Traité de défense militaire

“Sur le champ” : mon histoire de la stratégie militaire sur Youtube

Dossier : TrajectoiresMagazine N°730
Par Quentin CENSIER (12)

Surement pas fana mili, mais fana tactique et stratégie militaire, Quentin nous livre sur Youtube le déroulement, en vidéos de quelques minutes, d’une vingtaine de batailles célèbres. Et la production est loin d’être terminée.

Si j’ai commencé cette chaîne Youtube sur l’histoire de la tactique et de la stratégie militaire, c’est parce que ce projet se trouvait à un carrefour de connaissances qui me correspondait très bien et, étonnamment, mon passage à Polytechnique y est pour beaucoup. Je tiens ma passion pour l’histoire militaire, ma culture Internet et mon attachement pour l’ autodidactisme d’avant l’X.

Mais ce sont les binets tels que le JTX, X-Passion et l’Improbinet qui m’ont donné les compétences nécessaires pour tenir une chaîne Youtube culturelle.

MES PREMIÈRES ARMES AVEC KAPLA

Depuis le CE2, je suis fasciné par l’ histoire militaire, non pas pour la gloire dont elle semblait être porteuse, mais pour l’exercice intellectuel que cela représentait : comment un tel mouvement peut-il apporter un avantage quelconque ? Comment organiser les troupes ? Pourquoi les canons n’ont-ils pas été une évidence une fois la poudre noire maîtrisée ?

“ Je découvrais avec un certain effroi que beaucoup de faits militaires et historiques étaient détournés ”

J’ai donc été jusqu’à reconstituer des affrontements à l’aide de Kapla et de soldats de Risk, avec pour seul but de comprendre des batailles telles que Gaugamèles (Alexandre le Grand, 331 av. J.-C.), Cannes (deuxième guerre punique, 216 av. J.-C.) ou Leuthen (guerre de Sept Ans, 1757).

Ma mère ayant une maîtrise d’histoire, j’ai eu accès aux problématiques de cette matière assez jeune et j’ai poussé jusqu’à lire les penseurs classiques de la guerre.

RENDRE À LA STRATÉGIE SA VÉRITÉ HISTORIQUE

Jusqu’à l’X, cette passion était restée très personnelle. En effet, je me considérais malgré tout comme un pacifiste et j’ai passé des années à ne pas savoir gérer ce que je considérais alors comme une contradiction. Mais à mon arrivée à l’École, je me suis ouvert aux problématiques politiques et je découvrais avec effroi que beaucoup de faits militaires et historiques étaient détournés, jusqu’à vider de leur sens des termes pourtant basiques.

DIFFÉRENCE ENTRE TACTIQUE ET STRATÉGIE

La tactique est l’art de gagner les batailles alors que la stratégie est l’art de gagner les guerres.
Si d’autres notions dans la guerre moderne sont nécessaires, cette différence est centrale pour comprendre les tenants et aboutissants de certaines batailles. Je traite de cette idée dans mes vidéos sur la bataille d’Hattin, de Malplaquet ou d’Héraclée.

Je comprenais alors qu’il m’était possible, avec ma passion et mes connaissances, d’ouvrir le débat. J’ai donc commencé à écrire des articles dans X-Passion à propos de l’histoire militaire en tentant par exemple de traiter de la différence entre la tactique et la stratégie.

Dans le même temps, je me suis beaucoup investi dans le JTX ce qui m’a appris les fondamentaux du tournage et du montage vidéo.

Enfin, les cours d’improvisation théâtrale avec l’Improbinet m’ont donné contenance et assurance dans le jeu. J’avais ainsi toutes les cartes en main pour me lancer dans cette chaîne Youtube, si ce n’est la volonté.

LE TOURNANT DE LA VIDÉO

Celle-ci est apparue durant ma 4A, que j’ai effectuée à ETH Zürich.


Depuis le CE2, je suis fasciné par l’histoire militaire, non pas pour la gloire dont elle semblait être porteuse, mais pour l’exercice intellectuel que cela représentait.

En pleine interrogation sur mon avenir, je me suis rendu compte que j’avais véritablement aimé ce que j’avais pu faire à l’X. Il n’y avait aucune raison pour que je ne continue pas. J’ai donc mis en place ce projet.

