open tour

Étymologie :
À propos d’open innovation

Dossier : ExpressionsMagazine N°722 Février 2017
Par Pierre AVENAS (65)

Open innovation est le titre d’un ouvrage de référence édité aux États-Unis (à Harvard, en 2003) qui a contribué à populariser cette expression anglaise. En français, open innovation est un emprunt à l’anglais, un de plus dira-t-on, parmi beaucoup d’autres dans la sphère des nouvelles technologies et des start-ups. Oui, mais ne nous y trompons pas : il y a aujourd’hui beaucoup plus de mots anglais issus du français, surtout de l’ancien français, que de mots français empruntés à l’anglais à l’époque moderne.

 

Du français à l’anglais, et réciproquement

En l’occurrence, le nom innovation, qui est d’origine latine (novus « nouveau »), est attesté en français dès la fin du XIIIe siècle, bien avant de l’être en anglais, au XVIe siècle seulement.

Cela semble bien montrer que ce nom est passé du français à l’anglais avant d’y revenir dans la locution open innovation.

Quant à l’adjectif anglais open, il a déjà fait son entrée dans le Petit Larousse 1981, pour deux usages particuliers : un tournoi open (de tennis par exemple), c’est-à-dire ouvert aux amateurs comme aux professionnels, et un billet open, dit aussi ouvert, c’est-à-dire à date flexible.

L’anglais open innovation peut donc se traduire simplement en français par innovation ouverte, mais open et ouvert sont-ils équivalents du point de vue étymologique ?

 

Ouvrir, c’est aussi découvrir

En latin, on part de deux verbes de significations contraires : aperire « ouvrir » (d’où l’apéritif, qui ouvre l’appétit) et operire « couvrir, fermer, cacher » (d’où un opercule, qui ferme un récipient). Mais dans l’usage, le latin a remplacé le deuxième verbe operire par un dérivé au sens renforcé par le préfixe co– (de cum « avec »), le verbe cooperire « couvrir entièrement », qui est devenu couvrir en français (et to cover en anglais, par l’ancien français).

Parallèlement, le premier verbe, aperire, a évolué en ancien français vers obrir (Xe siècle), puis en français vers ouvrir, dont la forme, paradoxalement, s’est rapprochée de celle de couvrir. En résumé, ouvrir est le contraire de fermer, mais aussi de couvrir, donc de cacher, et ouvrir c’est donc aussi découvrir (to discover en anglais, de l’ancien français) ce qui est caché.

Quant à l’anglais open, il est d’origine germanique et se relie à la particule up- « en haut, vers le haut ». Le verbe to open, formé de up et du suffixe verbal -en, signifie donc remonter quelque chose vers le haut, à la surface, en rendant visible ce qui était caché en dessous.

Les verbes ouvrir et to open ont donc le même sens profond, « dévoiler ce qui est caché », et l’on peut considérer que les expressions open innovation et innovation ouverte sont bien équivalentes, et pertinentes pour qualifier l’attitude consistant à ne pas tenir secret le processus d’innovation, et à le faire connaître de façon à bénéficier d’apports extérieurs.

Cela rappelle d’ailleurs les langues, qui elles aussi sont ouvertes et bénéficient d’apports extérieurs sous forme d’emprunts.

 

« Les verbes ouvrir et to open
ont le même sens profond :
dévoiler ce qui est caché »

 

Épilogue

Entre open data, apparu dans le Petit Larousse 2016 et open source, apparu l’année suivante, trouvera-t-on un jour open innovation ? Tout dépend de l’importance que prendra l’usage de cette locution. Ainsi, open access est apparu dans le Petit Larousse 2019.

On remarque en tout cas que ces anglicismes associent open à des mots d’origine latine : access, innovation, source, et data, que l’anglais a pris tel quel au latin : c’est le pluriel du neutre datum, participe passé du verbe dare « donner ».

Même dans le vocabulaire le plus moderne, le latin reste une référence essentielle pour la langue anglaise, qui est bien la plus romane des langues germaniques.

 


Voir toutes les chroniques étymologiques de Pierre Avenas

En illustration : L’Open Tour permet de visiter Paris avec un billet open.

Commentaire

Ajouter un commentaire

Do-Khacrépondre
14 mars 2017 à 9 h 40 min

Que diriez-vous de l’oxymore Open Savoir-faire ?

Bonjour, Sur La Jaune et La Rouge, mai 2012 vous pouvez consulter mon article :

Open savoir-faire, une innovation radicale inspirée de l’open source

Bien cordialement

Tru Do-Khac

Répondre