Circle casse les codes du conseil en stratégie !

Dossier : Vie des entreprisesMagazine N°763 Mars 2021
Par Augustin van RIJCKEVORSEL

Circle, le cabinet de conseil en stratégie qui vient chatouiller les MBB. Entretien avec Augustin Van Rijckevorsel, CEO et fondateur de Circle.

 

Spécialisée dans le conseil en stratégie, Circle Strategy, malgré le fort accent belge de son charismatique CEO et fondateur  Augustin van Rijckevorsel, est une société française avec une filiale dans le plat pays. Pour la simple raison que commencer par exister sur le marché français de la strat’ pour pouvoir ensuite s’introduire sur le marché belge fonctionne nettement mieux dans ce sens-là.Né en février 2019 du rachat par Augustin van Rijckevorsel, et ses deux associés Gaetan Raevens et Olivier Brisac, d’une partie des activités du start-up studio Barefoot, Circle Strategy a une ambition claire depuis : casser les codes du conseil en stratégie !

Ici, la culture entrepreneuriale n’est pas un vain mot : tutoiement d’emblée, Stan Smith recommandé, culture familiale où la recherche d’une vie personnelle n’est pas une incongruité, partners âgés de 35 à 40 ans, barbe bienvenue à l’instar du patron et son look hipster abouti, mails expédiés par « Gus@ »…

Le pari est qu’une nouvelle génération de dirigeants dans les instances dirigeantes du CAC 40 préférera se tourner vers des stratèges innovants et francs du collier, quitte à faire totalement fi des codes. Ce parti pris est clair et plutôt rafraîchissant : peu importe le plumage tant que le ramage est au rendez-vous.

Sur le fond, justement, le cabinet fait valoir l’analyse de légitimité des entreprises comme sa méthodologie phare : le cabinet fait la promesse à ses clients de circonscrire clairement leur périmètre de légitimité, et leur faire connaître jusqu’où il pourrait être entendu, quand bien même ils ne s’en doutent pas encore aujourd’hui.

Pour y parvenir, Circle met en avant une totale prise en compte de la phénoménale accélération des cycles économiques et des plans de transformation qui vont avec, un accompagnement poussé de son exécution jusque dans sa communication interne, pour laquelle le cabinet n’hésite pas à s’associer à de grosses agences de communication parisiennes.

L’entrepreneuriat est même érigé en critère de recrutement : le consultant Circle idéal cumulera une première expérience dans le conseil en stratégie (c’est le cas de plusieurs d’entre eux) et une expérience de création d’activité qu’elle ait d’ailleurs été réussie ou avortée.

Pour celles et ceux qui seront retenus au terme de quatre tours d’entretiens et de business cases, pour le coup plutôt classiques dans le secteur, le background d’ancien entrepreneur pourra servir. Chez Circle, on est en effet censé faire beaucoup plus rapidement qu’ailleurs du développement commercial. Il commence dès le grade de senior manager (auquel on accède dans ce cabinet après être passé par les cases consultant, senior consultant, manager).

Autre caractéristique de la culture start-up chez Circle : les forts objectifs de croissance portés par son management. En un an et demi, le cabinet est passé de 6 à 30 consultants, et entend grossir rapidement avec l’objectif de passer rapidement les 50 consultants et en cooptant de nouveaux associés.

Pour ce faire, Circle a fait entrer à 100 % dans son capital Square, groupe de conseil en management dont Circle Strategy doit constituer la brique strat’. Ce qui doit aider le cabinet à financer une ambitieuse campagne de recrutements.

Interview réalisée par Consultor

Poster un commentaire