Vos dons, un soutien essentiel à la création d’entreprises à fort potentiel

Dossier : La Fondation de l'École polytechniqueMagazine N°720 Décembre 2016
Par Gautier DREYFUS (10)

La Fondation de l’École polytechnique remet chaque année le prix Jean-Louis Gérondeau-Zodiac Aerospace à des projets de création d’entreprise prometteurs. Cette année, Gautier Dreyfus a été récompensé pour sa start-up Forssea qui s’attaque au marché de la robotique sous-marine.

À la fin du mois de mars dernier, je travaillais sur une plateforme pétrolière en Afrique. Début avril, j’avais rejoint l’accélérateur de l’X.

Ce grand écart géographique cache une vraie continuité entre mes deux expériences. Avec mon associé Maxime Cerramon, nous avons fait le constat de la nécessité de réduire les coûts dans l’industrie pétrolière, et en particulier dans la robotique sous-marine qui est utilisée aujourd’hui pour réaliser les opérations de maintenance, d’inspection et de construction des sites pétroliers offshore.

“ Notre projet s’appuie sur l’excellence française dans les technologies sous-marines ”

Pour cela, nous avons conçu un câble innovant, muni d’une tête chercheuse capable de se connecter à une cible immergée. Il sera ainsi possible de déposer le robot au fond de l’eau sur le site d’exploitation, puis de l’opérer depuis un bateau plus petit, en réduisant ainsi les coûts, et d’échanger de la puissance électrique et de communiquer avec la station immergée.

Cette technologie permet d’alimenter en énergie une station sous-marine déposée sur le fond, voire recharger un engin autonome (AUV) en pleine eau. Bien plus léger que les systèmes existants, notre câble-ravitailleur est déployé depuis un navire trois fois moins cher.

DE MULTIPLES DÉBOUCHÉS

Si notre premier marché cible est la robotique sous-marine pour le parapétrolier offshore, estimé à plus de 3 milliards de dollars en 2015, notre technologie est également novatrice pour le marché de la Défense dans les domaines de la guerre des mines et de la lutte anti-sous-marine, ainsi que dans la valorisation et l’exploration des océans, ou dans les énergies marines.

Je souhaite souligner que notre projet participe à l’excellence académique et industrielle de la France dans le domaine des technologies sous-marines. Nous disposons, en France, d’un savoir-faire de pointe, de leaders européens, d’un tissu dense de PME, et désormais, de start-ups innovantes qui viennent alimenter ce terreau existant.

UN ENVIRONNEMENT PORTEUR

En intégrant l’accélérateur de l’X, nous avons bénéficié d’une dynamique autour de notre projet grâce à l’environnement technologique de haut niveau offert par l’École, aux compétences en modélisation de câbles sous-marins du laboratoire de mécanique des solides du Centre de recherche, mais aussi au réseau de l’École qui nous a apporté de la crédibilité industrielle.

Cela s’est concrétisé, le 20 octobre, par notre distinction par le prix Jean-Louis Gerondeau – Zodiac Aerospace, porté par la Fondation de l’X et remis par Olivier Zarrouati (77), président- directeur général de Zodiac Aerospace.

Avec son niveau d’exigence, ce prix est une véritable reconnaissance et une ouverture sur des contacts en puissance pour le développement à long terme de Forssea.

Mais pour le moment, le soutien de la Fondation va nous permettre de consolider notre start-up et de continuer l’aventure en recrutant des ingénieurs au sein des meilleures écoles spécialisées, d’acheter le matériel nécessaire à la conception de notre prototype, mais aussi à nos premiers essais en mer, en Bretagne, puis en Afrique.

Articles similaires:

Poster un commentaire