Souffrances autour du Berceau

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°546 Juin/Juillet 1999Par : Martine LAMOUR et Marthe BARRACORédacteur : Violaine PILLET, psychologue

À travers des histoires cliniques détaillées, Manine Lamour et Marthe Barraco font comprendre au lecteur l’univers relationnel perturbé des nourrissons nés dans des familles à problèmes multiples en prenant en compte non seulement la souffrance du bébé, si difficile à repérer et à penser, et de ses parents mais aussi celle des professionnels.

Comment évaluer les souffrances et apporter des réponses pour que tous les partenaires – le bébé, ses parents et les intervenants – puissent déployer leurs compétences.

Le récit de leur pratique clinique présente un nourrisson actif: tant dans les stratégies déployées face à un environnement adverse pour s’adapter et survivre, que dans l’influence qu’il exerce sur les échanges avec ses différents partenaires. Acteur de son développement, et partie prenante du traitement s’il y a lieu, le bébé est considéré comme un être compétent.

Les auteurs définissent un environnement stable et fiable, basé sur des macro et microrythmes entourant le nourrisson, qui lui permet d’exprimer ses capacités. À cela sont opposées des situations de familles carencées dans lesquelles, sur un fond de discontinuité des soins, la sous-alimentation narcissique touche tous les secteurs du développement de l’enfant. Dans un contexte chaotique où la mère présente une psychose chronique, et où la souffrance du bébé est silencieuse face à la pathologie maternelle bruyante, les deux protagonistes, dans un lien extrêmement fort mais toujours menacé, sont en danger. C’est alors que se pose la question de la séparation.

Pour y répondre, les auteurs invitent à prendre le temps d’étudier tous les niveaux de l’interaction – comportemental, affectif et fantasmatique – entre les différents acteurs – bébé, famille, intervenants – car c’est au coeur de l’interaction que l’enfant se construit et instaure une relation d’attachement. Le nourrisson intègre très tôt les schémas interactifs et entraîne son entourage à les reproduire, même si l’interaction est perturbée.

En vue de traiter cette spirale interactive néfaste, ces cliniciennes proposent un soin spéci fique de la relation, tenant compte autant des ressources de chacun que des dysfonctionnements de l’interaction, mais qui n’est possible qu’à condition de reconnaître les liens d’attachement réciproques parents-enfant existants.

Plusieurs approches sont décrites: l’observation comme outil d’évaluation aussi bien que comme outil thérapeutique; le traitement à domicile où tous les acteurs participent à la création du cadre; et l’accompagnement, vu comme une étape nécessaire vers l’autonomie.

Les auteurs soulignent également la souffrance des soignants pris, de fait, dans un climat émotionnel chargé, dont ils peuvent se dégager à condition d’identifier les mécanismes de la dynamique relationnelle familiale sur plusieurs générations qui, se rejouant dans les relations entre intervenants, créent des conflits et isolent les professionnels. Seul un travail de réflexion en réseau éclairant la pathologie du lien vient soutenir cette action thérapeutique.

Cet essai clair, jalonné de références théoriques et de vignettes cliniques sur les interactions précoces est un outil de réflexion accessible à tous sur le développement de l’enfant, les processus de la parentalité, et les différents outils des professionnels de la petite enfance confrontés aux souffrances des bébés et des familles.

Poster un commentaire