Josselin Garnier, professeur au Centre de mathématiques appliquées (CMAP)

Une première leçon inaugurale à l’X

Dossier : EnseignementMagazine N°723 Mars 2017
Par Josselin GARNIER

Une nouvelle tradition est née à l’École, celle d’une lecon inaugurale par un nouveau professeur, en présence de l’ensemble du corps enseignant. Josselin Garnier, professeur au Centre de mathématiques appliquées (CMAP) a présenté son cours sur le thème “ À l’écoute du bruit : l’imagerie par corrélations croisées

Donner une leçon inaugurale, quelle impression ?

C’était doublement émouvant : inaugurer cette nouvelle pratique de l’École, et me retrouver face à l’ensemble du corps enseignant pour expliquer mon domaine de recherche.

Vous êtes spécialiste de la propagation des ondes en milieu aléatoire. De quoi s’agit-il ?

C’est un sujet que j’ai abordé au début avec la modélisation de la propagation dans les fibres optiques, avec bien sûr des applications aux télécommunications.

« Les jeunes X sont assez différents des publics d’étudiants que j’ai connus jusqu’ici »

Mon intérêt se porte maintenant vers l’imagerie en milieu aléatoire, avec des applications qui vont du médical à l’acoustique sous-marine, en passant par la sismique. Donc avec de belles mathématiques derrière, mais aussi beaucoup d’applications très concrètes.

D’ailleurs, j’ai démarré en parallèle une petite start-up dans l’incubateur Drahi (X-Novation Center) pour commencer à développer ces applications.

Devenir professeur à l’X, que cela représente-t-il ?

C’est un nouveau défi pour moi : je connaissais l’École puisque, quoique normalien, j’y ai préparé et soutenu ma thèse en 1996 et que j’y suis resté comme chercheur CNRS jusqu’en 2001.

Ensuite, après une quinzaine d’années à l’Université, d’abord à Toulouse puis à Paris-Diderot, j’ai senti qu’il était temps de bouger, et revenir à l’X était une excellente opportunité !

Mais c’est un nouvel environnement, en particulier pour l’enseignement, car les jeunes X sont assez différents des publics d’étudiants que j’ai connus jusqu’ici : leurs motivations ne sont pas aussi concentrées que celles des étudiants que j’ai eus à la fac, en particulier en tronc commun de première année.

Mon ambition : stimuler la curiosité de quelques jeunes X pour ces sujets et prouver à tous la puissance et l’intérêt des mathématiques !
 


Josselin Garnier, professeur au Centre de mathématiques appliquées (CMAP).
© ÉCOLE POLYTECHNIQUE – J. BARANDE

Propos recueillis par Robert Ranquet (72)

Poster un commentaire