Magazine N°716 Juin/Juillet 2016 - L'Afrique
  • Dernier magazine (738)
  • Magazine de l'article (716)

Livia SOSSOU (13)

Présidente du binet X-Afrique

Articles du Dossier

Par Alain HENRY (73)
Par Livia SOSSOU (13)
Par Pierre-Noël GIRAUD (67)
Par Matthieu BOMMIER (01)
et Henri BOYÉ (67)
Par Bruno BENSASSON (92)
Par Alain DUCASS (73)
Par Serge MICHAÏLOF
Par Mathieu Le TRAON

X-Afrique et le développement numérique

 
Le binet X-Afrique a été créé en décembre 2014 pour réunir les Africains et amis de l’Afrique à l’École polytechnique. L’association compte une quinzaine de membres. Son but : faire connaître la culture, la gastronomie africaine, et susciter un intérêt pour les enjeux économiques africains d’aujourd’hui et les opportunités entrepreneuriales offertes par la croissance encore forte de l’économie dans plusieurs régions du continent.
 

Pour faire connaître notre association, nous avons organisé le 26 février 2016 sur le campus de l’École un forum sur l’entrepreneuriat en Afrique. Ce forum a réuni des entrepreneurs, capital-investisseurs, chercheurs, multinationales opérant en Afrique, etc., autour de deux thématiques : le numérique et l’énergie.

Nous avions reçu le soutien du groupe Total via la chaire d’enseignement et de recherche « Concepts avancés photovoltaïque ».

REPÈRES

L’Afrique est l’une des régions du monde dont la croissance est la plus rapide, mais elle pâtit aujourd’hui fortement de la conjoncture mondiale et de difficultés d’ordre interne. Sa croissance s’est tassée à 3,4 % en 2015, contre 4,6 % en 2014, ce qui correspond à son taux le plus faible depuis 2009. De plus, l’expansion démographique freine la progression du PIB par habitant. Si l’on observe des écarts d’un pays à l’autre (tout particulièrement entre les États riches en ressources naturelles et les autres), la croissance de l’Afrique est, dans l’ensemble, encore inférieure à son niveau d’avant la crise. Ce ralentissement rend d’autant plus difficile la lutte contre la pauvreté.
Source : Banque mondiale

ÉNERGIE DURABLE ET ESPRIT D’ENTREPRISE

La première table ronde sur « L’énergie durable et l’esprit d’entreprise, vecteurs clés pour l’avenir de l’Afrique » a réuni des participants comme Arnaud Chaperon, directeur général de Total Énergie Développement, Moussa Mara, ex-Premier ministre du Mali, Pere Roca, directeur du Laboratoire de physique des interfaces et des couches minces de l’École polytechnique (LPICM), Mamadou Mbaye, directeur général de Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS) et Xavier Barbaro (96), directeur général du producteur d’énergie NEOEN.

PROMOUVOIR LE PHOTOVOLTAÏQUE

La chaire « Concepts avancés photovoltaïque » s’intéresse aux nouveaux concepts photovoltaïques vers les hauts rendements et vise à explorer les approches innovantes dans ce champ. La chaire a pour objectifs :
  • de soutenir la recherche amont dans le domaine de l’ingénierie des photons et les nouveaux concepts avancés à haut rendement ;
  • de préparer les étudiants aux situations d’innovation caractéristiques du domaine, les recherches étant menées en étroite synergie avec l’enseignement de l’École polytechnique ;
  • de diffuser ces théories et expériences dans le monde industriel et plus largement, au travers de publications à destination du grand public à un niveau international ;
  • et enfin de stimuler le processus d’innovation dans ce domaine et encourager l’internationalisation des thèmes de recherche et des activités d’enseignement.

Le débat a mis en lumière l’importance de l’intégration des systèmes énergétiques durables dans la vie quotidienne sur le continent africain.

En particulier, plusieurs intervenants ont concentré leurs arguments sur la valeur des industries photovoltaïques, en raison de leur intérêt dans les situations d’isolement ou de mobilité qui se rencontrent fréquemment en Afrique.

La deuxième table ronde sur le thème de « L’Afrique, le nouvel Eldorado du numérique » était animée par Sébastien Crozier, premier vice-président d’Orange, Claude Grunitzky, président de True Africa, Thomas Clausen, représentant de la chaire d’enseignement et de recherche « Internet of everything » de l’École polytechnique, William Nkontchou (91), président d’Emerging Capital Partners et Alain Ducass (73), expert international pour la transformation numérique de l’Afrique et fondateur de EnergeTIC.

