L‘entrée dans l’an 2000

Dossier : ÉditorialMagazine N°552
Par François AILLERET (56)

L'entrée dans l'an 2000 invite à un regard sur le passé et il est juste de nous remémorer les 1 360 X qui au long du XXe siècle sont morts pour la France, au cours des deux grandes guerres – respectivement 900 et 370 – et dans les anciens territoires français d'outre-mer – 20 avant 1914, 30 entre les deux guerres, 40 depuis 1945.

Certes, la Première Guerre mondiale est bien loin dans le temps, si elle ne l'est dans l'espace. Mais le terrible tribut payé par chaque village de France, comme par la communauté polytechnicienne, a eu des conséquences dont notre pays souffre sans doute encore aujourd'hui.

Pour la Seconde Guerre mondiale, souvenons-nous d'abord du sacrifice de nos 100 camarades tombés lors des combats de mai-juin 1940 dont on méconnaît souvent la violence. Alors que l'on assiste ensuite au lent et difficile réveil d'un peuple vaincu puis, grâce à quelques-uns, tendu vers la Libération et le rétablissement de la République, le combat se poursuit dans l'armée et dans la Résistance.

Ce sont 160 camarades qui trouveront la mort sur les divers théâtres d'opérations en Afrique Noire, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, dans le Pacifique, en Italie, en France et en Allemagne, jusqu'à Berchtesgaden où fut célébrée la victoire. Saluons enfin la mémoire des 110 camarades qui, engagés dans la lutte clandestine au long des quatre années noires de l'occupation, ont succombé en déportation, sous la torture, face à un peloton d'exécution ou les armes à la main.

Depuis dix ans, La Jaune et la Rouge a publié plusieurs articles portant sur la Résistance intérieure et extérieure et des comptes rendus de manifestations les commémorant, certaines à l'initiative de l'A.X.

Je citerai la conférence de Jacques Maillet (31) sur les X dans la Résistance et les Forces françaises combattantes (La Jaune et la Rouge de novembre 1991) et les articles sur les X à Bir Hakeim (La Jaune et la Rouge de juin 1992), dans la Campagne de Tunisie (La Jaune et la Rouge d'avril 1993) et la Campagne d'Italie (La Jaune et la Rouge de mai 1994). Je rappelle aussi les cérémonies de 1993 à la mémoire des X morts pour la France (La Jaune et la Rouge de mars et juin 1993) et celle de 1995 en hommage aux X morts en déportation (La Jaune et la Rouge de septembre 1997).

Plus récemment, La Jaune et la Rouge a rendu compte de l'activité du groupe X-Résistance en publiant notamment les causeries faites lors de ses assemblées générales de 1998 et 1999 par deux historiens témoins, Jean-Louis Crémieux-BrilHac et Daniel Cordier (numéros de février et novembre 1999). X-Résistance a organisé en mars dernier à Palaiseau une exposition "Des polytechniciens dans la Résistance" couplée avec deux journées d'études historiques sur "l'École polytechnique et les polytechniciens, 1940-1944". Les actes de cette rencontre seront le support d'un livre à paraître pour lequel on trouvera en son temps dans notre revue un bulletin de souscription. Quant à l'exposition, après un passage en septembre et octobre à l'Assemblée nationale, elle a terminé l'année 1999 au Centre Jean Moulin de Bordeaux et sera présentée cette année dans d'autres grandes villes de France(*).

En félicitant le groupe X-Résistance, je l'encourage vivement à poursuivre son œuvre de mémoire sur les engagés dans la Résistance, à l'intérieur du Territoire comme dans les Forces de la France libre et combattante, et d'illustration des hautes valeurs qu'ils ont défendues.

__________________________________
* Pour appuyer cette initiative, l'A.X. a décidé d'éditer la plaquette qui reproduit en couleur les panneaux de l'exposition ainsi que la présentation des 33 X que le général de Gaulle fit Compagnons de la Libération. Cette plaquette sera adressée à tous les camarades (ou familles directes de camarades) qui en feront la demande à l'Association X-RÉSISTANCE à l'aide du formulaire que vous pourrez découper page 54 du présent numéro.

Poster un commentaire