Rééditions et nouveautés

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°600 Décembre 2004Rédacteur : Jean SALMONA (56)

La musique classique n’est pas un produit de consommation de masse et ne se porte pas bien. Les grands éditeurs se concentrent, les indépendants sont de moins en moins nombreux, et l’édition survit – difficilement – en enregistrant peu et en rééditant les grands enregistrements des années 1955-1990. Il y a aussi la mobilisation, pour relancer la consommation, des technologies nouvelles : Super-audio CD1 (SACD), CD ou SACD à 4 pistes (surround), DVD. Mais in fine, c’est vous, amoureux de la musique, qui détenez la clé de l’avenir de l’édition. Aussi, amis lecteurs, allez au concert et achetez des disques !

Symphoniques

Trois rééditions : la 6e Symphonie (Pathétique) de Tchaïkovski par Pierre Monteux et le Boston Symphony (1955)2, La Mer de Debussy, Escales de Jacques Ibert et la Symphonie avec orgue de Saint-Saëns, par Charles Munch et le même Boston Symphony (1956-1959)3, et deux concertos par le légendaire Van Cliburn4, le n° 1 de Tchaïkovski avec le RCA Symphony dirigé par Kiril Kondrashin (1958), et le n° 2 de Rachmaninov avec le Chicago Symphony dirigé par Fritz Reiner (1962). La version Monteux de la Pathétique, fluide et sans pathos, est supérieure à la version Karajan de 1964. Munch, spécialiste insurpassé de la musique française, fait aussi merveille en particulier dans La Mer. Van Cliburn a assis sa légende sur les deux concertos qu’il joue ici. Mais ce qui frappe le plus, c’est l’extraordinaire qualité technique de ces enregistrements, très supérieurs aux CD aseptisés classiques, et qui reprennent les finesses des disques microsillons que regrettent les vrais amateurs.

La 9e Symphonie, la dernière que Mahler acheva, et que, comme Mozart la 41e, il n’entendit jamais, est aussi la plus belle : un adieu passionné à la vie, comme la Pathétique était l’adieu, désespéré, de Tchaïkovski. L’interprétation de Riccardo Chailly avec l’Orchestre du Concertgebouw5 est une merveille de précision et d’équilibre, qui refuse le pathos et l’excès, comme Monteux dans la Pathétique, et conduit à l’émotion et, in fine, à la sérénité par l’économie de moyens. Exceptionnel.

Voix

Un autre adieu à la vie, les Vier letzte Lieder de Richard Strauss par Elisabeth Schwarzkopf et l’Orchestre Radio Symphonique de Berlin dirigés par George Szell en 1961 : l’enregistrement de légende est réédité en CD avec 12 autres lieder de Strauss6, toujours avec George Szell et, cette fois, le London Symphony. C’est le nirvana musical, la jouissance suprême. Le CD est accompagné d’un DVD : la fin de l’acte 1 du Chevalier à la Rose, avec Schwarzkopf dans le rôle de la Maréchale.

Les mélodies de Poulenc, que tout semble opposer aux lieder de Strauss, sont moins mondaines et légères qu’il n’y paraît : comme Ravel, Poulenc est un pudique et dissimule ses émotions derrière une façade d’humour feint. Le baryton Bernard Kruysen, accompagné par Noël Lee, a enregistré trois cycles de mélodies sur des poèmes d’Eluard, Le Travail du Peintre (Picasso, Chagall, Braque, etc.), Tel Jour Telle Nuit, Cinq Poèmes, ainsi que d’exquises Chansons Gaillardes sur des poèmes anonymes du XVIIe siècle7 : la quintessence de l’esprit français raffiné des années 1920-1930.

Michael Haydn est moins connu que son frère Joseph ; l’enregistrement récent de son Requiem et de deux de ses Symphonies par l’Orchestre de chambre de Lausanne, chœur et solistes, dirigés par le mozartien Christian Zacharias8 permet de découvrir une musique bien construite, très mélodique, très élaborée, plus proche de Mozart que de Joseph Haydn. Autre requiem, d’une certaine manière, que l’Œdipus Rex de Stravinski et Cocteau, dont on réédite la version dirigée par Bernstein en 1972 avec Tatiana Troyanos dans le rôle de Jocaste9, sans doute l’œuvre la plus forte de Stravinski avec le Sacre et The Rake’s Progress. Un “ oratorio- opéra ” sombre et dur qui, au-delà du mythe raconté par Sophocle, symbolise le tragique de la destinée humaine.

Musique de chambre

Le Quintette avec piano n° 2 de Dvorak est, avec celui de Schumann, l’archétype du genre, sommet de la musique de chambre de Dvorak, et Christian Zacharias, qui l’interprète avec le Quatuor de Leipzig10, joue Dvorak comme il joue Mozart, avec cette tendresse détachée et un peu amère aux antipodes de la tradition romantique, qui convient si bien au Slave Dvorak. Qualité technique superbe. Sur le même disque, le Quintette pour cordes dans la veine “ américaine ” de Dvorak.

Dans la série “ Great recordings of the Century ”, EMI réédite les Suites pour violoncelle seul de Bach par Paul Tortelier11. C’est la version de référence, la seule qui soit comparable à l’enregistrement ancien de Casals : équilibre, respect rigoureux de la métrique, chaleur et rondeur du son, et cette alchimie impalpable qui distingue les chefs-d’œuvre.

Le Quatuor Debussy a treize ans. Il vient d’enregistrer les Quatuors de Ravel et Fauré12. Le Quatuor a été la dernière œuvre de Fauré, terminée peu de temps avant sa mort. Alors que concerts et festivals dispensent quatuors de Beethoven, Schubert, Brahms ad nauseam, le Quatuor de Fauré est, inexplicablement, rarement joué et peu enregistré. Par sa profondeur, ses recherches harmoniques – il est proche de l’atonalité – son originalité thématique, et aussi par son atmosphère d’abord désespérée et finalement extatique, il se classe parmi les plus beaux des quatuors du XXe siècle, proche de ceux de Chostakovitch et Bartok. Le Quatuor Debussy joue ces deux quatuors exactement comme il le faut, dans le goût français, avec précision et mesure, et une superbe palette de couleurs.

Sous le titre El Diablo Suelto, John Williams, digne successeur d’Andrès Segovia, a enregistré des pièces pour guitare du Venezuela, qui sont de petites merveilles de mélodie, d’harmonie, de complexité et de rigueur d’écriture13. Cette musique, certes marquée par son origine latino-américaine, atteint à l’universalité comme celles de Couperin ou de Bach lui-même, et de plus, véhicule un charme sensuel auquel il serait peu sage de résister : écoutez Maria Carolina et Preludio de Adios en mordant dans la chair jaune d’une mangue mure et tiédie par le soleil.

Jonathan Gilad, la divine surprise

Ingénieur des Ponts et pianiste professionnel : Jonathan Gilad (X 2001) partage son temps entre les salles de concert – dont Carnegie Hall – et celles, plus austères, de l’École d’application. Son premier disque, présenté par Martha Argerich, avait été analysé dans ces colonnes alors qu’il passait le bac. Deux nouveaux enregistrements révèlent non pas un très bon musicien mais un pianiste majeur, de la race des Pollini et des Brendel. Dans le premier disque14, Gilad joue trois Sonates de Mozart, n° 10, 12, et la célèbre 14 en ut mineur. Gilad joue les deux premières sonates, écrites à Paris dans une période insouciante de la vie de Mozart (qui avait à peu près l’âge de Gilad aujourd’hui), avec brio et légèreté, et la n° 14, composée après un drame personnel (et que Gilad a l’intelligence de faire précéder de la Fantaisie en ut mineur, écrite dans ce but par Mozart), un peu comme une sonate de Beethoven, les unes et l’autre avec une infinie subtilité du toucher. Ce qui saisit dès la première audition, c’est l’extraordinaire maturité de l’interprétation : nous avons comparé cet enregistrement avec celui, légendaire, de Gieseking, et ceux, plus récents, de Glenn Gould puis Fazil Say : c’est Gilad qui joue le plus juste et qui nous touche le plus. Le disque Beethoven15 présente lui aussi trois Sonates : les n° 5, 17 (La Tempête) et 23 (Appassionata). Dans les trois, perfection de la forme, justesse du ton, profondeur : la comparaison avec les interprétations de référence d’Artur Schnabel et, pour l’Appassionata, celle d’Horowitz, n’est pas en faveur des deux pontifes. On reparlera de Jonathan Gilad.

______________________________________
1. Tous audibles aussi sur un lecteur de CD banal.
2. 1 CD-SACD RCA 2876613972.
3. 1 CD-SACD RCA 2876613872.
4. 1 CD-SACD RCA 2876613922.
5. 2 CD-SACD DECCA 475 6191.
6. 1 CD EMI 5 57752 0.
7. 1 CD ARION ARN 50654.
8. 1 CD MDG 340 1245-2.
9. 1 CD SONY SK 90383.
10. 1 CD MDG 307 1249-2.
11. 2 CD EMI 5 62878 2.
12. 1 CD ARION ARN 68647.
13. 1 CD SONY SK 90451.
14. 1 CD LYRINX LYR 2234.
15. 1 CD LYRINX LYR2222.

Poster un commentaire