Parmi les sujets originaux abordés :

  • l’application de l’intelligence artificielle dans les solutions de recrutement, comme l’applicatif Riminder, au profit des services RH, fortement sollicités dans les pays à forte croissance pour accompagner l’essor des entreprises ;
     
  • l’importance de la création d’applications de téléphonie mobile, pour les entreprises africaines, en général mal desservies par les infrastructures « en dur » (routeurs, réseaux, fibre, etc.) comme, par exemple, pour le paiement, le service par carte bancaire étant trop peu développé ;
     
  • ou encore les solutions numériques de crowdfunding, comme celle présentée par Amina Nasri (2005), fondatrice d’Afrikwity, une plate-forme d’equity crowdfunding qui permet à des investisseurs, notamment à ceux de la diaspora africaine, d’investir dans le capital des start-ups et des PME africaines.

METTRE EN VALEUR LES START-UPS

En préambule de chaque table ronde, nous avons eu des « pitchs » de jeunes pousses. Neuf jeunes entrepreneurs ont ainsi présenté leurs projets d’entreprise dirigés vers l’Afrique.

Cyril Colin et Karim El Alami, deux diplômés de l’X et de Berkeley, ont également exposé leur projet. Leur start-up eLum, lauréate des Rethink Africa Awards, est une solution logicielle qui optimise l’utilisation de l’énergie solaire à l’aide d’algorithmes pour réduire les factures d’électricité des clients, favorisant ainsi une transition accélérée vers les énergies renouvelables.

Leur activité est actuellement proposée au Maroc et s’élargira bientôt au Sénégal. Le forum proposait également de découvrir l’exposition bilingue « Les Grands Moyens », oeuvre du photographe et vidéaste Joan Bardeletti, qui offrait une vision inédite du continent africain à travers cinq PME.

Propos recueillis par Robert RANQUET (72)

Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, à l’École polytechnique le 2 décembre 2015
Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, s’est rendu à l’École polytechnique le 2 décembre 2015 à l’occasion de son déplacement en France dans le cadre de la COP 21.  © JÉRÉMY BARANDE / ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Commentaires

La venue du président sénégalais à l'école Polytechnique est une excellente chose ! Cela montre que les pays africains anticipent déjà le développement durable et pense le développement de leur pays à long terme. C'est non seulement une bonne nouvelle pour les pays africains eux-mêmes, mais surtout pour l'ensemble de la planète. Si ces pays utilisaient les mêmes méthodes que nous pour se développer sur le plan energétique, on irait droit dans le mur car le modèle que l'on a mis en place sous l'égide de l'Etat Français et d'un "champion national" avec EDF n'est pas tenable.
Bref, c'est une superbe initiative que de développer l'esprit d'initiative et le développement durable (même si je suis pas convaincu que le photovoltaique soit la solution) dans ces pays. De plus en plus de personnes s'y intéressent, personnellement j'aime suivre les actualités de ce site sur le sujet http://www.fournisseur-energie.com/ , pour ceux qui voudraient aller plus loin :)

Oui, effectivement, vous avez raison ! La croissance est forte en Afrique mais les infrastructures ne suivent pas, et l'électricité notamment. Le secteur principal à creuser me semble d'ailleurs être celui des énergies renouvelables, comme vous le mentionnez dans l'article. Le partenariat entre les différents acteurs est également crucial, pour pouvoir avancer ensemble. Et à ce sujet le site http://www.energy-northamerica.com/ me paraît être plein de ressources intéressantes !

Je trouve cela tres interressant la creation de star up en afrique et importante pour le developpement de ce continent j ai entendu parler d' une jeune artiste d'origine senegalaise du nom Akon qui lui aussi avait œuvré dans les panneaux photovoltaique apparament il aurait permis l accession a plus de 600 000 africains a l'electricité faudrait beaucoup d'initiative de ce genre http://www.kmr-informatique.fr

merci pour cet article très riche en explications et découvertes de très bonnes initiatives avec cette star up pour l'utilisation de l'énergie solaire c'est vraiment une excellente idée ! je suis moi-même très intéressée à titre particulier par l'énergie solaire et j'ai trouvé ce site génial http://www.levoiledesillusions-lefilm.com n'hésiter pas à aller le consulter

Superbe article qui met en valeur l'implication de la jeunesse dans le développement de l'Afrique, en Outre mer nous nous identifions beaucoup à l'Afrique et cela nous donne envie d'augmenter notre investissement et notre engagement dans notre société

It seems to me digital development is the very thing that Africa needs to get. If there are people who will do it it is cool.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.