Le Mont-Liban

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°686 Juin/Juillet 2013Rédacteur : Lady GastronomiX

C’est lors d’une de mes excursions gastronomiques avec quelques-uns de vos camarades que j’ai eu l’occasion de découvrir cette savoureuse adresse traditionnelle libanaise. Elles sont nombreuses à Paris, mais celle-ci est simple et authentique, c’est ce qui m’a plu.

Au premier abord, cet endroit ne ressemble en rien à l’idée que l’on peut se faire d’un restaurant méditerranéen. À part quelques vues orientalistes, il n’y a pas de décor. Nous sommes dans un endroit pour habitués, le lieu est propre, calme mais sans personnalité. En revanche, l’hospitalité, elle, est bien orientale : chaleureuse, sans chichis.

Les mezzé au Mont LIBANNous sommes accueillis par le patron, petit homme au regard vif, souriant et auréolé de cheveux blancs. Son fils, jeune homme affable et discret, n’hésite pas à vous offrir des petites douceurs supplémentaires au moment du café si vous lui avez plu. Avant de manger, on discute un peu; la famille vient de la vallée de la Bekaa, ce grand plateau fertile qui produit les meilleurs fruits et les vins les plus subtils du Bassin méditerranéen.

Dans cette région verdoyante, située entre les contreforts du mont Liban et de l’Anti-Liban, est né le mezzé. Autant dire qu’il s’y pratique avec un art consommé. Les mots d’ordre sont fraîcheur, finesse et qualité autant que quantité ; et on peut dire que nos hôtes ne trahissent pas leurs origines.

Tout ce qui est vraiment fait maison, c’est-à-dire tout ce qui est vraiment libanais, est délicieux et copieux. Les assortiments sont variés, les légumes frais et parfumés. Beaucoup d’entre nous ont pris du mezzé : houmous, taboulé, fatayer, kébbés et autres merveilles ; ils ne l’ont pas regretté.

D’autres ont choisi un plus classique plat du jour, poulet aux épices, original et léger ; ils ont cependant jeté un œil (et souvent une fourchette) envieux dans les assiettes de leurs voisins.

flan à la fleur d’oranger saupoudré de pistache, spécialité libanaise au nom de mouhalabieh Après avoir hésité (je n’avais plus vraiment très faim), j’ai choisi le flan à la fleur d’oranger saupoudré de pistache, spécialité au joli nom de mouhalabieh. Sucré comme il se doit dans un pays de tradition ottomane, mais raffiné, aérien, parfumé. Poétique. Le thé ou café final fut accompagné de force sablés au sésame, dont le serveur nous ravitaillait sans interruption.

Gourmandise.

Mais les Libanais ont horreur du vide, surtout dans les assiettes des convives. Les vins qui accompagnaient étaient des syrahs corrects mais classiques. L’ambiance est sympathique, on peut y revenir aussi bien en famille qu’entre amis, voire entre collègues de travail. Mon conseil, prenez plutôt les plats traditionnels du mezzé, ils ne vous décevront pas.

Le tout pour un prix plus que raisonnable, autour de 20 euros pour un menu et 35 euros à la carte.

___________________________
Le Mont-Liban, 42, boulevard des Batignolles, 75017 Paris. Tél. : 0145223501.

Articles similaires:

Commentaire

Ajouter un commentaire

Anonymerépondre
30 juin 2013 à 15 h 29 min

Mont Liban
bravo pour cet article toujours aussi alléchant

Répondre