Une énergie 100 % solaire est possible

« Un avenir énergétique 100 % solaire est possible »

Dossier : Vie des entreprisesMagazine N°775 Mai 2022
Par Michael COUDYSER (98)

Aujourd’hui, le solaire s’impose de plus en plus comme une composante incontournable du mix énergétique mondial. C’est, d’ailleurs, la conviction intime de Michael Coudyser (98), directeur général et fondateur de Corsica Sole, une entreprise française spécialisée dans la production et le stockage de l’énergie photovoltaïque. Il nous en dit plus dans cet entretien. 

 

Créé 2009, Corsica Sole a fait le choix de devenir un acteur incontournable du photovoltaïque. Comment la société a évolué au cours des dernières années ?

Depuis sa création, Corsica Sole a toujours eu la volonté de se positionner comme un acteur de la transition énergétique en se concentrant sur l’énergie solaire. Au fil des années, Corsica Sole est ainsi devenu le premier producteur indépendant (i.e. non affilié à EDF) de Corse avec une énergie 100 % solaire.

Depuis ses débuts, la société a aussi connu trois évolutions majeures. Initialement basée en Corse, Corsica Sole opère dorénavant dans l’ensemble des îles françaises, y compris la Guyane qui est un territoire isolé sur le plan électrique, mais également sur le territoire continental français et en Europe. Sur le plan technologique, nous avons diversifié notre activité et faisons, en plus de la production, du stockage d’énergie. Sur les îles où nous opérons, les réseaux ne sont pas interconnectés comme cela est le cas sur la plaque continentale. Il faut donc pouvoir produire et consommer sa propre énergie.

Très vite, les territoires insulaires ont été confrontés au défi de pouvoir intégrer plus d’énergies renouvelables (parfois plus de 30 % de leur mix), qui sont par définition intermittentes. Ainsi, dès 2015, nous avons équipé l’ensemble de nos centrales photovoltaïques avec des unités de stockage pour faire l’adéquation entre la production et le besoin des consommateurs. Enfin, nous avons aussi créé le concept de mobilité solaire à travers notre filiale DRIVECO pour offrir la possibilité aux personnes qui optent pour un véhicule électrique de rouler avec une énergie 100 % solaire.

Pour accompagner sa croissance, Corsica Sole a fait récemment rentrer à son capital, le fonds d’investissement Mirova Transition Energy 5, filiale de NATIXIS.

Aujourd’hui, le stockage est un des principaux leviers pour accompagner le déploiement des énergies renouvelables. Pourquoi ?

Les énergies renouvelables sont intermittentes. Il y a très souvent un décalage entre le pic de production en milieu de journée et le pic de la demande de consommation en début de soirée : les unités de stockage d’énergie permettent donc de rétablir l’équilibre entre la production et la consommation. Les unités de production participent également à la régulation de la fréquence sur le réseau électrique : en cas de chute brutale de la production (suite à une panne d’une unité de production par exemple) les unités de stockage peuvent compenser cette perte en moins d’une seconde pour que la fréquence reste constante sur le réseau.

Après avoir développé et éprouvé les technologies de stockage dans les îles, nous déployons à présent ces solutions sur le contient. Nous construisons, en ce moment même en Belgique, la plus importante unité de stockage d’énergie d’Europe continentale, qui sera mise en service l’été prochain.

Le solaire a vocation à jouer un rôle de plus en plus important dans le mix énergétique. Pourquoi ne pas aller plus vite ?

En effet, depuis environ 5 ans, l’énergie solaire est la moins chère au monde. Elle est notamment 2 fois moins chère que le nucléaire et 30 % moins chère que l’éolien. Comme précédemment mentionné, il existe des solutions de stockage qui permettent de compenser techniquement l’intermittence et donc d’envisager le déploiement du photovoltaïque à grande échelle. Même couplée à des batteries de stockage, elle reste moins chère que le nucléaire.  Et parce qu’elle est très bien distribuée sur l’ensemble de la planète, elle permet de résoudre la question de la souveraineté énergétique, un sujet d’actualité en plein confit ukrainien. Pour toutes ces raisons, je suis personnellement convaincu que le photovoltaïque va jouer un rôle central à l’avenir.

