Carrousel digital sécurité cryptographique

Enfin une solution pour sécuriser les paiements

Dossier : Vie des entreprisesMagazine N°757 Septembre 2020
Par Bruno SANGLÉ-FERRIÈRE (ECP 90)

Aujourd’hui, il existe une solution pour répondre à la problématique assez connue auxquels les métiers de paiement font face, à savoir la sécurité cryptographique. Rencontre avec Bruno Sanglé-Ferrière, Président de Carrousel Digital.

 

Depuis 2018, Carrousel Digital conçoit des systèmes de sécurité permettant d’améliorer la sécurité des systèmes de paiement dans une ère post informatique quantique. Dites-nous en plus.

En effet, issus du monde de la finance, nous nous positionnons historiquement dans le domaine de la gestion de fonds d’investissement. En 2018, nous avons fait le choix de changer notre domaine d’activité pour développer un système de portage d’informations sécurisé sur objets électroniques. Notre expertise et notre savoir-faire s’illustrent par le développement d’un nouveau produit innovant breveté qui s’adresse à une grande panoplie de clients, notamment les banques et les administrations.

Vous avez créé un produit révolutionnaire pour le secteur bancaire et notamment les métiers de paiements…

En effet, nous avons développé un système de portage d’informations sécurisé sur objets électroniques utilisant un double lecteur et des cartes. Le lecteur peut incorporer des moyens de contrôle biométriques ou une saisie de code pour autoriser l’affichage des documents ou leur transfert, dont le transfert d’argent. Il s’agit d’un produit innovant qui s’adresse à une grande panoplie de clients : banques, administrations… Concrètement, notre produit offre plusieurs avantages. Il s’agit d’une technologie indépendante et fonctionnelle en mode hors réseau pour les transactions et transferts. En plus, il est multi-opérateur, intelligible et sécurisé.

Cet objet peut donc être très bénéfique pour l’évolution de l’informatique bancaire.

Et quels en sont les avantages ? À quelles problématiques répond Carrousel Digital ?

La sécurité cryptographique est aujourd’hui une véritable problématique. D’ailleurs, la majorité des systèmes de signatures électroniques ont été signalés hackables. Cela implique une véritable problématique relative à la signature électronique des documents mais aussi à la mise à jour des logiciels. Notre système vise à répondre à ces problématiques d’une manière optimale, efficace et pérenne tout en permettant de détecter les fraudes.

En effet, il permet de transférer des documents d’un objet à un autre en supprimant les documents se trouvant sur l’objet d’origine : il n’y a pas deux fois le même papier en circulation au sein du système. D’autant plus qu’il y a un système de contrôle par un serveur qui intervient dès que l’objet se trouve connecté au réseau. Il est donc difficile de dupliquer un document, le serveur détectant tout document dupliqué. Ainsi, notre système est doté d’un niveau de sécurité assez élevé pour pouvoir porter des billets de banque. Par ailleurs, contrairement aux cartes de crédits classiques, nous n’avons pas besoin de nous connecter à un terminal de paiement pour se connecter aux réseaux. Nos solutions peuvent également répondre à des problématiques relatives aux papiers d’identité, de vote, ou au portage restreint de documents dont la circulation peut être délibérément limitée à des personnels autorisés.

Par ailleurs le système n’a pas besoin de réseau pour fonctionner et est donc résilient à une panne informatique centralisée du serveur ou à des pannes de réseau de communication et permettant son utilisation en crise.

Vos projets pour cette année 2020 ?

Nous avons breveté notre procédé que nous souhaitons actuellement commercialiser, ainsi qu’un brevet de ‘hash aléatoire’ qui permet de circonvenir au hackage de signature. Dans ce cadre, nous sommes à la recherche des techniques adéquates pour industrialiser les produits auprès de fournisseurs. Nous misons sur l’innovation pour développer notre produit en vue de le décliner sous ses différentes formes à destination du public et des entreprises. Nous serions d’ailleurs prêts à licencier nos brevets dans ce cadre.

 


Pour en savoir plus :

Poster un commentaire