Le port du Havre

Dossier : Les portsMagazine N°601 Janvier 2005

Premier port français pour le commerce extérieur, pour le trafic de conteneurs et cinquième port européen avec 72 millions de tonnes de fret traitées, le Port autonome du Havre accueille aussi des passagers, en provenance ou à destination de l'Angleterre et fait toujours fonction d'escale de croisières internationales.

Son espace portuaire comprend des aires directement liées au trafic maritime, des espaces qui font partie de la réserve naturelle de l'estuaire de la Seine et une vaste zone industrielle et de services desservie par un large canal maritime accessible aux navires transocéaniques, par un canal fluvial relié à la Seine et par les réseaux autoroutier, ferroviaire et fluvial à grand gabarit.

Si 10 % de son trafic total est du transbordement, la majorité du trafic est acheminée soit par voie terrestre, soit par pipe-lines.

"Plus qu'ailleurs peut-être, et paradoxalement en apparence, la bataille des ports se gagnera à terre" note Jean-Marc Lacave, directeur du Port autonome du Havre, reprenant à son compte une formule qui demeure plus que jamais d'actualité.

Le port est par définition un nœud où convergent un grand nombre d'intervenants – manutentionnaires, armateurs, transitaires qui organisent le transport pour leurs clients les chargeurs, transporteurs, au total, 250 entreprises privées partenaires du Port autonome qui a un rôle de coordinateur – à l'occasion d'un changement de mode de marchandises arrivées du monde entier ou amenées là pour être exportées.

La connexion à terre (autoroutes, rail, oléoducs) et avec la voie d'eau est fondamentale pour un aménageur comme le Port autonome du Havre car c'est là où les services de transports offerts peuvent gagner ou perdre des parts de marché.

Modes de transport et trafics

Vue aérienne du port du Havre.
Vue aérienne du port du Havre.
© PORT AUTONOME DU HAVRE

En dehors des marchandises réacheminées par pipe-lines ou transbordées vers d'autres ports, les marchandises (toutes catégories confondues) débarquées ou embarquées au port du Havre sont transportées à 71 % par la route, 16 % par la voie ferroviaire (3,9 Mt en 2003, dont 1,15 Mt de conteneurs, soit près de 140 000 EVP1) et 13 % par la voie fluviale (3,1 Mt, dont 0,66 Mt pour les conteneurs). Soulignons à ce titre la forte progression de l'ensemble du trafic fluvial de conteneurs (+ 80% exprimé en EVP) entre Le Havre et son hinterland.

Plusieurs services fluviaux de transport combiné de conteneurs relient le port du Havre aux plates-formes multimodales de Gennevilliers, de Bonneuil-sur-Marne (GIE Logiseine) et Nogent-sur-Seine (SNTC-Carline). Les conteneurs acheminés par voie ferrée sont transportés vers quelque 21 terminaux français et européens par CNC, filiale de la SNCF, et Le Havre Shuttles (LHS), compagnie créée en 1998 à l'initiative de la Communauté portuaire havraise qui opère des services de et vers Lille, Strasbourg et Dijon.

Le transport combiné par ferroutage, c'est-à-dire le transport de semi-remorques routières et de caisses mobiles par la voie ferroviaire, est assuré par Novatrans de et vers Novara (Milan) avec des connexions vers Rome, Naples et Patras en Grèce ; de l'autre côté cette liaison ferroviaire est connectée à Portsmouth par des services de car-ferry quotidiens. L'objectif du Port du Havre est de doubler la part du transport combiné ferroviaire d'ici 2010 par d'importants investissements d'ores et déjà programmés en liaison avec Port 2000.

Enfin, Le Havre est également un lieu d'accueil pour le transport maritime à courte distance (cabotage) avec des navires de plus petite taille que ceux du maritime longue distance. Au niveau du conteneur, il existe ainsi 13 services réguliers entre Le Havre et 5 ports français, 9 ports nord-européens et 6 ports de la péninsule ibérique.

Port 2000 et liaison avec l'Europe du Nord

C'est dans le cadre d'une concurrence exacerbée entre ports européens, que se situe Port 2000, Un des plus importants projets d'extension portuaire d'Europe qui doit permettre, à terme, le triplement du trafic de conteneurs qui progresse de 8 à 10 % chaque année dans le monde selon Jean-Marc Lacave.

Sachant que, sur un total de fret traité au Havre de 72 millions de tonnes (Mt), les vracs liquides – du pétrole surtout – représentent 62,4 % des marchandises traitées, les vracs solides 6,8 % et les marchandises diverses 30,8 % dont les conteneurs représentent à eux seuls près de 9/10e (soit environ 20 Mt). Première mise en service (partielle) : fin 2005.

Sur un investissement total de 1 milliard d'euros – dont 275 millions d'euros à charge des opérateurs privés pour les superstructures – l'État participe par une dotation de 91,47 millions d'euros au budget général et par une dotation en capital de 68,60 millions d'euros. Un contrat a d'ailleurs été signé entre PAH et l'État à ce sujet portant sur l'investissement de 2001 à 2007 ; c'est une première en France pour une autorité portuaire.

Quant au projet Seine-Nord-Europe, indique Jean-Marc Lacave, qui mettra en communication directe le bassin nord et les pays nord-européens avec le bassin Île-de-France, à nous, Port du Havre, de consolider et d'améliorer encore la fiabilité des liaisons fluviales existantes avec tout notre hinterland naturel (300 millions d'habitants dont la région Île-de-France) et, face aux ports d'Anvers et de Rotterdam, de développer notre activité vers les autres régions du Nord et de l'Est.

_________________________
1.
 EVP : équivalent vingt pieds, mesure utilisée pour le trafic de conteneurs d'origine anglaise, Twenty foot equivalent uni (TEU).

Poster un commentaire