L’industrie du futur : évolution ou révolution ?

Dossier : L'industrie du futurMagazine N°741 Janvier 2019
Par Pierre CHARPENTIER (98)

Après avoir transformé nos vies quotidiennes, le numérique est en train de transformer le monde industriel. En effet : tous les pans de l’activité industrielle sont modifiés en profondeur, de la conception jusqu’à la vie des objets et des infrastructures, en passant par leur production. La relation des entreprises avec leurs clients et leur écosystème est aussi transformée. Cette transformation concerne tous les secteurs industriels, toutes les tailles d’entreprises. 

Aux objets physiques sont associés des jumeaux digitaux qui permettent d’optimiser leur fonctionnement et leur maintenance. De nouveaux modèles d’affaires émergent. De nouveaux métiers apparaissent et repositionnent l’Homme dans le système productif.

Ce dossier éclaire la mutation de l’industrie grâce à la contribution de différents acteurs industriels et de la sphère publique. Par touches successives, nous parvenons à mieux appréhender les enjeux, les opportunités de l’industrie du futur. Nous percevons les évolutions que l’industrie du futur va introduire dans nos univers professionnels.

 

“De nouveaux métiers apparaissent
et repositionnent l’Homme
dans le système productif”

 

Révolution ou simple évolution ? La réponse réside en partie dans la représentation que nous construisons du futur. Une chose est certaine : autour de l’industrie du futur, de l’industrie 4.0 ou de la renaissance de l’industrie, une réelle mobilisation de tous les acteurs se déploie, comme l’a montré l’exposition L’Usine extraordinaire au Grand Palais en novembre dernier, qui a attiré plus de 40 000 visiteurs.

Depuis trois ans, il y a eu plus d’ouvertures d’usines que de fermetures, selon l’observatoire Trendeo. Faut-il voir là les premiers signes d’un rebond industriel portés par l’industrie du futur, après plusieurs décennies de décroissance industrielle ?

Dans son ouvrage Demeure, François-Xavier Bellamy nous invite à penser non seulement ce qui change, mais aussi ce qui demeure. Ce, afin de redonner tout son sens au mouvement en l’orientant précisément vers ce qui demeure. Jean-Dominique Senard, président de Michelin, nous invite à garder, dans cette transformation de l’industrie, un fil rouge : les hommes et les femmes. Ce dossier apporte, là aussi, quelques éclairages.

Articles similaires:

Poster un commentaire