Présentation au Drapeau de la promotion X 2002

Dossier : ExpressionsMagazine N°590 Décembre 2003

Le samedi 18 octobre, les élèves de la promotion X2002, dirigée par le Commandant Foutel, ont été présentés au drapeau de l’École polytechnique. La cérémonie était placée sous la présidence du délégué général pour l’armement (DGA), Yves Gleizes. Elle a donné l’occasion au Général de Nomazy, directeur général de l’École, de rappeler aux élèves le sens de cette cérémonie et les symboles qui y sont attachés. De nombreux parents d’élèves avaient fait le déplacement jusqu’à Palaiseau pour assister à l’événement.

La journée s’est poursuivie par l’inauguration de l’exposition préparée par la Bibliothèque et consacrée à l’astronomie, puis par les allocutions du président du Conseil d’administration, Yannick d’Escatha, et du DGA, que les élèves et leurs parents ont été invités à écouter en amphis.

Le président d’Escatha a d’abord pris la parole. Il a remercié le DGA de sa présence à l’École au cours de cette journée, présence symbolisant les liens forts reliant l’X et la Défense. Un contrat pluriannuel existe entre Polytechnique et l’État. Il offre à l’École un soutien déterminant dans une période charnière : celle qui la voit s’ouvrir sur l’international (accueil d’étudiants étrangers, stages ou 4e année à l’étranger pour les X français), sur l’entreprise (notamment Thales) et sur de nombreuses institutions (accords avec l’université d’Orsay et avec IOTA).

Le DGA s’est ensuite exprimé (ci-après intervention d’Yves Gleizes) pour rappeler l’importance prise par la science dans notre société et la nécessité pour les polytechniciens d’y jouer un rôle de premier plan : “ Rester à la pointe de l’innovation technologique constitue un défi à la hauteur de vos capacités et de l’énergie que vous avez montrée pour entrer dans cette École. ” Il a indiqué que ce défi devrait être relevé par les X dans la recherche et dans l’industrie, en lien avec le reste du monde.

S’appuyant sur sa propre expérience et sur ses convictions, il a aussi insisté sur les perspectives offertes par la DGA aux polytechniciens : “ Pour gagner des batailles, a-t-il dit, pour assurer la sécurité de nos concitoyens et contribuer à l’œuvre de la France à travers le monde, la Défense également insuffle cet esprit dans les équipes chargées au sein de la DGA d’imaginer et de réaliser le système de défense de demain. ” Cette invitation citoyenne prenait selon lui un sens tout particulier à l’École : “ Polytechnique, a-t-il souligné, constitue le creuset au sein duquel se tissent des liens privilégiés entre la Nation et la Défense. Son œuvre se fait sentir longtemps après avoir quitté ses murs. J’en ai l’expérience. ”

Plusieurs parents d’élèves ont profité de l’après-midi pour visiter le centre de recherche de l’École. Le samedi 18 octobre correspondait en effet au dernier jour de la semaine nationale de la Fête de la Science et les laboratoires de l’X proposaient une demi-journée portes ouvertes.

En milieu d’après-midi, de nombreux parents ont toutefois rejoint l’amphi Poincaré pour assister à une présentation de l’École par l’équipe de direction. Et Musicalix a clos la journée par un concert.

INTERVENTION D’YVES GLEIZES, DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL POUR L’ARMEMENT

Messieurs les Parlementaires,
Monsieur le Préfet,
Messieurs les Élus Locaux,
Monsieur le Président,
Madame la Secrétaire Générale pour l’administration,
Monsieur le Directeur Général,
Messieurs les Officiers Généraux,
Messieurs les Directeurs,
Mesdames, Messieurs,

C’est un grand honneur pour moi de présider la cérémonie de présentation au Drapeau d’une promotion, aujourd’hui la promotion 2002. D’abord parce que votre École est le symbole de l’excellence, mais aussi parce qu’elle est un fleuron du ministère de la Défense.

Il est ainsi dans l’existence des moments qui comptent particulièrement. C’est le cas aujourd’hui pour vous comme pour vos familles, fières à juste titre de votre succès.

Beaucoup d’entre vous vont dans quelques années jouer un rôle d’orientation dans la vie de notre pays, que ce soit au sein de la Défense ou de la société civile ou bien, pour les élèves étrangers qui nous font l’honneur de venir se former ici, dans d’autres pays.

Je vais donc profiter de cet instant unique où nous sommes rassemblés autour du drapeau de l’École pour vous dire quelques mots des enjeux auxquels répond l’École polytechnique et plus largement, de la façon dont, ensemble, futurs entrepreneurs, chercheurs ou fonctionnaires des corps civil et militaire de l’État, nous pouvons y répondre.

