Bien mener sa recherche d’emploi : s’intégrer dans un nouveau poste

Dossier : ExpressionsMagazine N°648
Par Michel PRUDHOMME (64)

Après une (longue) recherche, vous venez de signer le contrat de travail pour votre nouveau poste. Tout va bien… Il ne vous reste plus qu'à vous intégrer dans votre nouvel environnement de travail, avec toutes les inconnues qu'il présente pour vous. Comment assurer cette intégration ?

Les cent jours

Vous allez rentrer dans une autre tribu, où les rites tribaux sont différents, surtout si la distance culturelle à franchir est importante comme, par exemple, du public au privé, ou d'un grand groupe à une PME ou une start-up.

Le jour d’avant
Vous avez rencontré beaucoup de personnes durant votre recherche, il faut les informer. Envoyer votre nouvelle carte de visite professionnelle est un bon moyen de rester en contact.

Vous disposez en général d'une période de grâce, de trois mois peut-être, pendant laquelle vous avez des droits et des devoirs particuliers.

Vous pouvez poser des questions, vous étonner, demander de l'aide pour comprendre comment fonctionne votre organisation. Profitez-en, sans abuser bien entendu.

Il vous faut avant tout identifier les dix à quinze personnes-clés qui auront leur mot à dire lorsque la question de vous garder en fin de période d'essai sera posée.

Ce sont des personnes du niveau au-dessus de vous (patron, grand patron), de votre niveau (membres du même Comité de direction…) et du niveau en dessous (certains de vos collaborateurs). Si deux ou plus de ces personnes votent contre vous, vous serez éliminé.

Vous devez les rencontrer chacune individuellement, suffisamment pour avoir une idée précise des attentes et des craintes de chacune à votre égard.

De trois à six mois

Votre état de grâce se termine, on attend de vous des résultats. Par où commencer ? La plupart des personnes remerciées en fin de période d'essai ne s'y attendent pas du tout. Donnez-vous comme objectif d'apporter des résultats qui comblent les attentes de chaque personne-clé, en fonction de ses priorités (et non des vôtres). Ce n'est pas vous qui fixez le timing, mais les autres.

Apportez beaucoup de soins à effacer les craintes que certains pouvaient avoir suite à votre arrivée (perte de pouvoir, concurrence interne). Montrez-leur que votre réussite ne se fera pas au détriment de leur succès. Valorisez ce que vous avez appris avec eux plus que ce que vous avez apporté.

La question de confiance

En général, le DRH va poser la question de confiance " Allons-nous garder M. X ? ", au bout de cinq mois de votre présence. Si votre patron est content de vous, mais que le DRH a entendu d'autres avis négatifs, ils vont creuser : il suffit de deux ou trois avis négatifs pour que vous soyez éliminé.

Par contre, si vous avez fait ce qui précède, il est vraisemblable que la question ne se posera même pas, car vous serez devenu incontournable dans l'organisation.

Après six mois

On attend de vous que vous soyez totalement opérationnel.

Vous n'avez plus le droit d'ignorer, vous devez apporter le service pour lequel vous avez été embauché dans la durée. Votre horizon devrait se limiter à cela pendant deux ans au moins, avant que vous ne puissiez légitimement commencer à demander What's next ? en fonction de votre réussite.

Il ne suffit pas de trouver un nouvel emploi. Il faut y réussir, et le garder suffisamment (quelques années) pour que votre nouvel employeur vous donne alors davantage de responsabilités, en ligne avec votre projet professionnel.

1. Mai 2009, page 50 ; juin-juillet 2009, page 33; août-septembre 2009, page 70.

Créé il y a plus de quarante ans, le Bureau des Carrières de l’AX propose des entretiens personnalisés, des séminaires et ateliers, l’accès à différents réseaux ainsi que des moyens logistiques.

Poster un commentaire