Les Annales de l’École de Paris, Volume II

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°521 Janvier 1997

L’air du temps est à la ges­tion. Ce n’est pas pour sus­citer l’enthousiasme, si l’on entend par là que c’est désor­mais le temps des four­mis après que les cigales ont trop chan­té. C’est ce que peut don­ner à penser la lec­ture des médias, où appa­rais­sent de façon lanci­nante les ter­mes de “dégrais­sage”, “recen­trage”, “rigueur” ou “austérité”, motivés par les “impérat­ifs de la gestion”.

Des prati­ciens et des chercheurs ne se résig­nent pour­tant pas à cette absence de pro­jets et de rêves. Ils se réu­nis­sent régulière­ment à l’École de Paris du man­age­ment pour exam­in­er les proces­sus con­crets de gou­verne­ment des affaires privées et publiques et débat­tre de la manière de les améliorer.

Par la qual­ité de ses inter­venants, la lib­erté des échanges, la rigueur des procé­dures et la forme attrac­tive de ses écrits, l’École de Paris du man­age­ment fait ain­si con­naître des aspects mécon­nus de la vie des affaires, décou­vrir des expéri­ences ouvrant de nou­velles per­spec­tives et dégage pro­gres­sive­ment des idées adap­tées au monde nou­veau dans lequel nous sommes entrés.

Poster un commentaire