Pour accélérer le déploiement du solaire, nous devrons combattre des idées fausses qui se répandent dans le débat politique et finissent par ralentir les projets. Des chercheurs du CNRS viennent justement de publier un rapport1 pour rétablir le vrai du faux et par exemple : non, les centrales solaires ne vont pas remplacer les champs cultivés ! Chez Corsica Sole, nous privilégions les terrains déjà artificialisés (comme les carrières ou les sites industriels) mais il est également possible de faire cohabiter une centrale photovoltaïque avec du pâturage sur une terre agricole. Même dans un scénario 100 % énergie renouvelable à l’horizon 20502, le photovoltaïque occuperait moins de 2 500 km2 soit moins de 0,5 % des terres agricoles, et soit 4 fois moins que les surfaces aujourd’hui dédiées aux biocarburants.

Aujourd’hui, le déploiement de centrales photovoltaïques en France est ralenti uniquement par des considérations politiques et administratives : les permis de construire prennent maintenant plus de deux ans d’instruction alors que la procédure durait trois  mois il y a dix  ans… cela devient ubuesque.

Quels sont les principaux projets qui vous mobilisent ?

Nous avons plusieurs projets en cours en France et dans les îles. Corsica Sole est en recherche permanente de foncier pour déployer de nouvelles centrales solaires et de stockage afin de contribuer à notre échelle à la transition énergétique française.

Nous préparons aussi d’ores et déjà l’avenir. Corsica Sole travaille ainsi sur des projets visant à produire de l’hydrogène vert à partir du solaire.

Et quelles sont vos ambitions ? Comment vous projetez-vous sur le marché ?

Sur le marché du photovoltaïque (production, stockage, production d’hydrogène vert, mobilité solaire), notre ambition est de renforcer notre leadership en Corse et d’accélérer notre développement en France et en Europe. D’ici les huit prochaines années, nous visons 1 gigawatt de puissance installée et notre filiale DRIVECO va devenir le leader français de la mobilité électrique en déployant le plus vaste réseau de bornes de recharge pour accompagner la formidable dynamique du marché du véhicule électrique.

Pour poursuivre votre développement, quels sont les talents et compétences que vous recherchez ?

Corsica Sole est avant tout une entreprise d’ingénieurs, composée de femmes et d’hommes qui ont une appétence pour les défis intellectuels, techniques dans le domaine de l’énergie verte. Nous sommes toujours à la recherche de talents et de compétences pour nous rejoindre afin de travailler sur l’ensemble des sujets que j’ai déjà évoqués : la production, le stockage, l’hydrogène vert… Plus précisément, nous cherchons des techniciens pour les aspects relatifs à l’exploitation et à la maintenance et des ingénieurs pour la conception et le pilotage de projets. 

Et pour conclure ?

Il y a dans la sphère publique un débat qui tend à opposer les technologies. De manière caricaturale, les pronucléaires sont anti-énergies renouvelables et inversement. C’est une façon de voir les choses qui débouche sur des débats stériles.

En effet, face à l’urgence climatique et la nécessité de réussir la transition énergétique, toutes les énergies décarbonées sont importantes. Il faut capitaliser sur les avantages de chacune de ces énergies pour atteindre durablement un monde neutre en carbone à horizon 2050.

 


1 Le solaire photovoltaïque en France : réalité, potentiel et défis. Mars 2022

2 Rapport RTE, Futurs 2050, Principaux résultats. Octobre 2021

 


En bref

  • Création en 2009
  • Implantation en Corse, à la Réunion, en Guadeloupe, en Martinique, à la Guyane, à Paris, à Marseille, à Lyon, à Bordeaux et à Toulouse
  • 120 collaborateurs
  • Une très forte croissance

Poster un commentaire