Innover pour sortir par le haut

Dossier : ÉditorialMagazine N°694 Avril 2014
Par Laurent BILLÈS-GARABÉDIAN (83)

Dans toutes les régions du monde, les entreprises mettent l’innovation au cœur de leurs priorités stratégiques, que ce soit dans les secteurs traditionnellement tirés par la R&D mais aussi, de façon renouvelée, dans les secteurs tels que le transport, l’énergie et les biens de consommation. Sans innovation, les entreprises sont prises en tenaille entre le haut de gamme, qui sort des produits nouveaux avec des marges importantes, et les concurrents à bas coûts. Dans un monde où la guerre économique fait rage, les sciences et technologies sont le moteur du progrès et de la prospérité économique. Sans prospérité, la décroissance n’est pas loin.

Nous venons de fêter les dix ans du groupe X-Biotech et nous avons eu une après-midi d’échanges très stimulants sur ce thème avec des camarades spécialistes, des médecins, des entrepreneurs venus de différentes disciplines. Dans cette industrie et aussi au-delà des sciences du vivant, les entreprises les plus performantes s’organisent pour mettre en ordre de bataille leurs forces et leurs ressources en termes d’infrastructures, de financement, de talents, de compétences et de propriété intellectuelle, tout cela avec une vision à long terme.

Mais ce n’est pas tout. Les meilleurs innovateurs sont à l’écoute de leurs clients et clients potentiels, de leurs besoins et des innovations qu’ils valoriseront et seront prêts à payer. Ils assurent le dialogue permanent entre ces besoins et la R&D, au sein même de l’entreprise ou avec les partenaires publics, académiques ou dans le tissu des PME et start-up.

Enfin, pour mener à bien leurs projets de R&D, ces innovateurs mettent en place des processus efficaces pour développer leurs projets en temps, en coût et en qualité. En plus des fortes compétences analytiques et de la formation scientifique et technique de nos jeunes camarades, il est essentiel d’ouvrir leurs esprits à la prise de risque et au monde de l’entreprise, de ses divers marchés et clients sur le globe avec leurs attentes variées, de son fonctionnement et de ses besoins pour ainsi créer de la valeur et contribuer au développement économique de notre pays.

Les réformes en cours au sein de notre École vont dans ce sens. Les accents mis sur le travail collectif, l’innovation, l’entreprise et l’international permettront de lancer demain sur le marché du travail des ingénieurs avec une palette de compétences élargie, pour le service de la Nation dans son ensemble.

 

Poster un commentaire