Figuration d'une lettre email

Sécuriser et classer les emails pour améliorer l’expérience utilisateur

Dossier : Dossier FFEMagazine N°707 Septembre 2015
Par Georges LOTIGIER

Pouvez-vous nous en dire plus sur Vade Retro ?

J’ai repris Vade Retro aux côtés du chef de produit et du directeur commercial en 2013. Vade Retro est un éditeur anti-spam qui a développé des technologies anti-phishing et anti-malware, deux aspects complexes du domaine de la cybersécurité.

En plus de son expertise de pointe en matière de sécurité, Vade Retro s’est concentré également sur l’expérience utilisateur avec la classification intelligente des emails, ce que l’on appelle le graymail management.

Les utilisateurs réceptionnent de nombreux mails quotidiennement dont une grande partie n’est pas importante ou prioritaire (emails marketing par exemple). Vade Retro édite un moteur de filtrage qui identifie tous les types d’emails et permet ainsi la sécurisation, la classification et la gestion des e-abonnements des boîtes mails.

Cette solution est commercialisée et destinée à l’écosystème de l’email qui inclut des opérateurs télécom, des éditeurs de systèmes de sécurité anti-virus qui souhaitent intégrer un anti-spam et anti-phishing dans leurs offres.

Cette offre est aussi destinée à nos concurrents qui vont pouvoir intégrer notre technologie ou une partie afin de compléter la leur. Nous nous adressons aussi aux marchés « corporate » à travers des grossistes et revendeurs spécialisés.

Nous avons fait le choix de rester exclusivement focalisé sur la technologie et l’innovation et de charger des professionnels de gérer la commercialisation.

Comment vous démarquez-vous sur le marché ?

Nous nous démarquons clairement par la qualité de notre R&D. Nous innovons plutôt que de chercher à reproduire ce que nos concurrents ont déjà accompli. Nous nous positionnons en amont de la concurrence en proposant de nouveaux services.

Nous avons développé une expertise pointue en matière de lutte contre la cybercriminalité. Les attaques passant par l’email sont devenues un sujet incontournable de notre quotidien. L’email est perméable et peut facilement devenir un point d’entrée pour l’obtention d’informations ou de données personnelles.

Depuis notre récent accord avec Cisco signé en juin 2015, nous gérons plus de 235 millions de boîtes mail dans le monde. Nous nous basons sur plusieurs sources afin de rassembler un grand nombre informations (comparables aux Big Data) et d’assurer la sécurisation de ces boîtes.

Grâce à ce système, nous pouvons très rapidement faire des statistiques et mener des investigations pour repérer instantanément une attaque. En effet, notre connaissance approfondie des méthodes et comportements de la cybercriminalité nous permet d’être réactif et de prévoir ce genre d’attaques en sécurisant les boîtes mail à plusieurs niveaux (anti-spam, anti-phishing, anti-virus, etc.).

Dans le domaine de l’anti-phishing, nous avons développé et mis à la disposition aussi bien des particuliers que des professionnels le service « isitphishing.org ». Ce service vérifie la légitimité des liens hypertextes afin de s’assurer qu’ils ne cachent pas une attaque de phishing.

De notre côté, nous ouvrons et vérifions toutes les requêtes tapées sur le site ou reçues sur le service, analysons le comportement des pages Java et HTML afin de détecter les risques potentiels de phishing ou d’injections de malware. Le site est en accès gratuit pour les usages non commerciaux alors que nous vendons cette technologie aux professionnels qui revendent un service de sécurité. Nous proposons également un service de désabonnement sécurisé des newsletters ou autres emails marketing qui peuvent être reçus sur la boîte mail.

Vade Retro met à disposition les informations récoltées alimentant différentes bases de données comme celles des banques mais elles sont aussi transmises à Firefox. Nous sommes actuellement en discussion avec d’autres partenaires sur la transmission de ces données pour sécuriser l’écosystème Internet.

Quels sont les enjeux de la protection et de la classification des boîtes de messageries que vous avez identifiés ?

Nous n’avons jamais autant utilisé les emails qu’aujourd’hui. C’est un moyen de communication universel, gratuit et indépendant qui séduit toujours plus d’utilisateurs.

Le besoin de gestion et de sécurisation des boîtes mail est donc une problématique réelle. Sa sécurisation passe par l’identification de tous les types d’emails afin d’effectuer l’action adéquate : suppression, envoi vers les spams ou classification.

Le risque « zéro » n’existe pas mais nous avons mis au point différents outils pour mieux cerner et prévenir le risque. L’utilisateur doit respecter les règles de bonne conduite pour se protéger contre les menaces quotidiennes.

Quelle est la place de l’innovation ?

Chez Vade Retro, la place de l’innovation est centrale. D’ailleurs le responsable de l’innovation, le marketing, le product management, le business development et la direction des opérations sont localisés à San Francisco.

Nous avons fait ce choix car tout l’écosystème de l’email est concentré dans cette ville. Ce positionnement stratégique nous permet d’être en observation constante de la concurrence, d’évaluer les opportunités et de vérifier la pertinence des idées sur lesquelles nous travaillons.

Quels sont vos axes de développement futurs ?

Nous venons de créer une entreprise de stockage d’objets comme les emails : OpenIO. Une solution open source qui permet de stocker des objets sur des disques durs à très large capacité. Aujourd’hui, Vade Retro est reconnu comme un leader dans le domaine du Graymail Management.

Cette reconnaissance nous a permis de signer des contrats prestigieux et est aussi un moteur pour notre développement sur le marché.

Parallèlement, nous sommes moins connus sur le phishing. Nous travaillons donc sur des partenariats afin d’accroître notre visibilité et renforcer notre notoriété.

L’écosystème dans lequel nous évoluons est très petit mais extrêmement internationalisé. Nous comptons poursuivre notre déploiement à l’international aux Etats-Unis, au Japon, en Thaïlande, Singapour et en Inde. C’est aussi un moyen de montrer que les technologies françaises sont intéressantes, performantes et attractives. Nous prévoyons une croissance de 30 à 40 % sur les cinq prochaines années.


Activité mondiale de Vade Retro

 

Poster un commentaire