De la Route de la soie à Amazon

Dossier : Les secrets de la Supply ChainMagazine N°700 Décembre 2014
Par Paul SANSÉAU (80)

La Route de la soie qui transportait, outre la soie, l’or, l’encens, les pierres précieuses, dans un sens et dans l’autre de Byzance jusqu’à la Chine en passant par Boukhara et Samarkand, constitue un témoignage historique avéré de la construction d’une supply chain mondiale et bien structurée.

C’est vrai du point de vue tant du rôle des acteurs (passeurs, guides, changeurs, caravaniers, marchands, etc.) que du schéma de création de valeur (apporter en un lieu ce qui n’y existe pas habituellement, et que le public prise fort, en échange de denrées certes onéreuses, mais plus abondantes).

“ Vouloir être bon et s’organiser en conséquence ”

Des siècles plus tard, Jeff Besos fonde Amazon qui, en moins de quinze ans, domine le commerce en ligne mondial. Cela en s’appuyant sur des approches novatrices, mais qui n’utilisent que de la technologie déjà disponible sur le marché. Amazon pèse désormais 70 milliards de dollars dans un marché total de 85 milliards. Aucun concurrent n’a pu s’en approcher jusqu’à aujourd’hui.

Ce succès relève de la stratégie opérationnelle la plus efficace qui soit et mise en œuvre au cordeau : bien analyser le marché, ses attentes, les modèles opérationnels actuels et leurs limites ; comprendre le potentiel des nouvelles technologies, ici, instantanéité et connexion des bases de données hétérogènes ; construire et animer un nouveau réseau d’acteurs à forte valeur ajoutée, ici éditeurs, hub, transporteurs ; investir l’énergie nécessaire pour faire bouger les lignes dans la durée ; suivre la performance opérationnelle au niveau le plus fin au jour le jour, tenir mieux que ce qu’on promet.

On ne peut guère trouver meilleure définition du supply chain management.

Mais ce qui vaut pour les services vaut aussi pour les produits, et plusieurs études confirment que les sociétés de production qui optimisent l’organisation, la gestion de la demande, la planification, les délais, les stocks, les non-qualités, etc., se retrouvent, in fine, avec plusieurs points d’EBIT au-dessus de la moyenne de leurs concurrents.

Pour cela, il faut vouloir être bon et s’organiser en conséquence. Relever les défis d’aujourd’hui oblige à faire appel au meilleur de l’approche systémique, de la maîtrise des technologies et du management.

C’est ce qui a amené le groupe X-Supply Chain à proposer ici un panorama, forcément incomplet, des divers domaines de la supply chain, de la construction aéronautique au recyclage de fin de vie des déchets, en passant par les nouvelles approches et les nouveaux paradigmes.

 

Poster un commentaire