Les réceptions des ambassadeurs AX : Odile Molle (2002), ambassadrice de l’AX à Moscou

Dossier : Vie de l'associationMagazine N°749 Novembre 2019
Par Alix VERDET

Interview d’Odile Molle (2002), directrice retail et formation du groupe Yves Rocher pour la Russie
Propos recueillis par Alix Verdet

 

Depuis combien de temps habites-tu à Moscou ?

Je vis en Russie depuis sept ans. J’ai vécu cette expatriation en couple avec mon mari qui est X 2001 (Antonin Molle), lui pour Leroy Merlin, moi pour Auchan à Saint-Pétersbourg. Nous y sommes restés deux ans et demi, puis nous avons été mutés tous les deux à Moscou. Ça fait quatre ans et demi que nous sommes à Moscou. J’ai changé d’entreprise il y a un an, et je travaille chez Yves Rocher, en gardant une activité pour Auchan, car je fais partie du conseil d’administration du groupe Auchan et d’Auchan Russie.

Avais-tu un intérêt particulier pour la Russie avant de t’y installer ?

Je ne connaissais pas du tout la Russie. Nous voulions être expatriés, sans contrainte géographique, ni de timing, ouverts à l’idée de partir n’importe quand et n’importe où. Comme Auchan et Leroy Merlin font partie du même groupe (Association familiale Mulliez), nous avons pu être expatriés de manière concertée. Lorsque la décision fut prise, on nous a envoyés une semaine en voyage de découverte en Russie, alors que nous ne parlions pas russe. Nous avons déménagé en septembre 2012, j’étais enceinte de jumelles qui sont nées en Russie. Nous avons cinq enfants, deux nés en France et trois en Russie.

L’adaptation à la Russie fut-elle compliquée ?

Je dirais que ce n’est pas compliqué, c’est surtout très différent. Il ne faut pas essayer de retrouver des habitudes ou un confort que l’on a en France, il vaut mieux être ouverts aux opportunités, voir les choses de manière positive… Les Russes sont très attachants. Au premier abord, ils peuvent paraître très froids, mais dès qu’un contact s’établit, ils sont très chaleureux.

Le monde du travail y est très différent mais très intéressant. En effet, les Russes, par leur histoire, ont souvent dû s’adapter et ne sont donc pas réfractaires au changement. La mise en place des projets se fait rapidement, on ne sent pas d’inertie. Mais comme tout peut changer très vite en Russie, il est très difficile d’élaborer des plans à long ou moyen terme. En Russie, on vit au jour le jour. C’est très ancré dans la mentalité russe. Comme les Russes ont connu de nombreuses crises économiques et des dévaluations, ils n’épargnent pas comme les Français car ils savent que leur argent peut perdre sa valeur du jour au lendemain. Ça peut leur donner l’apparence négative d’être dépensiers.

Professionnellement, ça induit des situations inédites pour des Français. Par exemple, en tant que manager, j’ai des employés qui peuvent démissionner en juin pour partir en vacances. Comme ils veulent partir dans leur datcha (résidence secondaire à la campagne) profiter de ce qu’ils ont gagné pendant l’année, ils démissionnent puis reprennent un emploi après leurs vacances, car il y a très peu de chômage à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Il faut donc gérer des vagues de démission en juin et des vagues d’arrivée en septembre.

Envisages-tu de faire ta vie là-bas ?

Nous envisageons d’y rester pour un temps indéfini. Nous n’avons pas de projet de retour pour l’instant. Nous sommes tellement bien à Moscou. C’est une ville extraordinaire, très dynamique, en constante évolution. Moscou aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la ville dans laquelle nous sommes arrivés il y a quatre ans et demi. C’est aussi une ville très verte, avec de grands parcs qui deviennent des pistes de ski de fond l’hiver. La richesse culturelle y est très grande, nous avons beaucoup d’occasions de sorties. Et il est très agréable d’y vivre avec des enfants car les Russes aiment beaucoup les enfants. Mais notre pays reste la France, nous avons une maison en France et nous faisons en sorte que nos enfants restent attachés à la France. Mais comme tout peut changer très vite en Russie, nous apprenons aux enfants qu’on pourrait rentrer du jour au lendemain.

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer