La GED, un enjeu stratégique !

Dossier : SupplémentMagazine N°748 Octobre 2019
Par Kamel AZEG

Sous l’impulsion du digital et des nouvelles technologies, de plus en plus d’entreprises recourent à la gestion électronique des documents (GED) ou ECM aujourd’hui, qui représente l’opportunité idéale pour relever les défis liés à la gestion des contenus.
Le point avec Kamel Azeg, directeur des opérations d’Océane Consulting Data Management.

 

Dans un environnement de plus en plus digitalisé, la gestion électronique des documents est devenue un enjeu stratégique. Quels sont les besoins des entreprises à ce niveau ?

Les entreprises ont de différents besoins en gestion documentaire :

  • Centraliser les informations pour que l’ensemble du personnel puisse y accéder,
  • Pouvoir partager cette information avec l’ensemble du système d’information,
  • Valider cette information et contrôler sa diffusion.

Associé à cela, il y a d’autres enjeux sousjacents liés notamment à la recherche de l’information documentaire, au contrôle et à la confidentialité des données qui sont les fondamentaux de la gestion documentaire. À ceci s’ajoute le besoin de classer et indexer l’information et de l’enrichir avec des sources externes à l’entreprise pour en tirer le maximum. Il s’agit à ce niveau-là de passer des simples données à une information traitée, catégorisée, à laquelle nous ajoutons un ensemble de métadonnées qui vont donner du contexte. Aujourd’hui et avec toutes les évolutions technologiques, nous sommes également confrontés à des enjeux liés à la collecte des données massives (big data) et leur traitement par intelligence artificielle (IA). Nous sommes aujourd’hui sur un marché segmenté en deux axes : D’une part, il y a des entreprises qui ont des besoins très génériques, liés à une gestion documentaire assez transverse aux processus de l’entreprise. D’autre part, des entreprises qui ont des besoins très spécifiques et travaillent sur des silos de métiers ; ce qui va leur permettre d’être plus efficaces sur ce silo (la facturation, la relation clients). Notre ambition est de leur permettre de tirer le meilleur de leur patrimoine de données.

En tant qu’expert de la dématérialisation, comment intervenez-vous pour répondre aux enjeux techniques de vos clients ?

Au-delà de la technique, nous intervenons par le biais de l’usage. Notre approche consiste à identifier ces derniers pour permettre une meilleure appropriation de la technologie. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans un modèle où il faut aller voir le client et lui proposer une solution de gestion électronique des documents qui va répondre à l’ensemble de ses besoins. Ce type d’approche nécessite souvent de grands investissements humains et matériels et créé un effet d’enlisement. Notre approche consiste donc à identifier des problématiques concrètes qui sont facilement implémentables au sein de l’entreprise afin que le client s’approprie rapidement la solution.

Océane Consulting Data Management se positionne aujourd’hui comme un intégrateur de logiciels. Qu’en est-il ?

Être un intégrateur de solutions consiste à faire en sorte que les solutions qui sont très adaptées à certains sujets (gestion électronique des documents, signature électronique, coffre-fort) rentrent dans l’écosystème de nos clients. Nous avons conclu des partenariats avec des éditeurs très pointus sur leurs domaines (GED/ECM, coffre-fort numérique, signature électronique, BPM, RPA…) et nous travaillons sur une démarche globale d’appropriation de ces technologies au sein de l’entreprise. Notre core business consiste à focaliser l’effort sur l’aspect métier et sur l’accompagnement afin de cibler les bons outils par rapport aux besoins. Nous menons dans ce cadre un travail de bout en bout, afin d’être sûrs que la solution s’adapte bien chez le client, cela de manière très itérative, pour rendre visible les gains très rapidement. Nous intervenons dès les phases préliminaires de définition du besoin jusqu’à la mise en oeuvre effective de la solution, l’accompagnement au changement et le maintien en condition opérationnelle.

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer