Coupe du monde de voile des étudiants 1998

Dossier : ExpressionsMagazine N°541Par : Charles-Alexis DUBOIS (96)

Ce samedi 24 octobre, une activité intense règne sur le port de la Trinité : la nouvelle édition de la Coupe du monde de voile des étudiants est sur le point de débuter. À peine arrivés, les quelque 170 étudiants, venus de 16 pays, qui composent les équipages en lice ont déjà entamé la course contre la montre qui doit les amener à pied d’oeuvre pour la première régate lundi matin.

Cette journée du samedi est donc consacrée par les équipages à la vérification de l’accastillage et à la préparation des Jods 35, monotypes fournis par l’organisation et sur lesquels vont se disputer les épreuves. La première soirée est consacrée à la présentation des équipages. Kilts écossais et sushis japonais : chaque pays a revêtu ses habits traditionnels et préparé quelques spécialités culinaires.

La journée du dimanche voit se dérouler la régate d’entraînement qui permet aux équipages de se familiariser avec un plan d’eau inconnu de la plupart.

1
2
3
4
5
6
7​
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
France (ISIM)
Defender (INSA)
États-Unis
Finlande
Danemark​
Norvège
Polytechnique
Suède
Autriche
Angleterre
Pays-Bas
Écosse
Croatie
Canada
Pologne
Italie
Slovaquie
Japon
(38,1 pts)
(51,4 pts)
(56,8 pts)
(61,7 pts)
(62,1 pts)
(85,7 pts)
(94 pts)
(115,7 pts)
(118,7 pts)
(128,7 pts)
(130,3 pts)
(134,7 pts)
(145 pts)
(146 pts)
(147 pts)
(150 pts)
(157 pts)
(174 pts)

C’est donc lundi que les choses sérieuses commencent. Lors de la cérémonie d’ouverture, c’est au son de l’Hymne à la joie, interprété par la fanfare de circonscription militaire de Rennes que les pavillons sont hissés en tête du mât de tous les bateaux. Le parrain de l’épreuve, Thierry Dubois, prononce un court discours avant de laisser les concurrents rejoindre leur bateau pour la première régate.

D’entrée de jeu, l’équipage de l’ISIM-Montpellier, représentant officiel de la France pour cette édition 1998 grâce à sa brillante victoire à la Course de l’Edhec, s’impose.

C’est d’ailleurs cet équipage qui va dominer la première partie de l’épreuve. En effet, après trois jours et quatre régates courues sur une mer très agitée, la France est largement en tête avec deux victoires et deux troisièmes places. Derrière, les favoris sont au rendez-vous puisque les Pays-Bas, l’Angleterre et les États- Unis occupent respectivement les deuxième, troisième et quatrième place. L’INSA Lyon, qui défend son titre après ses victoires en 1996 et 1997, occupe seulement la cinquième place. Le prestigieux trophée AGPM lui est toutefois remis par le contrôleur général Dangeart, président de l’AGPM, pour sa victoire dans la troisième manche.

Mais tout bascule dans la quatrième régate. En effet, lors de ce long parcours côtier où le vent a parfois atteint 40 noeuds, les Pays-Bas et l’Angleterre vont casser leurs mâts, incident qui les obligera à abandonner la suite de la compétition. L’ISIM, ainsi privé de ses deux plus sérieux concurrents, va donc pouvoir, dans la deuxième partie de l’épreuve, gérer sa confortable avance sans prendre de risques excessifs.

D’ailleurs, les éléments se montreront plus cléments lors des deux derniers jours de régate. Cette accalmie profite au Danemark et à la Finlande, deux équipes, de très haut niveau. La Finlande gagnera ainsi les deux dernières manches, mettant à profit les qualités tactiques exceptionnelles de son barreur, Kristian Heinilo, champion du monde de 470. Malgré leur très belle remontée en fin de semaine, les équipages nordiques ne parviendront cependant jamais à rejoindre l’ISIM.

Les Defender de l’INSA, d’une régularité exceptionnelle dans les neuf régates courues, prennent la deuxième place.

L’équipage de Polytechnique, septième, réalise une très belle performance en gagnant la plus belle régate de la semaine : un long parcours côtier au cours duquel une option tactique risquée le long de la côte les a propulsés en tête de la course.

Ces trois équipages français ont su tirer profit de leur parfaite connaissance du plan d’eau.

Le samedi matin, lors de la cérémonie de clôture de cette 19e Coupe du monde de voile des étudiants, en présence du maire de la Trinité, M. Marcel Germain, et du directeur général de l’École polytechnique, le général Novacq, M. Julien Dodet a remis le titre de champion du monde de voile des étudiants à l’équipage de l’ISIM. Très heureux de leur première victoire dans cette épreuve, Stéphane Marciak et Dimitri Despierres, respectivement skipper et barreur, rejoindront Saint-Raphaël dans deux semaines pour la dernière phase de sélection pour le défi Yaka France, qui participera à la prochaine Coupe de l’América dans deux ans en Nouvelle-Zélande.

De retour d’une croisière au sud de la Bretagne, sur le bateau de S2COM Consulting, Monsieur Daniel Martin, président, et Alain Pointet, champion du monde de voile (Half Ton Cup 88 et 89) et consultant, ont remis à l’équipage finlandais le prix S2COM de la meilleure progression.

Julien Dodet a toutes les raisons d’être satisfait de cette 19e édition : “Les équipages sont heureux de leur semaine trinitaine, avec une bonne ambiance à terre et un excellent esprit sur l’eau. Sur le plan sportif, le niveau était incontestablement très bon, car les sélections sont sévères dans chaque pays. L’année prochaine, la Coupe du monde de voile changera certainement de ville d’accueil, pour varier les conditions nautiques, peut-être la Méditerranée… ”.

Poster un commentaire