Le colonel Chérif Cadi

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°606Par : Jean-Yves Bertrand-Cadi, préface de Jacques FrémeauxRédacteur : Marcel RAMA (41)

Chérif Cadi naquit en octobre 1867 dans un douar de l’Est algérien et fut pendant plusieurs années élevé sous la tente.

Après l’école coranique, il put suivre le cycle des écoles françaises et fut reçu à l’X en 1887. Dans les différents répertoires des anciens élèves de l’École, on le trouve sous le nom complet de Cadi Si Chérif ben el Arbi, Yves. Il fut le premier polytechnicien musulman. Il sortit de l’École officier d’artillerie, ayant renoncé à son statut personnel – décision difficile et courageuse – pour accéder à la citoyenneté française, sans abandonner sa religion.

C’est la vie de notre camarade que relate cet ouvrage très documenté et très détaillé, dans un contexte historique et politique largement développé.

Vie militaire d’abord jusqu’en 1925, avec notamment la conduite active et mouvementée de la délégation militaire française au Hedjaz en 1916-1917, dans le cadre de la lutte contre les Turcs.

Vie civile ensuite, en Algérie. Écrivain, il essaya de concilier les dogmes essentiels du Coran avec les acquis du monde moderne et chercha à associer le destin de son pays natal à sa patrie d’adoption.

Chérif Cadi, mort en 1939, peut sans contestation possible être qualifié de grand serviteur de l’Islam et de la République.

Cet ouvrage rédigé par un de ses descendants décrit bien les premiers soubresauts de l’Algérie en marche vers son indépendance et souligne les difficultés rencontrées par ceux qui tentaient d’éviter les ruptures

Poster un commentaire