Henri-Jean DROUHIN reçoit une importante distinction américaine *

Dossier : ExpressionsMagazine N°625 Mai 2007

HENRI-JEAN DROUHIN, X 76, ingénieur de l’armement a été élu « camarade » de la SPIE, avec 56 autres nouveaux «Fellows». Ils rejoignent les 480 membres distingués de l’Association. Pour ce physicien des solides, c’est un honneur rendu à ses recherches sur les semi-conducteurs, le magnétisme et les photocathodes, plus particulièrement les propriétés de spin, moment magnétique de l’électron ; honneur également rendu à son implication dans la promotion de l’innovation dans le domaine de l’optoélectronique.

«Chaque année, un certain nombre de personnes sont récompensées pour les contributions scientifiques en optique et en optoélectronique et leur implication dans la diffusion de la connaissance et les services rendus à la communauté scientifique

En effet, Henri-Jean DROUHIN s’est beaucoup investi dans l’organisation de conférences sur la spintronique aux USA. « J’ai également proposé à l’École, un enseignement d’approfondissement de 3e année. C’est une manière de faire connaître aux ingénieurs de demain cette technologie émergente qui a beaucoup d’impact sur l’industrie électronique. Aujourd’hui, la spintronique représente un futur de l’électronique; l’une de ses principales applications actuelles concerne les têtes de lecture des disques durs d’ordinateurs. D’autres vont se développer. »  

Enfin, Henri-Jean DROUHIN assume modestement sa double casquette de scientifique et administratif. « C’est souvent le cas de mes collègues à l’international. Dans la plupart des grands établissements d’enseignement supérieur et de recherche, les responsables de la formation sont aussi des enseignants-chercheurs. C’est une position qui permet d’aider et guider efficacement les élèves dans la construction de leur cursus de formation. Il faut être soi-même acteur pour bien saisir tous les problèmes et les enjeux de l’enseignement et pouvoir s’appuyer sur un réseau international de relations. »
 
* Extrait d’X-Info, mars 2007.

Poster un commentaire