pitch AX HEC
Les lauréats du concours de pitchs : Sarah Brossolette et Virginie Ciceron pour HEC et Mathieu Joubrel (2017) pour l’X.

Programme

14 h 00 Accueil

15 h 00 Keynote speaker : Charles-Édouard Vincent (X91), fondateur de Lulu dans ma rue

15 h 30 Table ronde : Qu’est-ce que réussir aujourd’hui ? Être en accord avec mes valeurs

  • Hakara Tea (X95), fondateur de l’ONG Passerelles numériques
  • Laurence Grandcolas (H.06), fondatrice de MySezame
  • Johanne Trotin (H.22), signataire du Manifeste étudiant pour un réveil écologique, présidente de Esp’R HEC Paris
  • Pierre Fournir, directeur du recrutement chez Orientation Durable

16 h 30 Prix de l’ambition : Concours de pitchs par des élèves/start-up des deux écoles

17 h 00 Keynote speaker : Olivier Kayser (H.79), fondateur & président d’Hystra

17 h 30 Table ronde : Que puis-je faire comme individu ?

  • Philippe Lévêque (H.82), directeur général de l’ONG Care France
  • Hélène Le Teno, directrice des opérations chez Jean-Noël Thorel Foundation
  • Angel Prieto (X16), signataire du Manifeste étudiant pour un réveil écologique

18 h 30 Prix de l’ambition : Deuxième tour du concours de pitchs

19 h 00 Table ronde : Les entreprises et la responsabilité sociale et environnementale face aux défis du siècle

  • Antoine Frérot (X77), président-directeur général de Veolia
  • Michel Frédeau, Managing Director & Senior Partner chez BCG
  • Cécile Renouard, religieuse de l’Assomption, professeur au Centre Sèvres, directrice de recherches ESSEC
  • Rodolphe Durand, titulaire de la chaire « Joly Family Endowed Chair in Purposeful Leadership », fondateur et directeur académique du centre Society & Organisations – HEC Paris
  • Christel Heydemann (X94), executive VP France Operations chez Schneider Electric

20 h 00 Conclusion et remise des prix de l’ambition

  • Marwan Lahoud (X83), président de l’AX
  • Frédéric Jousset (H.92), président d’HEC Alumni

20 h 15 Cocktail de clôture

Poster un commentaire