La Légion d’honneur et l’École polytechnique

Dossier : ExpressionsMagazine N°577 Septembre 2002
Par Marie-Christine THOORIS
Par Christian BOZON

Le 19 mai 1802, Bonaparte crée l’ordre national de la Légion d’honneur, la plus élevée des distinctions nationales. Elle récompense les mérites civils et militaires. Aujourd’hui, le président de la République est grand maître de l’Ordre qui comprend les grades de chevalier, officier, commandeur. Les grands officiers et les grands-croix en sont les dignitaires.

L’exposition s’appuie sur dix-huit tableaux consacrés à l’histoire de cette distinction, conçus par le général Bourdeau, président de la Société des membres de la Légion d’honneur de Massy-Verrières-le-Buisson et réalisés grâce au Conseil général de l’Essonne.

La Bibliothèque y évoquera les personnages illustres de l’École dont les décorations et pièces d’archives qu’elle conserve témoignent de l’attribution de cette haute distinction.

Citons-en trois parmi bien d’autres :

  • Le général François-Louis Bouchu, né en 1771, sert à l’armée du Nord, puis l’armée du Rhin et l’armée d’Italie, et fait partie de l’expédition d’Égypte. Il prend part à la campagne d’Austerlitz, sert en Espagne puis en Allemagne. Directeur de l’École polytechnique de 1816 à 1822, il est promu grand officier de la Légion d’honneur le 17 septembre 1822. Passé au cadre de réserve en 1839, il est mort à Antony la même année.
     
  • Louis Charles de Saulses de Freycinet, (X1846; 1828-1923) est ingénieur des Mines. Il devient collaborateur de Gambetta comme délégué à la guerre dans le gouvernement de la Défense nationale en 1870 et 1871. Il est promu officier de l’ordre impérial de la Légion d’honneur en 1870. Sénateur de 1876 à 1892, il occupera également les charges de ministre des Travaux publics (1877-1879), celle de président du Conseil à plusieurs reprises et enfin celle de ministre d’État. En tant que ministre des Affaires étrangères et de la Guerre, il réorganise l’armée. Il est membre de l’Académie des sciences (1882) et membre de l’Académie française (1890).
     
  • Alfred Maurice Picard, ingénieur et administrateur français, né à Strasbourg en 1844, mort à Paris en 1913. Élève de l’École polytechnique en 1862, il sort dans le corps des Ponts et chaussées. En 1870, il dirige les travaux de défense de la frontière.

 
Il est chargé de directions diverses au ministère des Travaux publics. Rapporteur général de l’Exposition universelle de 1889, il est commissaire général de celle de 1900. Il est nommé grand-croix de la Légion d’honneur la même année. En 1908, il est nommé ministre de la Marine, et en 1912 vice-président du Conseil d’État. Il est membre de l’Académie des sciences.

Poster un commentaire