Vins de Loire : Sancerre, Pouilly-Fumé

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°549 Novembre 1999Rédacteur : Laurens DELPECH

La Loire naît au cœur de la France, dans le Massif central, pour se jeter, après un long parcours sinueux dans l’océan Atlantique au sud de la Bretagne : des dizaines de vignobles se pressent sur les rives de ce grand fleuve majestueux, le plus long des fleuves français (plus de 1 000 kilomètres).

Une des régions viticoles les plus prestigieuses de la Loire est située à peu près exactement au milieu de son cours, à mi-chemin entre sa source et l’Océan, il s’agit du Sancerrois où sont produits deux grands vins blancs internationalement connus et imités jusqu’en Californie (le “ Fumé blanc ”) et en Nouvelle-Zélande (“Cloudy Bay sauvignon blanc”) : le Sancerre et le Pouilly- Fumé.

Ces deux appellations se font face, de part et d’autre du fleuve, sur un moutonnement de collines. La plupart des vins sont des blancs faits à partir du cépage sauvignon, mais il y a aussi à Sancerre des rouges et des rosés non dénués d’intérêt issus du pinot noir, le cépage de la Bourgogne rouge.

Les sancerres blancs ont une agréable acidité qui leur donne beaucoup de fraîcheur, des arômes de buis, de sureau, de feuilles de cassis, d’iris et une bouche fruitée, avec une pointe de pierre à fusil. On retrouve aussi souvent en finale des notes musquées, caractéristiques du cépage. Ils font merveille sur le fromage local, le crottin de Chavignol (un fromage de chèvre), mais aussi sur tous les poissons de rivière grillés ou en sauce et les viandes blanches.

L’appellation Sancerre s’étend sur 2 270 hectares de vignes répartis entre 14 communes et 400 vignerons : autant dire que l’amateur a le choix…Vous ne vous tromperez pas en vous adressant au Domaine Henri Bourgeois à Chavignol (tél. : 02.48.78.53.20) avec son excellente cuvée La Bourgeoise, au Domaine Alphonse Mellot (tél. : 02.48.54.07.41), au Domaine Lucien Crochet (tél. : 02.48.54.08.10) qui produit des sancerres blancs et rouges gourmands et fruités. Vous ne serez pas déçu non plus en vous adressant au Château de Sancerre (tél. : 02.48.54.24.23). Cette propriété de Marnier-Lapostolle (Le Grand Marnier) fait un excellent sancerre, très fin, aux arômes de buis et de genêt, sans grande complication mais d’une agréable fraîcheur en bouche.

Les pouilly-fumé sont souvent plus denses et profonds que les sancerres. Les meilleurs d’entre eux ont un fruité intense qui évoque les fruits blancs ou jaunes (pêche, abricot), avec des notes d’agrume et cette pointe indéfinissable de “ fumé ” qui a donné à l’appellation la moitié de son nom. Le sauvignon est ici à la limite septentrionale de sa culture, ce qui explique son élégance et la race de ses arômes. En bouche, les pouilly-fumé allient au fruit une bonne structure, toujours soulignée par cette fraîcheur que l’appellation partage avec les sancerres. Ces vins s’expriment particulièrement bien sur les fruits de mer et les poissons : le brochet, l’omble chevalier, le sandre, mais aussi un saumon grillé avec un beurre fondu délicatement citronné…

La “star ” de l’appellation est Didier Dagueneau (tél. : 03.86.39.15.62) qui produit sur des terroirs d’exception, avec de tout petits rendements, des vins d’une race et d’une subtilité extraordinaire, du moins pour les meilleures cuvées (“Silex” et “Pur Sang ”), qui sont quand même vendues au prix d’un grand bourgogne blanc… Autre excellent producteur, Jean-Claude Dagueneau (tél. : 03.86.39.12.85) au Domaine des Berthiers, avec un pouilly-fuissé Cuvée d’Ève d’une onctuosité et d’une persistance exemplaires à un prix raisonnable (aux environs de 70 F). Il faut enfin citer le Domaine de Ladoucette au Château de Nozet où Patrick de Ladoucette a grandement contribué à la promotion de l’appellation en commercialisant la première cuvée de prestige de pouilly-fumé qui connaisse un vrai rayonnement international : Baron de L.

Le Sancerrois est trop à l’est pour servir de base à un itinéraire consacré aux châteaux de la Loire, mais les collines du Sancerrois et la vieille ville de Sancerre méritent un détour. Vous pouvez y déjeuner au Restaurant de la Tour à Sancerre ou bien à Chavignol à La Côte des Monts Damnés (vous en profiterez pour acheter quelques crottins de Chavignol chez Dubois-Boulay).

Si vous avez prévu de passer quelques jours sur place, Tours est idéalement située pour visiter les châteaux de la Loire. Cette grande ville est un nœud de communications à partir duquel il est facile de rayonner. Jean Bardet est le meilleur hôtel de Tours : membre de la chaîne des Relais et Châteaux, deux étoiles au Michelin, c’est une véritable institution régionale. Cette élégante gentilhommière située dans un beau parc à trois cents mètres de la Loire est luxueusement aménagée avec des toiles de maître et des meubles anciens. Le restaurant est un des meilleurs de la région (inoubliable pintadeau fermier truffé, parmentier de charlotte) et la carte des vins présente tout ce qu’il y a de mieux dans les vignobles de Loire, et notamment de remarquables vouvray liquoreux, avec un choix de plus de cinquante millésimes, de 1919 à aujourd’hui. Très belle carte également de bordeaux, de bourgognes et de champagnes.

N’oubliez pas, dans votre périple, de faire un détour par la pagode de Chanteloup, à quelques kilomètres au sud de Tours. C’est tout ce qui reste du superbe château du même nom, élevé par le duc de Choiseul, ministre de Louis XV. Exilé sur ces terres par les intrigues de la maîtresse du roi, Madame du Barry, il fit construire cette pagode à la chinoise pour inscrire sur ses murs les noms de tous les amis venus lui rendre visite lors de son exil. La pagode est haute de 44 mètres : de son sommet on a une vue magnifique sur la vallée de la Loire jusqu’à Tours.

_______________________________________
Restaurant de la Tour, Nouvelle Place, Sancerre, tél. : 02.48.54.00.81.
Restaurant La Côte des Monts Damnés, Chavignol, tél. : 02.48.54.01.72.
Jean Bardet, 57, rue Croison, Tours, tél. : 02.47.41.41.11.
Crottins de Chavignol, Dubois-Boulay, Chavignol, tél. : 02.48.54.15.69

Poster un commentaire