Jean Vélitchkovitch (40)

Jean VÉLITCHKOVITCH (40), une vie au service des transports

Dossier : TrajectoiresMagazine N°721 Janvier 2017Par : Jean CHAPON (48)

À sa sortie de l’X, il entre dans le corps des Ponts et Chaussées, ce qui ne l’empêche pas d’aller étudier à l’École supérieure d’électricité ni d’obtenir une licence ès sciences.

Sa vie active commence en 1945 au ministère de la Production industrielle, mais deux ans plus tard, il rejoint le ministère des Travaux publics et des Transports, au service maritime et fluvial de la Seine- Maritime, et dirige l’exploitation du port de Rouen.

En 1963, il est promu chef de service et directeur du port de Rouen où il s’avère être un « grand patron » au sens le plus noble et complet du terme.

Sa capacité de travail et sa volonté de servir l’État le plus pleinement possible lui font accepter de partager cette direction avec un poste de conseiller technique au cabinet du ministre Marc Jacquet, l’obligeant à faire en trois ans quelques milliers de kilomètres en voiture entre Paris et Rouen.

DE ROUEN À PARIS

Sa réussite au port de Rouen le fait appeler en 1966 au poste de directeur des Ports maritimes et des Voies navigables. Son action y est dominée, dans le domaine des ports maritimes, par la mise en œuvre du régime de l’autonomie qu’avait créé son prédécesseur Daniel Laval (qui avait été notre patron au port de Rouen).

De 1968 à 1975, il est secrétaire général de la Marine marchande ; il y développe les accords entre la France et de nombreux États étrangers ; il restructure l’armement public français en fusionnant la Compagnie générale transatlantique et la Compagnie des messageries maritimes en une nouvelle entité publique, la Compagnie générale maritime.

DE LA MER AU RAIL

Mais en 1975, les pêcheurs éprouvent des difficultés qui conduisent à des troubles, et comme toujours dans ce cas, le gouvernement décide de « changer de têtes » : Jean Vélitchkovitch est « recasé » comme vice-président, délégué général de la SNCF, dont il préside une filiale, la Sceta. En parallèle, il a assuré la présidence de la société publique d’ingénierie Sofremer.

UN RETRAITÉ TRÈS ACTIF

Ayant pris sa retraite de fonctionnaire de l’État en 1986, il met ses connaissances, dans le domaine électrique, au service de la Société néocalédonienne d’énergie (Enercal) qu’il préside de 1989 à 1993.

Fidèle à la cité où il travailla pendant vingt ans au service de son port, il aide à la création du Métro de la communauté d’agglomération rouennaise, à l’origine de la Métropole Rouen-Normandie. Il assure également des expertises judiciaires dans le domaine du génie civil.

UN INGÉNIEUR DU SERVICE PUBLIC

Jean Vélitchkovitch a donc consacré sa vie professionnelle quasi exclusivement au service public, majoritairement au domaine maritime.

“ Il a enseigné la construction des ponts métalliques dans les écoles supérieures d’ingénieurs ”

Il a su mettre en œuvre, dans tous les postes qui lui ont été confiés, ses connaissances, ses hautes qualités intellectuelles, son sens du commandement caractérisé par la volonté d’exercer pleinement ses responsabilités mais aussi de savoir écouter et convaincre ses collaborateurs et ses « clients usagers du service public ».

Il n’a cependant jamais hésité à se consacrer aussi à d’autres activités. C’est ainsi qu’à Rouen il s’est occupé très directement de la reconstruction des ponts sur la Seine, en plein centre de la ville, qui étaient tous métalliques… et le sont ainsi restés ; il est vite devenu un spécialiste reconnu dans ce domaine et a enseigné la construction des ponts métalliques dans les écoles supérieures d’ingénieurs.

C’est dire que partout et toujours, il a accompli brillamment, complètement et utilement son métier d’ingénieur des Ponts et Chaussées.

Poster un commentaire