A – Défis de la science et conséquences sur la Défense et l’École

Réalités de la science

La semaine qui s’achève a été marquée par la Fête de la science. Depuis quelques années, cette fête a vocation à faire partager au plus grand nombre la passion de la chose scientifique à travers expériences, visites de laboratoire, gratuité d’expositions. L’École ouvrira ainsi tout à l’heure les portes de ses laboratoires aux visiteurs extérieurs.

Aujourd’hui plus que jamais, la science est au cœur de notre quotidien quel qu’en soit le domaine.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les avancées de la science du vivant, les nanotechnologies sont autant de domaines qui connaissent des évolutions importantes et ouvrent de nouvelles perspectives d’application et de progrès.

Plus largement, et dans une autre dimension, la science exprime la tentative humaine de maîtriser le monde, elle devient ainsi vecteur de bien-être à travers les activités dans lesquelles elle s’applique.

La science est enfin un facteur de puissance, que ce soit pour les industries, dont elle nourrit la compétitivité et le développement, ou pour la Défense qui y puise la supériorité de ses armes.

La science est à ce titre, à tort ou à raison, un facteur discriminant entre pays pour déterminer leur rang.

Il n’y a là rien de nouveau, la hache de bronze a supplanté la hache de pierre de même que le métier à tisser mécanique a supplanté les métiers manuels.

La nouveauté ne tient plus au rythme des évolutions et à leurs impacts.

Défis de la science

La science crée des défis nouveaux à la hauteur de vos capacités et de l’énergie que vous avez montrée pour entrer dans cette École.

Se confronter à l’inconnu, maîtriser la complexité des nouvelles technologies, l’appliquer au service de la collectivité et en explorer toutes les dimensions, développement durable, écologie, etc., constitue un concours d’une autre nature mais tout aussi intense et exaltant.

Il faut conserver la logique de conquête et la logique de dépassement de soi que vous avez acquises et que l’École vous permet d’entretenir à travers la formation de généraliste qu’elle vous offre.

Esprit de conquête non seulement dans le domaine de la technique qui vous offre un champ d’action quasiment illimité mais aussi dans celui de l’économie pour contribuer à la richesse de notre pays à travers la création de nouvelles entreprises et à travers la conception de l’organisation industrielle et économique de demain.

Mais il est d’autres domaines où cet esprit de conquête s’exprime pleinement.

La réforme de l’État, dont la complexité ne cède en rien à nos défis techniques, porte en elle la perspective d’une administration simplifiée, plus proche des usagers, plus performante et gage d’une France forte.

À son efficacité au service de nos concitoyens doit répondre l’efficacité pour assurer leur protection.

Pour gagner des batailles, pour assurer cette sécurité et contribuer à l’œuvre de la France à travers le monde, la Défense insuffle cet esprit de conquête dans ses équipes.

La Délégation générale pour l’armement en est le relais pour imaginer et réaliser le système de défense de demain en se nourrissant de l’accroissement significatif des crédits de recherche.

La complexité change de nature, elle s’exprime désormais en termes d’interopérabilité de systèmes de défense, de champ de bataille numérique, de dimension spatiale donnée à la Défense, en termes d’application des nouvelles technologies.

J’ai été le témoin de ces évolutions depuis quarante ans, pour en savourer chaque instant.

La Défense constitue, soyez-en conscients, un champ d’expression à la hauteur de vos capacités.

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme

La dimension humaine ne saurait pour autant être absente de l’application de la science au risque d’en fragiliser l’édifice.

Il nous faut faire preuve d’une sagesse considérable et d’humilité.

Pour préserver la durabilité des biens, la gouvernance des sociétés industrielles, l’équilibre des sociétés humaines, en un mot pour améliorer la vie dont nous avons aujourd’hui la gestion, il faut un subtil mélange de science et de sagesse.

Le sens de l’autre et de la collectivité, le sens de l’État et l’intérêt commun sont autant de défis à relever qui pour être plus intérieurs n’en sont pas moins exigeants.

C’est en partie ce qui a motivé mon choix pour le corps de l’armement, choix que je n’ai jamais regretté, tant l’aventure se révèle passionnante et gratifiante.

B – L’X acteur important de ces perspectives

Ces défis, vous devez les relever.

Parce que vous serez les capitaines d’entreprises de demain et que de vous dépendra en partie la prospérité raisonnée de notre pays.

Parce que vous serez également les acteurs de la Défense de demain et que vous contribuerez ainsi à maintenir l’espace de paix et de liberté que constitue notre pays et que sera l’Europe que nous appelons de nos vœux.

