La digitalisation pour replacer l’humain au coeur de l’entreprise

Dossier : Dossier FFE hors sérieMagazine N°737 Septembre 2018
Par Alexandra DESSERRE

L’Agence Smart Industry fête son 1er anniversaire en juillet 2018. Ditesnous-en plus sur l’agence.

Avant de fonder l’agence, j’ai travaillé pendant 5 ans dans un grand groupe où j’ai été chargée de mettre en place un projet global de digitalisation de la production, de la qualité, de la maintenance et de la traçabilité. J’ai pu alors me rendre compte de tous les facteurs qui entrent en compte dans une digitalisation. Dans ce type de projets, on reste plutôt focalisé sur la technique et on entend rarement parler d’architecture réseau, de positionnement des opérateurs et des administrateurs, alors que les industries françaises sont encore très silotées avec des départements qui ont du mal à se parler. Fortes de ces constats et ayant déjà été confrontée à ces problématiques, j’ai eu l’idée de créer l’Agence Smart Industry afin d’accompagner d’autres entreprises dans leur digitalisation. L’idée est que toutes les parties prenantes d’un projet de digitalisation se comprennent pour choisir et déployer un outil pérenne qui servira la digitalisation de leur entreprise.

Vous proposez avant tout un service. Qu’en est-il ?

Nous ne sommes pas sur du conseil. Nous venons nous imbriquer dans l’équipe projet aussi bien en amont qu’en aval de la digitalisation. Durant la phase pré-projet, nous intervenons sur l’élaboration de la stratégie aux côtés des équipes projets. Par la suite, nous poursuivons l’accompagnement jusqu’au déploiement et la mise en place de la solution, le paramétrage de la solution (développement y compris si nécessaire) ainsi que la formation des opérateurs et des administrateurs… Nous serons alors le seul vis-à-vis de l’entreprise. Très vite, nous nous sommes positionnés sur le marché des PME qui sont plus demandeuses de cet accompagnement que les grands groupes. Nous sommes référencés auprès de la BPI et des régions. Nous nous sommes aussi rendu compte que les PME ne savent généralement pas qu’elles peuvent bénéficier d’aides financières pour accélérer leur digitalisation industrielle. Dans cette optique, nous sommes identifiés auprès des organismes d’État pour pouvoir les accompagner dans ces démarches. Très tôt, nous avons aussi été référencés Datadock et donc reconnu comme formateur officiel. C’est un avantage pour les entreprises que nous accompagnons quand elles établissent un budget et le soumettent pour obtenir une aide financière.

Pour vous, la place de l’humain et la communication entre les services sont essentielles. Pourquoi ?

Nous transformons des industries pour améliorer avant tout la communication entre des services qui ne se parlent jamais. Nous trouvons cela vraiment dommage de devoir passer par une communication très formelle alors que les départements cohabitent généralement sur un même site. Dès la phase amont du projet de digitalisation, nous essayons de casser ces silos, d’impacter tous les départements et de simplifier le travail de toutes les parties prenantes. Il est essentiel d’inclure cette notion d’humain dans le processus. En effet, la vision de l’opérateur qui va être amené à utiliser cette solution au quotidien est primordiale, car il peut apporter son retour sur expérience et contribuer ainsi au choix d’une solution pérenne.

Vos enjeux et perspectives ?

Nous avons un très fort enjeu de notoriété, même si nous bénéficions d’une très bonne visibilité dans notre région d’origine, la Nouvelle Aquitaine, et que nous sommes sollicités par des entreprises hors de notre périmètre historique. Nous voulons aussi renforcer notre positionnement auprès des petites entreprises aussi bien sur le volet opérationnel que financier à travers les aides auxquelles elles peuvent prétendre.

Poster un commentaire