Changer de regard sur les grands projets

Dossier : L'EuropeMagazine N°692 Février 2014
Par Michel GÉRARD (55)

Les moyens de l’Union devaient représenter environ 10 % du montant des coûts d’investissement. Ils se sont vite révélés plutôt de l’ordre de 3 % à 5 %. Ce taux n’était pas incitatif et beaucoup de pays ont préféré mener des négociations bilatérales en n’y mêlant l’Union qu’une fois le financement quasi bouclé, à quelque…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.
Se connecter S’enregistrer