Parce qu’enfin vous serez les acteurs de l’État de demain et que de vous dépendra le maintien des valeurs de notre république.

La Nation attend de vous que vous développiez des qualités essentielles : rigueur scientifique, travail en équipe, comportement éthique, solidarité, esprit de défense, créativité et goût d’entreprendre.

Formation

Dans cette perspective, l’École polytechnique s’est adaptée pour vous fournir une formation appropriée.

La réforme qui a été menée s’est articulée autour de trois axes :

– le développement de la formation au meilleur niveau mondial,
– l’amplification de la dimension internationale de l’École,
– le développement des capacités de recherche et la valorisation des résultats.

À cela s’ajoute la formation humaine, qui reste un des éléments clefs de l’École, et la transmission d’un esprit de défense hérité des origines de l’École.

L’X doit rester ancrée au sein du ministère de la Défense pour que vive cet esprit et les valeurs qu’il porte.

Je redis ici combien j’attache d’importance à cette formation qui devra rejaillir sur l’ensemble de la Nation lorsque vous aurez atteint des postes de responsabilités.

X, lien entre dirigeants et la Défense

Mais le rôle de l’École ne s’arrête pas là. À l’heure de la conscription, il importe de maintenir les liens étroits qui existent entre armée et Nation.

Le succès des Journées Nation- Défense atteste de leur importance et de l’attachement que nos citoyens y portent.

L’École polytechnique, pépinière d’officiers de réserve, constitue le creuset au sein duquel ils se tissent et où ils acquièrent la force qui les fait résister à l’épreuve du temps.

Élargir l’environnement de l’X

Cela ne signifie pas bien entendu qu’il faille que l’X se cantonne à cet environnement. Bien au contraire, le succès de la réforme de la formation en atteste.

L’X doit être un des tout premiers établissements d’enseignement et de recherche européens à travers un accroissement des contacts internationaux et par le biais d’une ouverture plus large aux élèves étrangers.

Je salue à ce titre la présence d’élèves étrangers dans vos rangs.

L’École est en effet soumise à une concurrence internationale vive.

Le “marché” de la formation nécessite de s’adapter rapidement afin que les diplômes jouissent de la plus grande reconnaissance au plan international et puissent ainsi accroître l’attractivité de l’École.

Cette adaptation doit se compléter d’une plus large ouverture des élèves français à la culture internationale en allant se confronter au monde.

Les stages à l’étranger effectués en 4e année et les séjours linguistiques sont deux ingrédients qui doivent vous permettre de vous imprégner de la culture de nos partenaires ; vous pouvez en imaginer d’autres.

La présence sur le plateau de Saclay de nouveaux centres de recherche plus proches de l’entreprise tels Thales, Danone à proximité de Paris XI et de Soleil permettra de stimuler encore plus votre dynamisme et d’ouvrir encore plus largement votre formation.

C – Les moyens de l’École Mener à bien l’ensemble de ces missions requiert des moyens.

Le ministre de la Défense s’était engagé ici même l’an dernier sur le respect du contrat pluriannuel passé avec l’École.

Ces engagements sont tenus. En particulier, le Ministère par le biais de la DGA dotera l’École comme prévu et les armées et la DGA fourniront l’encadrement et les stages nécessaires.

Les partenariats doivent permettre en outre à l’École d’augmenter ses ressources propres en liaison avec la Fondation de l’École polytechnique. Je souhaite que l’École continue à se mobiliser autour de projets concrets.

Il est également important que l’ensemble de notre communauté polytechnicienne se mobilise pour rechercher des ressources propres et un plus grand soutien du monde économique dans lequel elle joue bien souvent un rôle éminent.

Je salue à ce titre les anciens élèves de l’Association des anciens élèves de l’X dont la présence nombreuse ce matin témoigne de leur soutien.

En retour, que le dynamisme qu’ils déploient dans leurs entreprises vous inspire.

D – Conclusion

Je souhaiterais terminer mon propos en m’adressant directement à vous élèves de la promotion 2002.

Vous êtes appelés à devenir les cadres dirigeants des secteurs économiques, financiers, de la recherche, des armées ou de la haute fonction publique.

Vous avez chacun et chacune d’entre vous un rôle à jouer dans la construction de notre avenir commun.

Vauvenargues le disait en son temps : “ Pour savoir ce qu’il faut faire il faut du génie, pour savoir comment le faire il faut du talent mais pour le faire il faut de la vertu. ”

Vauvenargues peignait avant l’heure le portrait d’un polytechnicien.

Je vous souhaite bonne chance pour vos engagements et vos projets futurs. Je vous remercie

Poster un commentaire