J’avais les compétences, j’ai pu me fournir en matériel et cette possibilité de rendre le savoir gratuit et didactique me plaisait : je me suis lancé. Si au départ je pensais pouvoir simplement me renseigner et me filmer en train de parler naturellement, j’ai très vite compris que le travail de sourçage et d’écriture serait le plus gros morceau.

Mais ma première vidéo est sortie en mai 2016 et cela m’a engagé. J’ai donc continué et je peux voir aujourd’hui que j’ai fait beaucoup de progrès sans même en avoir vraiment eu conscience.

J’ai voulu le concept simple. Chaque vidéo aborde une bataille historique dont j’essaie de tirer une leçon tactique ou stratégique. Mais j’ai également une approche à plus long terme de construction de la connaissance du domaine, en introduisant des termes qui me permettront plus tard d’aborder des batailles ou des concepts plus complexes.

Afin de diversifier et d’inclure l’histoire militaire dans l’Histoire, j’ai également un type de vidéo où j’aborde une guerre dans son ensemble afin d’en comprendre les répercussions, et un format dans lequel je parle d’une œuvre d’art créée suite à un fait militaire.

TOUTE UNE COMMUNAUTÉ SUR YOUTUBE

Aujourd’hui, j’ai produit presque trois heures de contenu et compte 1 200 abonnés, ce qui n’est pas énorme. Cependant, je reste à chaque nouvelle publication de vidéo très agréablement surpris par la vivacité du public qui me suit. S’ils ne sont pas nombreux, mes abonnés sont curieux et incroyablement positifs, ce qui me pousse à continuer et plus seulement pour moi.

“ Mes abonnés sont curieux et incroyablement positifs ”

Et étant toujours à la recherche de ce que je pourrais faire de mon futur, je me suis organisé pour me libérer du temps et continuer à développer ce qui me plaît.

Ainsi, j’ai décidé de travailler à mi-temps (en tant qu’ingénieur en robotique) ce qui me permet de monter en parallèle un projet de court-métrage avec d’autres amis, de faire de l’improvisation avec représentation bihebdomadaire et, bien entendu, de gérer cette chaîne Youtube.

L’AVENIR DE LA CHAÎNE

Je ne compte donc pas m’arrêter : j’ai déjà en tête une grande quantité de sujets et le domaine m’offre largement assez d’éléments pour plus d’une centaine de vidéos, sans forcer. Mais je pense également à élargir encore mon propos, en me rapprochant des guerres modernes. Car, comme je le disais précédemment, je me considère comme plutôt pacifiste tendance internationaliste.

L’OUVERTURE 1812 DE TCHAÏKOVSKI

Ce morceau, aujourd’hui très connu, a en réalité été composé afin de commémorer la victoire des Russes sur les Français durant la campagne de Russie de Napoléon en 1812.
Ce qui est fascinant, c’est qu’à travers les différentes citations musicales du morceau, Tchaïkovski retrace cette campagne. Ce que je me suis proposé d’expliciter dans une de mes vidéos.

Aussi, il me paraît important de traiter des conflits modernes et de redonner leur sens à certains symboles et termes employés à outrance, notamment dans le champ politique.

Ce n’est pas un hasard si chaque président de la Ve République met en avant sa position de chef militaire et qu’il est commun de déclarer que nous sommes en guerre contre le terrorisme, et ce, même si ce mot n’a aucune définition reconnue internationalement.

Ainsi, entre l’analyse de la pensée militaire et la réflexion sur le statut de la guerre de nos jours, j’espère sincèrement sortir de l’approche épique d’un fait complexe, politique et bien plus intellectualisé qu’on ne le présente.

Rendre le savoir accessible et permettre une meilleure compréhension de notre monde est la philosophie qui guide cette initiative, mais sans perdre de vue qu’il sera toujours ironique d’avoir une guerre favorite… à moins que ce soit celle de 14-18.

 

 

La chaîne de Quentin sur Youtube


Pour montrer son éclectisme voici un choix de ses videos :

Video : la victoire à la Pyrrhus

Vidéo : La guerre de trente ans


Video : la bataile de Montenotte

Poster un commentaire