Une École ouverte sur le monde

Dossier : ÉditorialMagazine N°678
Par Laurent BILLÈS-GARABÉDIAN (83)

Deux mille cinq cents polytechniciens, soit plus de dix pour cent, sont aujourd’hui actifs hors de France dans quatre-vingts pays différents. Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Maroc, la Chine et, dans une moindre mesure, le Brésil, l’Allemagne et le Viêt Nam accueillent une grande partie de cet effectif.

C’est par le truchement des traditionnels groupes X qu’ils se retrouvent. On dénombre dix-sept groupes internationaux, sept en Europe, cinq en Asie et au Moyen-Orient, trois en Afrique, deux en Amérique.

Le premier rôle de ces groupes est, bien sûr, de rassembler nos camarades installés sur place et d’accueillir les nouveaux venus. Il évolue rapidement vers des mises en contact avec les milieux locaux et un soutien pour créer des liens professionnels. Il s’étend aux relations entre membres ayant une même activité, souvent en liaison avec les groupes correspondants en France, et cet axe reste à développer. Enfin, les groupes promeuvent l’image de l’École, qui elle-même se développe à l’international, et de l’ingénieur à la française, issu d’une forte sélection, ayant acquis une solide formation scientifique, capable de conduire des projets complexes avec une approche interdisciplinaire.

Dans ce rayonnement, les créateurs d’entreprises ne sont pas en reste.

L’éloignement et les distances parfois considérables entre membres constituent un des principaux obstacles aux échanges à l’intérieur de ces groupes ou avec des groupes voisins. Heureusement, les moyens de communication modernes permettent la constitution de groupes quasi virtuels capables de réagir extrêmement rapidement, nos camarades en Asie et plus particulièrement en Chine en sont le reflet et ils ont également organisé des réunions de type Skype entre leurs membres et les élèves à l’École.

L’exemple du groupe X-USA-Canada, développé dans le présent numéro, est également significatif. Il a créé un réseau de sous-groupes géographiques (côte est et côte ouest), de sous-groupes thématiques (finances, énergie, high-tech, biotech) et de correspondants attitrés dans huit grandes villes américaines ou canadiennes. L’union faisant la force, ce groupe a récemment étendu son leadership aux anciens de douze autres écoles françaises, portant à près de deux mille le nombre des ambassadeurs de notre culture scientifique en Amérique du Nord.

De son côté, largement ouverte sur le monde, l’École accueille tous les ans en France une centaine d’élèves internationaux, venant de tous les continents. La majorité d’entre eux sont parrainés dès leur arrivée par d’anciens élèves qui leur apportent une chaleur familiale, des échanges culturels et un accompagnement professionnel.

Entrepreneuriat, interdisciplinarité, ouverture intellectuelle et humaine sont des atouts que nos camarades à l’international ont développés et nous souhaitons que tous les élèves puissent aujourd’hui aller à l’international et commencer à acquérir cette expérience et cette richesse lors de leurs années de formation.

 

Poster un commentaire