EDF

« À la sortie de l’école, ne vous fixez pas de plan de carrière ! »

Dossier : Dossier FFE hors sérieMagazine N°737 Septembre 2018
Par Martine GOURIET (86)
Bio express
Martine GOURIET est Directrice de la DSIT. Diplômée de l’École polytechnique et de Paris Tech, et membre du Corps des Mines, Martine GOURIET entre chez France Telecom en 1991. Elle y occupe différents postes, notamment à l’international, jusqu’à être la responsable du projet de déploiement en France de TV sur ADSL et de la VOD. En 2008, elle entre chez EDF comme dirigeante d’EDELIA, filiale d’EDF et travaille sur les SmartGrids avant d’être nommée à son poste en 2014. Spécialiste des sujets de développement, d’innovation et de transformation, Martine GOURIET sait emmener ses équipes vers l’avenir et les bons horizons stratégiques tout en assurant le quotidien, le suivi des budgets, le respect des engagements de qualité et la satisfaction des clients.

Dites-nous-en plus sur les grandes étapes de votre parcours professionnel.

J’ai débuté ma carrière chez France Télécom, aujourd’hui Orange. Pendant une dizaine d’années, j’ai eu l’opportunité de mener des projets innovants et avant-gardistes. J’ai ainsi pris en charge le déploiement de grands projets à l’ international autour de sujets techniques, commerciaux et marketing. Plus particulièrement, j’ai été responsable d’un important projet de transformation autour de la télévision et la vidéo à la demande. Il s’agissait d’un projet hautement innovant, une véritable première mondiale qui annonçait les différentes transformations qui ont suivi dans le secteur. En 2008, j’ai quitté Orange pour rejoindre EDF afin de prendre en charge la direction générale d’EDELIA, une filiale à 100% d’EDF, dont la mission était essentiellement de développer les services numériques de l’énergéticien. En 2014, j’ai été nommée Directrice des Services Informatiques & Télécoms d’EDF.

À la tête de Direction des Services Informatiques & Télécoms, quel est le périmètre d’action de votre direction ? Quels sont les principaux sujets qui vous mobilisent à l’heure actuelle ?

Je dirige une équipe de plus de 2 000 personnes dont la mission est de s’occuper de toutes les infrastructures d’EDF, aussi bien les centres d’expertises techniques que les systèmes d’informations centralisés ou les services IT aux utilisateurs. Sur un plan stratégique, la direction est mobilisée autour de l’optimisation de la performance et de la fiabilité comme sur des sujets d’innovation et d’agilité pour accélérer la transformation numérique d’EDF. L’enjeu est de pouvoir identifier et se positionner sur les innovations technologiques les plus prometteuses pour notre transformation, notamment l’intelligence artificielle et la blockchain. Le processus de transformation touche aussi bien nos organisations que le volet numérique. Elle recoupe plusieurs aspects qui sont la technologie, la méthodologie, mais aussi la culture. Nous sommes donc activement mobilisés autour de ces trois axes afin de pouvoir faire pivoter une grande organisation qui s’est construite sur un modèle industriel vers un mode plus agile. Le sujet de la transformation culturelle est le plus complexe et nous mettons donc les bouchées doubles pour développer des concepts tels que « l’agile à l’échelle », le manager coach ou le recrutement partagé.

Quelles sont les compétences nécessaires à vos fonctions actuelles ?

Il faut pouvoir s’appuyer sur plusieurs valeurs essentielles : le travail, le collectif, le dialogue, l’ouverture, l’optimisme et la bienveillance. Sur le plan des compétences pour un poste tel que le mien, il faut pouvoir justifier de véritables compétences techniques, avoir le goût pour l’innovation et rester à l’écoute pour se positionner sur les grands sujets stratégiques d’avenir. Enfin, il est aussi important de pouvoir disposer de compétences managériales pour diriger dans un sens collectif les hommes et les femmes.

Quels sont les profils et les compétences que vous recherchez afin de renforcer vos équipes ?

Nous recherchons plus particulièrement des compétences dans le domaine de la data, des télécommunications et de la cyber-sécurité. Et comme nos métiers ne sont pas très féminisés, nous recherchons des jeunes femmes !

Comment votre formation vous a-t-elle préparée à vos fonctions actuelles ? Qu’en retenez-vous plus particulièrement ?

Je retiens avant tout une formation polyvalente. Si les fondamentaux techniques que j’ai appris il y a une trentaine d’années sont dépassés aujourd’hui avec l’avènement des nouvelles technologies, j’ai néanmoins développé, grâce à ma formation, une capacité à prendre du recul par rapport à l’ensemble des sujets ; une certaine rigueur ; une capacité à manager, ainsi qu’une ouverture d’esprit et une curiosité qui me poussent à enrichir continuellement mes connaissances.

Un conseil ou un mot à nos lecteurs ?

À la sortie de l’école, ne vous fixez pas de plan de carrière ! Prenez des risques, suivez votre instinct et osez ! Avec leur formation, les Polytechniciens disposent de qualités et de compétences pour faire tout ce qu’ils souhaitent accomplir. Et plus particulièrement, aux Polytechniciennes, j’aimerais leur dire : ne vous posez pas de limites et osez aller vers des métiers plus techniques, notamment les métiers du numérique ! Enfin, une dernière chose : pensez à bien choisir votre manager, c’est très important dans une carrière.

Poster un commentaire